PORTRAITS AU COLLODION : nullipares volontaires, FEMMES AVANT TOUT

Afin de défendre l’accomplissement des femmes au-delà de la maternité, participez à la création d’une série de portraits au collodion

Visuel du projet PORTRAITS AU COLLODION : nullipares volontaires, FEMMES AVANT TOUT
Réussi
43
Contributeurs
07/04/2020
Date de fin
2 556 €
Sur 2 500 €
102 %
Féminisme
LGBTQ+
Autoproduction
culturelle

PORTRAITS AU COLLODION : nullipares volontaires, FEMMES AVANT TOUT

Cette série s’inscrit dans le mouvement Childfree. Elle a pour but de rendre justice aux femmes qui font face au jugement immérité de la société qui pense malheureusement, encore en 2020, que l’épanouissement personnel d’une femme doit passer par la maternité.

Je vais traiter cette série de portraits dans sa plus simple définition. Peu importe si la motivation des modèles est sociale, politique, écologique etc. Aucune justification pour expliquer ce choix personnel ne devrait être nécessaire. Les nullipares auraient dû être aujourd’hui un non-sujet.

La photographie au collodion humide est un ancien procédé du XIXe siècle. Cette technique artisanale produit un seul négatif sur verre qui, posé sur un fond très sombre, devient un positif isolé. Les images au collodion ont une sensibilité particulière, incomparable aux autres procédés, qu’ils soient argentiques ou numériques. C’est une photographie primitive, une épreuve unique et altérable.

Comme toutes ces femmes dépourvues de l’inquiétude d’éternité, j’espère au travers de cette série, annihiler les jugements et méfiances afin de représenter l’unicité de chaque être dans son plus bel éclat. Et j’espère saisir la singularité de chaque visage de celles qui revendiquent la liberté d’être elles-mêmes.

 

Avec ce travail photographique, j’aspire à confronter chaque regard spectateur à ses idées reçues à travers une exposition et ultérieurement, des publications.


Mes inspirations

En matière de référence pour ce travail au collodion, j’apprécie très fortement les œuvres de Julia Margaret Cameron, une des premières femmes photographes ; Jessie Tarbox Beal, une des premières photojournalistes ; le portrait de Sarah Bernhardt par Nadar ; la série Visages de l’Ouest de Richard Avedon ; plus contemporain, Mateusz Detynieck.


Je m’appelle Aurélie et j’ai 29 ans. Photographe de passion, je travaille comme assistante caméra sur des plateaux de cinéma. Je partage mon temps entre la région angevine, la vie parisienne et là où les tournages m’emmènent. 

Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait des photos. C’est en 2007 que je commence à tirer mes propres photos argentiques en chambre noire. Aujourd’hui, j’explore et j’expérimente de nouvelles techniques photographiques, notamment les procédés anciens. 

J’utilise cette discipline comme exutoire à la mélancolie, l’insoumission mais aussi un exutoire à l’allégresse et à l’amour. 

Dans le cadre des ateliers argentiques de la Maison Populaire de Montreuil, certains de mes tirages furent exposés deux années consécutives. Actuellement, vous pouvez aussi voir un de mes virages au bleu chez Pro Images Services, Paris 19ème .  

Pour préparer au mieux ce projet, j’ai déjà effectué deux formations : prises de vue à la chambre photographique enseignée par Richard Petit, et un workshop collodion humide à l’Atelier d’en Face.



Les modèles qui ont déjà accepté l'aventure

À quoi servira la collecte

Votre soutien m’est essentiel !

La collecte servira à couvrir l’achat du matériel notamment une chambre avec un objectif ancien (c'est l'appareil photo) et des chimies nécessaires à la prise de vues (dans le collodion, tout se fabrique ! Les différentes chimies permettent de fabriquer là où va se créer l'image).

 

Sans ça, les portraits de ces femmes ne pourront jamais voir le jour. 

 

 

Répartition des dépenses inévitables 

 

Et si grâce à votre générosité je peux voir plus grand :

Je pourrai louer un studio photo, aller voir toujours plus de modèles, encore plus loin ! 

Nous pourrons faire vivre le projet dans le temps, organiser des expositions et penser la création d’un livre photographique autour de la série.

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux