Aller au contenu

Les pailles La Perche

Écologie, Agriculture, Design d'objet

Visuel du projet Les pailles La Perche
Checked circleRéussi
Jeff-Lubrano
Bellême
249
Contributeurs
Monday, April 29, 2019
Date de fin
16 710 €
Sur 12 000 €
139 %

STOP aux pailles en plastique ! Aidez-nous à lancer la première marque de pailles bio et 100% naturelles Made in Normandie !

Suivre et partager
Soutenu par
MeetPro soutient le projet Les pailles La PercheZéro Déchet : l'appel à projet qui ne gaspille rien  soutient le projet Les pailles La Perche
Saturday, September 28, 2019

Faisons le point sur l'aventure des petites pailles La Perche

Bonjour à toutes et à tous,

 

Tout d’abord un grand MERCI de nous suivre dans cette folle aventure des petites pailles qui vont sauver le monde !

 

Vous êtes nombreux à nous demander des nouvelles de notre production, annoncée initialement en juillet et qui n’est toujours pas, pour certaines entre vous, arrivée à destination. Des explications s’imposent, faisons le point ensemble sur les péripéties qui nous amènent aujourd’hui à ces retards de production :

La-perche-_-david-commenchal-1569665947

NOTRE CHEFFE D’ATELIER : DAME NATURE

Nous avons lancé notre campagne KissKissBankBank à la fin de l’hiver dernier, en calquant nos prévisions de culture et de production sur la moisson de l’été 2018. Cette année-là, les moissons étaient intervenues dans notre secteur la troisième semaine de juin. Nous pensions donc que livrer les pailles pourrait commencer courant du mois de juillet, pour les quantités que nous avions prévue initialement.

Or notre Chef d’Atelier c’est Dame Nature, et cette année, nous n’avons pu commencer les moisson qu’au début du mois d’août ! Il nous en effet trouver le juste équilibre entre la maturité de la graine et la croissance de sa tige, afin de cultiver une céréale conforme aux cahiers des charges de production de la filière BIO, tout en créant une tige qui soit exploitable pour en faire des pailles de qualité. Etant en Bio (depuis plus de trente ans), nous n’avons aucun moyen d’accélérer les choses avec des intrants chimiques, bien au contraire : la culture bio génère des herbes qui poussent au milieu des céréales, et qu’il faut séparer manuellement, tant pendant la pousse en passant la herse (avec une perte à chaque fois de 10% de la récolte), qu’après la coupe lors de la moisson, et donc autant de retard dans la production. 

Ce retard a été annoncé à chacun d’entre vous directement par message par notre bénévole Laurie, dès que nous avons constaté que la croissance des céréales n’était pas suffisamment mature pour nous permettre de produire correctement.

 

EN AVANT LA MOISSON

Début août, nous avons donc commencé à moissonner. Nous devons faire deux passages : l’un pour récupérer les graines sans toucher aux tiges (exercice délicat qui ne se fait plus de nos jours, les machines actuelles n’étant pas faites pour préserver l’intégrité des tiges) ; l’autre passage consiste, avec notre ancestrale faucheuse lieuse Puzenat des années 40 que nous avons ressuscitée à la Ferme, à venir couper les tiges restantes et à les lier en bottes de paille. Ce deuxième passage, très expérimental, prends aussi énormément de temps, il est plus délicat que ce que l’on avait prévu, car le réglage de la lieuse pour qu’elle place sa ficelle autour des fétus sans abîmer les tiges de paille est très long à trouver.

La-perche-tf1--012-1569665985   

Une fois les bottes de paille ainsi liées, il nous faut ensuite les laisser « blanchir », comme nous l’avions annoncé lors de notre campagne KKBB. Tout se fait à la main : déposer les bottes, les laisser sécher, les retourner pour qu’elles sèchent à nouveau, les récupérer pour les transporter vers le hangar de stockage. Cette « moisson », c’est-à-dire pas uniquement le fait de couper dans les champs mais toute l’intégralité du processus jusqu’au stockage, c’est terminé il y a dix jours.

