Aller au contenu

Libérons-nous des énergies fossiles

Écologie, Investigation

Visuel du projet Libérons-nous des énergies fossiles
Checked circleRéussi
213
Contributeurs
Saturday, July 25, 2015
Date de fin
52 310 €
Sur 50 000 €
104 %

Soutenez la campagne qui ébranle les entreprises d’énergie fossile !

Suivre et partager
Wednesday, July 29, 2015

Merci, merci et encore merci !

Évidemment, cela fait très plaisir à dire : nous y sommes arrivés ! L’envoi des deux dernières lettres a déclenché une avalanche de soutiens qui nous a permis de boucler la collecte le 21 juillet, le jour même de l’envoi de la dernière lettre. Aujourd’hui, tous comptes confondus, nous arrivons à un total 64 545 francs/euros récoltés grâce à 418 donateurs. Un score inespéré.
 
Comme déjà dit à de multiples reprises, mais on ne se lasse pas de le dire et de le redire, nous sommes infiniment reconnaissants à toutes celles et à tous ceux qui ont rendu ce résultat possible.
 
Nous nous consacrons désormais, avec ferveur, à boucler le dossier sur le désinvestissement à paraître en septembre dans LaRevueDurable.
 
Nous nous attachons également à préparer la campagne annoncée. Nous devons notamment recruter une personne pour nous aider dans cette tâche.

Nous reviendrons vers vous en septembre, une fois le numéro sous presse.

D’ici là, nous souhaitons à toutes et à tous un très bel été et vous adressons nos plus belles pensées,
 
Susana et Jacques

Tuesday, July 21, 2015

Faire des choses difficiles

A quatre jours de la fin de cette collecte, nous atteignons près de 44 500 francs/euros grâce à 322 donateurs. Merci infiniment à tous. C’est fantastique ! Cependant, nous ne sommes pas encore arrivé au but. Nous espérons réussir à vaincre cette ascension et parvenir tout en haut, au sommet, vendredi ! Pour cela, nous comptons sur celles et ceux qui ont attendu le dernier moment, encouragés par tous leurs prédécesseurs, pour contribuer à ce très gros effort collectif.

Défi un peu fou ?
 
Certainement ! Car l’intérêt pour le climat est en chute libre depuis 2009. Et tout le monde peut faire cette expérience : si, en dehors du milieu militant, vous voulez tuer une conversation et plomber l’ambiance, parlez du climat !

Que faire, alors, pour remonter la pente?

Voici comment Bill McKibben, le plus brillant militant du climat avec la campagne mondiale du désinvestissement des entreprises d’énergies fossiles, explique pourquoi il a mis sa carrière d’écrivain de côté pour se lancer à corps perdu dans cette bataille : « Je pensais qu’il me suffirait d’écrire un livre, car les gens le liraient et, du coup, changeraient. Mais ce n’est pas ainsi que le changement se produit. J’ai dû sortir de ma zone de confort, faire des choses qui sont difficiles pour moi, faire du bruit, me mettre mal à l’aise et pousser les autres à être un peu mal à l’aise à leur tour. Il me semble que le moment l’exige aujourd’hui. »
 
A LaRevueDurable, nous pensons aussi que le moment exige de sortir de notre zone de confort et de faire des choses difficiles : demander, au risque de lasser, à tous nos lecteurs, sympathisants, familles et amis de faire un don, s’exprimer pour cela dans une vidéo amateur, relancer la motivation et informer par un courriel hebdomadaire, suivre les comptes au jour le jour tout en préparant, dans l’incertitude, le dossier sur le désinvestissement et la campagne qui suivra.
 
L’expérience est déstabilisante, mais sans doute nécessaire pour faire avancer cette cause si décisive dans le contexte si délicat actuel.
 
Du coup, beaucoup d’entre vous sont aussi sortis de leur zone de confort : en donnant une somme significative sur leur budget, en relayant un maximum cet appel, en interpellant des contacts personnels et des institutions qu’elles savaient susceptibles d’y répondre. Tous ces gestes ont aidé à faire connaître cette campagne en Suisse et en France, crédibilisé notre démarche auprès d’un plus grand nombre de personnes, élargi le cercle des donateurs et créé un climat et une dynamique très positifs autour de cette action.
 
Merci encore et encore à tous ! Maintenant, il faut profiter des derniers jours pour amener cette collecte à la victoire !

Monday, July 20, 2015

Ensemble, relevons la tête

Avec un peu plus 38 000 francs/euros*, nous approchons du but. Merci infiniment aux 255 donateurs qui ont rendu ce score possible. La collecte prendra fin le samedi 25 juillet, à 9 heures du matin. C’est bientôt. Mais trouver les quelque 12 000 francs/euros qui nous manquent en dix jours est possible. Il faut pour cela que toutes celles et tous ceux qui peuvent encore y contribuer et/ou en assurer le relais franchissent le pas de nous aider !
 
Peut-être certains d’entre vous trouvent-ils toutefois que nous exagérons, que notre métier est le journalisme, et que pour ce travail, nous sommes déjà rémunérés par les abonnements et les ventes de revues. Peut-être même certains d’entre vous se sentent-ils mal à l’aise avec ce crowdfunding.
 
Si vous avez ce sentiment, nous ne prétendrons jamais qu’il n’est pas juste. Mais de notre côté, nous avons un autre sentiment, déjà exprimé, que la cause du climat est terriblement mal gérée en haut lieu, que la conférence de Paris risque de profondément décevoir, tout comme celle de Copenhague, en 2009, avait déçu. Cela alors même qu’il y a des voies beaucoup plus prometteuses à suivre : il y a des actes à poser, des actions à mener, des solutions à apporter qui peuvent relancer la bataille du climat bien plus efficacement que ne le fait un processus onusien stérile depuis 1992, voire qui asphyxie l’inventivité d’une société civile qui montre enfin des signes, ici et là, qu’elle se réveille.
 
Cela fait vingt-trois ans que les diplomates discutent des moyens de baisser les émissions de gaz à effet de serre en délaissant la racine du problème, c’est-à-dire la production d’énergies fossiles. En vérité, ces diplomates ont des mandats politiques dictés par une logique économique qui se révèle incompatible avec la sauvegarde d’équilibres climatiques dont la civilisation dépend.
 
Face à cette logique erronée, la campagne de désinvestissement des entreprises d'énergies fossiles que LaRevueRevueDurable veut relayer grâce à vous est une vraie solution, que tout le monde peut s'approprier. De même, toutes les luttes locales contre des projets d’extraction de combustibles fossiles les plus sales et le travail en profondeur de LaRevueDurable en faveur des investissements dans l’énergie citoyenne, coopératives d’énergie et financement citoyen des économies d’énergie, sont d'excellentes solutions.
 
Nous n’avons cependant pas les moyens de défendre seuls, sans soutien extérieur, ces options salvatrices. C’est pourquoi nous nous tournons vers vous. Le risque est de ne pas être compris de tous. L'avantage, en revanche, est que cela nous conduit à nouer des liens encore plus forts avec les centaines de personnes qui apportent leur contribution à cette initiative et nous aident ainsi à marcher avec eux la tête haute.

Face au péril climatique, la tentation de baisser la tête est en effet extrêmement forte. Cette campagne a ainsi aussi vocation à empêcher de succomber au défaitisme. C'est une invitation à relever la tête, ensemble, autour d'un projet commun éminemment juste.
 
Nous ferons un dernier pointage le mardi 21 juillet.
 

Wednesday, July 08, 2015

Soutenir des femmes et des hommes courageux partout dans le monde

Nous atteignons aujourd’hui 30 000 francs/euros. Merci infiniment aux 207 donateurs qui nous ont amené jusque là. Il nous reste maintenant à trouver 20 000 francs/euros en deux semaines, dans cette course contre la montre pour recueillir les 50 000 francs que nous cherchons.