Stockage-1569666057  

UNE PRODUCTION ENGAGÉE

Nous prenons le temps, c'est vrai, de tester aussi des solutions alternatives lors de la moisson : nous avons ainsi essayé la traction animale pour tirer notre machine Puzenat, sur une petite parcelle d'Avoine. Très délicat, il ne faut surtout pas blesser les chevaux pour qui cette machine paraît assez infernale avec sa grande roue de bois qui balaie les céréales pour les couper en les mettant sur un tapis qui amène la paille à la lieuse. Nous sommes convaincus que ces tests, que nous ne pouvions réaliser qu'à ce moment-là, sont importants pour mettre au point un type de moisson différent, plus en phase avec le côté très naturel de notre production.Un grand merci à Annie Lavoisier de CobServices pour son implication bénévole à nos côtés dans ces expérimentations.

Annie-1569666993

A L’ATELIER

Entre temps, nous avons comme prévu équipé et dimensionné l’atelier de production de Bellême avec les machines-outils permettant un traitement de la paille, puis une coupe de celle-ci, une mise aux gabarits de 13, 16 et 21 cm, puis un double process de stérilisation qui nous permet d’offrir un produit sain et irréprochable. Nous travaillons aussi à la préparation de packagings éco-conçus qui nous permette de nous passer de ces plastiques nocifs. Un atelier prêt à accueillir les 15 jeunes de l’Institut Médico Éducatif du Perche de Mortagne-au-Perche, dès le mois de juillet. Lesquels ne viendront finalement pas, l’IME du Perche étant en cessation de paiement fin juin…

Packagings-toile-1569666597

LA MAUVAISE NOUVELLE

L’IME du Perche, notre prestataire de l’Économie Sociale et Solidaire avec lequel nous travaillons à mettre en place un dispositif dans notre atelier de Bellême, a connu des déboires financiers qui nous ont été annoncés au mois de juin. https://www.ouest-france.fr/normandie/mortagne-au-perche-61400/perche-le-directeur-de-l-association-foyer-notre-dame-licencie-6419774

Nous avions même initialement prévu d’ouvrir l’atelier au mois d’août pour accueillir les jeunes qui d’ordinaire ne travaillent pas à cette période. Le caractère saisonnier de l’activité nous a permis de l’envisager. Mais la triste nouvelle a paralysé l’organisation de l’IME du Perche, et nous avons dû attendre la rentrée pour être fixés sur la possibilité de remonter un projet viable. Entre temps, au mois d’aout nous sommes dans les champs pour la double moisson, et tous les organismes pouvant nous aider sont fermés.

Le 12 septembre nous pouvons enfin reprendre les travaux avec la nouvelle équipe de l’IME du Perche qui a trouvé un repreneur, et que nous ne souhaitons pas lâcher malgré tout afin de poursuivre notre travail avec ces jeunes qui ne sont pas responsables de la situation financière et n’ont pas à en pâtir. Une visite des jeunes, de leurs accompagnateurs et de la Direction est alors organisée à notre atelier de Bellême. Au même moment, nous nouons des contacts avec les autres instituts de l’Économie Sociale et Solidaire du département, et travaillons à la création d’ateliers déportés dans les ESAT de l’Orne. Les tests sont effectués, les cadences sont fixés, les outils sont achetés.

Après-demain lundi 1er octobre nous accueillons les premiers jeunes de l’IME dans notre atelier, et mardi 2 octobre nous fixons avec le Directeur de l’ADAPEI61 les modalités de notre collaboration. Nous pouvons donc lancer la production de nos pailles, que jusqu’ici nous avons effectuée seuls avec Mike, Priscilla et Benjamin (tous deux bénévoles), en travaillant jour et nuit. Nous sommes persuadés d’être sur la bonne voie : 40 tonnes de matière première stockée, un process de culture et de production maîtrisés, des retours positifs du laboratoire d’analyse Labéo aux différents stades de nos cultures, stockages et production, une analyse de cycle de vie de nos pailles qui les placent en première place des solutions alternatives aux pailles plastiques… 

 

UN ENGOUEMENT HORS NORMES

Il faut comprendre que nous avions dimensionné notre dispositif à la création du dossier KissKissBankBank avec une ambition raisonnable imaginée sur la production effectuée l’année précédente. L’énorme engouement nous a tous dépassés : tout d’abord, l’objectif de la campagne KissKissBankBank, quasi doublé, ce qui est une bonne nouvelle mais nous impose de produire 78 000 pailles dans un délai très court. Cette production pour vous qui nous avez soutenus depuis le début est notre priorité aujourd’hui. Soyez convaincus que nous faisons tous, Jeff, Mike, Priscilla, Benji, tous bénévoles au sein de l’association Bien Mieux, accompagnés par tous les jeunes de l’IME et les travailleurs en situation de handicap avec qui nous travaillons, notre maximum pour produire et vous expédier les pailles et les contributions que vous nous avez commandés. Les premiers colis sont partis il y a dix jours de cela, et chaque jour notre production est consacré à vous. Par ailleurs, nous n’avons toujours pas ouvert les commandes en ligne, justement parce que nous vous conservons la priorité de production.