La moitié de cette somme servira à financer une partie des frais de fabrication du prochain numéro de LaRevueDurable sur la campagne de désinvestissement des entreprises d’énergies fossiles qui se déploie dans le monde. L’autre moitié nous permettra d’animer cette campagne en Suisse et en France, notamment en engageant une personne pour mener cette tâche à bien.

 

Pourquoi jugeons-nous cette campagne si importante au point de lui consacrer un dossier complet, de nous y engager ainsi et de vous entraîner dans cette aventure ? Parce que l’actualité nous y pousse. Jugez plutôt.


En mai 2015, dans l’Alberta, au Canada, Rachel Notley créé la surprise en remportant les élections. Une de ses promesses électorales est de retirer le soutien de cette province à la construction de l’oléoduc Keystone XL, qui doit acheminer son bitume vers des raffineries du golfe du Mexique. Fin juin 2015, les élus du Lancashire, comté au nord-est du Royaume-Uni, refusent d’octroyer le premier permis d’extraction à grande échelle de gaz de schiste du pays. Cela contre l’avis des fonctionnaires qui ont instruit ce dossier et malgré la très forte pression du Gouvernement Cameron.

Partout dans le monde, de tels actes de résistance se multiplient : en Australie, en Allemagne, en Inde, en Ecosse, en Amérique latine et du Nord, des centaines de milliers citoyens déterminés agissent avec courage pour qu’un maximum d’énergies fossiles reste sous terre et empêcher ainsi l’irréparable.

Parfois, ils gagnent politiquement. Mais le cas de la mer des Tchouktches évoqué la semaine dernière le prouve : il n’est pas possible d’arrêter un à un tous les projets d’oléoducs, de mines, de plates-formes offshores, d’infrastructures portuaires et autres aménagements gigantesques et terriblement destructeurs qui sont nécessaires pour extraire, transporter puis transformer des hydrocarbures de plus en plus sales à mesure que les sources les plus faciles à exploiter s’assèchent. Aussi, pour que les deux tiers des réserves fossiles restent sous terre, il faut s’attaquer à la logique qui conduit l’industrie fossile à extraire toujours plus de combustibles fossiles de la Terre.
 

Les Suisses et les Français peuvent directement contribuer à ce changement de logique et de cap. Voici comment et pourquoi.


La Banque nationale suisse a investi 2 milliards de francs dans les entreprises états-uniennes qui exploitent des gaz et des huiles de schiste, des sables bitumineux et/ou du charbon. De même, le Fonds de réserve français pour les retraites, fonds d’investissement public, a placé 2 milliards d’euros dans des entreprises fossiles. Est-ce là l’usage qu’on souhaite voir nos Etats faire avec nos fortunes collectives ? Est-il possible de laisser des centaines de milliers de citoyens dans le monde se mobiliser pour défendre notre intérêt commun – la stabilité du climat – sans le lever le petit doigt pour les aider à nous sauver alors que nous disposons d’un levier majeur avec notre argent aujourd'hui si mal utilisé ? Cet argent peut servir à financer la transition énergétique plutôt que la course actuelle vers le pire.

C’est pour aider à faire comprendre l’importance de ce levier à notre disposition, en Suisse et en France, que nous voulons rédiger ce dossier et participer à cette campagne. C’est pour montrer qu’il est possible de canaliser notre argent vers le meilleur plutôt que vers le pire que nous vous demandons, aujourd’hui, de nous soutenir dans cet engagement éminemment juste.
 
Nous soutenir, c’est vous associer à cet engagement. C’est vous rapprocher de notre action. C’est resserrer nos liens. C’est donc aussi pour nous le moyen de nous sentir moins seuls. Si d’autres personnes encore permettent à cette collecte d’arriver au bout de son objectif, nous serons encore plus habités, lors de la préparation de ce dossier et lorsque nous mènerons campagne cette automne et cet hiver, par votre présence, votre volonté de coopérer, votre motivation.

Voilà, en très bref, la logique essentielle derrière ce financement participatif.
 