 

LA FOLLE MÉDIATISATION

La très forte médiatisation qui porte notre projet aujourd’hui n’est pas initiée est une chance pour nous, et nous répondons à chacune des sollicitations qui nous sont faites. Pourquoi ? Parce que notre association environnementale Bien Mieux, qui n’a pas de but lucratif, a pour vocation de mettre en place des alternatives aux plastiques à usage unique, et d’en faire la promotion : lutter contre le plastique est une priorité, et nous pensons qu’il est important d’avoir le plus d’impact possible, d’une part en produisant ces pailles en paille, et d’autre part en expliquant au plus grand nombre qu’il est urgent désormais de se passer du plastique et de changer d’ère.

Cet été, notre association a été récompensée par le Prix Terre d'Idées, catégorie Développement Durable, remis par le Ministère de l'Écologie, le Groupe Réussir et Mutualia. Autre très bonne nouvelle, nous venons de remporter l’AMI Normandie Economie Circulaire organisé par la région Normandie, l’ADEME et la préfecture de Normandie, ce qui est une vraie reconnaissance de notre travail et qui va nous aider dans les étapes de développement à l’avenir.

Nous avons aussi eu la chance de présenter un prototype de pailles à Greta Thunberg, gravées à son nom, afin de lui démontrer l'engagement du Perche et de la Normandie à changer les choses, et à lutter, un paille à la fois, contre la pollution plastique.

Greta-la-perche-1569667221

 

NOTRE ENGAGEMENT, PRIORITAIREMENT POUR VOUS

Soyez convaincus que vous êtes notre priorité, depuis maintenant six mois que nous travaillons à cette mission de façon bénévole et avec un mental de fer. Notre responsabilité envers vous est entière, et notre engagement sur ce projet est total. Merci à vous d’avoir été là au tout début de l’aventure et d’avoir cru en ce joli projet, et merci à vous de continuer à nous soutenir par vos messages encourageants et votre compréhension de la situation que ce produit magique, issu d’une production agricole BIO et 100% naturelle y compris dans son élaboration et sa stérilisation.

Merci de votre compréhension, de votre patience et tout le soutien dont vous nous faites part à chaque minute.

Nous sommes fiers d’être entourés de tant d’amour et d’attention ici dans le Perche en Normandie, ce qui nous rend plus forts pour affronter les défis qui s’offrent à nous aujourd’hui pour mieux lutter contre la pollution plastique et encourager les pratiques agricoles vertueuses et innovantes.

 

#OnVousTendLaPerche, vers l’infini et au-delà, mais d’abord à l’atelier pour y préparer vos pailles avec amour 🥰

 

Jeff & Mike

Thursday, April 18, 2019

La Perche à Télématin sur france 2

Télématin Conso - Des pailles en paille !France - Chroniqueuse : Isabelle Martinet Alors que plus de trois milliards de pailles en plastique sont encore utilisées et jetées chaque année, deux Français : un agriculteur et un designer ont créé une paille biodégradable et zéro déchet en paille de seigle.Ils renouent avec un savoir-faire ancestral, puisqu'avant le plastique et le carton, les pailles étaient...
Tuesday, March 26, 2019

La Perche sélectionnée pour les Trophées de l'Économie Normande !

Nous avons le plaisir d'avoir été sélectionnés dans la catégorie

ENJEUX DE DEMAIN des Trophées de l'Économie Normande.

Retrouvez notre candidature en cliquant ci-dessous, et votez pour nous !

C'est VOUS qui choisissez le projet qui recevra le Prix du Public !

 

Merci !

 

Tenlight-1553583600

Wednesday, March 13, 2019

Nos pailles dans l'émission La France Bouge de Raphaëlle Duchemin sur Europe 1

La solution : "La Perche", la paille conçue... en paille de seigleEurope 1 - En France, plus de 3 milliards de pailles en plastique sont utilisées et jetées chaque année. Pour mettre fin à ce désastre écologique, deux Français ont eu l'idée de créer une paille biodégradable et zéro déchet en paille de seigle.