Thursday, July 02, 2015

Canicule en Europe, forages en Arctique : ne laissons-pas l'industrie fossile fermer l'avenir

Le début des forages exploratoires en mer des Tchouktches, au nord de l’Alaska, est imminent. Une première plate-forme de forage est arrivée sur place ce week-end. Une autre est en route. Fin mai, lorsque que la première plate-forme de Shell quittait Seattle, des centaines de personnes ont tenté, en vain, d’empêcher sa sortie du port à bord de kayaks.
 
Alors qu’une canicule frappe en ce moment l'Europe, que 2300 personnes sont mortes en Inde en mai, et 1000 au Pakistan en juin à cause de températures record, rien ne semble plus aberrant que d'investir des milliards pour continuer d’extraire un pétrole déjà surabondant qui va aggraver un changement climatique déjà trop avancé et menacer de marée noire une des rares mers encore préservée de la folie humaine.

L’homme le plus puissant de la planète, le président des Etats-Unis, Barack Obama, a accéléré la procédure pour autoriser ce forage. Et les gouvernements qui négocient en ce moment le protocole de Paris 2015 ne font strictement rien pour limiter l’extraction des combustibles fossiles. Essayer de régler le problème du changement climatique en s’attaquant uniquement aux émissions tout en favorisant une production maximale, c’est comme prétendre abolir l’esclavage tout en favorisant le trafic d’esclaves : cela n’a aucun sens ! Il faut réguler les émissions ET la production. Il ne s’agit pas de cesser de produire des énergies fossiles, mais de limiter fortement et progressivement leur production.
 
Chers amis de LaRevueDurable, nous sommes seuls, nous les citoyens, à pouvoir enrayer cette folie. Nous devons être soudés pour empêcher l’irréparable. Le changement climatique menace de détruire tout ce qui nous est le plus cher. Nous sommes partis pour une trajectoire de +4°C à +5°C – autrement dit, la catastrophe – à l’horizon de quelques décennies. A moins d’un sursaut. Un vrai sursaut.
 
Un premier pas dans cette direction consiste à donner à LaRevueDurable les moyens de mener campagne sur le désinvestissement des entreprises d’énergies fossiles, Shell, Total, BP et les autres, là où nous travaillons, en Suisse romande et en France. Alors qu’il ne reste que 24 jours de collecte, nous atteignons 41 % de la somme recherchée (20'508 euros/francs). Durant la semaine qui vient de s’écouler, nous avons, pour la première fois depuis le début de cette aventure, pris du retard sur l’objectif fixé de 50 000 francs.

L’actualité montre pourtant à quel point il y a urgence à se mettre en travers de l’extraction excessive d’énergies fossiles. Cette extraction ne relève pas de la fatalité. Simplement, il faut être à la hauteur. Nous aiderez-vous à l’être avec vous ? Nous en sommes persuadés, car nous sommes remplis d’espoir. Nous gardons notre foi en la capacité des humains à faire face. Mais pour cela, il faut s’y mettre. Ensemble. Et maintenant !
 
C’est pourquoi nous vous demandons de contribuer à cette collecte si vous ne l’avez pas encore fait et de faire suivre ce message partout où vous connaissez des femmes et des hommes de bonne volonté. Par exemple, tous les catholiques qui ont lu l’encyclique Laudato si’ devraient être d'autant plus réceptifs à cet appel. Nous constatons aussi que l’immense majorité des dons nous parviennent de Suisse. Même si la France a d’autres soucis immédiats, nous ne pouvons pas croire qu’un tel problème puisse passer au second plan dans ce pays qui accueillera la COP21 en décembre.

 

Friday, June 26, 2015

Près d'un tiers du chemin parcouru

En deux semaines, 124 personnes ont permis d’atteindre plus de 31 % de la somme nécessaire pour réaliser le dossier de LaRevueDurable sur le désinvestissement des énergies fossiles et animer la campagne sur ce thème, soit 15’573 francs/euros.

C’est une excellente nouvelle ! Vous, lecteurs et sympathisants de LaRevueDurable, nous exprimez votre confiance de la façon la plus forte qui soit, par des dons qui, si nous continuons ainsi jusqu’au 25 juillet, nous mènerons au total visé de 50'000 francs/euros, pourtant a priori très intimidant.
 
Nous commençons vraiment à croire que cela est bel et bien possible, que nous allons y arriver. Les premiers donateurs en ont appelé d’autres. Et le rythme ne faiblit pas. Il nous réjouit énormément de penser que, comme nous, vous êtes nombreux à penser que, parmi tant de causes justes – et Dieu sait s’il y en a ! –, ce projet est extraordinairement pertinent et mérite d’être souvenu avec la vigueur que vous manifestez.
 
C’est ainsi qu’un confrère journaliste de la télévision a décidé, pour fêter ses 50 ans et ceux de son épouse, de demander à leurs invités de venir les mains vides… et de faire un don à LaRevueDurable.

 

N’oubliez pas aussi, si vous le pouvez, de relayer notre appel dans vos réseaux – en faisant suivre nos mailings, en les évoquant dans votre blog, etc. – tout en soulignant pourquoi vous le soutenez. Même si cela ne marche pas toujours, cela attire l’attention sur cette campagne et sur LaRevueDurable. Ce qui est une excellente chose.
 
Vous pouvez aussi reprendre cette signature en bas de vos courriels :
 
« Libérons-nous des énergies fossiles ! » : LaRevueDurable lance un financement participatif pour le climat !
Pour connaître tous les détails de ce projet et y apporter votre contribution, voir : www.kisskissbankbank.com/liberons-nous-des-energies-fossiles
Si vous le préférez, vous pouvez verser votre contribution en ligne sur : www.larevuedurable.com/fr/faire-un-don
 
Merci de tout cœur et à la semaine prochaine pour la suite de cette belle aventure !
 

Jacques et Susana

Wednesday, June 17, 2015

Nouvelles du front

Déjà 16 % de la somme réunie


En une semaine, nous avons atteint 16 % de la somme nécessaire pour réaliser le dossier de LaRevueDurable sur le désinvestissement des énergies fossiles et animer la campagne sur ce thème, soit 8200 francs/euros, dont 7 % via kisskissbankbank. Au total, 69 personnes ont fait un don. Une fois par semaine, nous vous tiendrons informés de l’évolution de cette collecte, dont l’objectif est 50 000 euros/francs.
 
Le contexte est plutôt favorable. Notamment parce que demain, jeudi 18 juin, l'encyclique sur le climat du Pape François devrait appeler à une révolution éthique et économique pour éviter un changement climatique catastrophique et l’accroissement des inégalités. Avec 1,2 milliard de catholiques dans le monde et l’excellente réputation de cet homme, il faut espérer que ce texte envoie une onde de choc qui accroît la force et la vitesse de la campagne de désinvestissement.
 
Pour notre part, nous sommes très reconnaissants envers celles et ceux qui ont si vite appuyé notre propre initiative pour animer cette campagne. C’est une belle incitation pour aller de l’avant. Et si tous les dons, sans exception, nous touchent beaucoup, deux d’entre eux attirent notre attention.
 
A Fribourg, un couple a donné les intérêts de ses actions à la Banque Alternative Suisse, soit 450 francs. Plutôt que d’accroître son capital, il a décidé de lutter contre l’effet rebond en valorisant ainsi ses intérêts.
 
A Tours, un lecteur a donné 250 euros et lancé une collecte locale pour réunir les 750 euros manquants pour pouvoir co-organiser avec nous une soirée publique. Ce que d’autres peuvent imiter.
 
Maintenant qu’un premier noyau de personnes a ouvert la voie, il nous faut élargir le cercle des donateurs. Pour suivre leur exemple, vous pouvez :

  • faire un don, si vous ne l'avez pas fait,
  • lancer un crowdfunding local pour réunir la somme de 1000 euros/francs afin de mettre sur pied une soirée publique sur le climat et le désinvestissement;
  • relayer notre appel dans vos contacts et réseaux en soulignant pourquoi vous-même le soutenez.