Aller au contenu

Publier et diffuser le meilleur Nouveau Manuel d'Histoire

Livres, Santé & éducation, Jeunesse

Visuel du projet Publier et diffuser le meilleur Nouveau Manuel d'Histoire
Checked circleRéussi
575
Contributeurs
Monday, June 20, 2016
Date de fin
31 096 €
Sur 25 000 €
124 %

Soutenez ce splendide nouveau manuel qui sera diffusé gratuitement et transmettra à tous les collégiens l'amour de notre pays !

Suivre et partager
Monday, June 20, 2016

Le Parisien parle du Nouveau Manuel d'Histoire !

Il a conçu son propre livre d'histoire

Dans la bataille des anciens et des modernes de l'éducation, l'historien Dimitri Casali a choisi le camp de la tradition. Exaspéré par les nouveaux manuels scolaires, cet amoureux de Napoléon et de guitares électriques est en train d'écrire son propre ouvrage, préfacé par Jean-Pierre Chevènement. Le manuscrit, dont il montre avec fierté les épreuves tout de bleu-blanc-rouge, se veut un retour aux sources de l'enseignement de l'histoire, conçu comme un vecteur de patriotisme.

Son manuel dissident (qui suit tout de même les thèmes des programmes officiels) devrait surtout « être distribué dans l'enseignement privé », pronostique l'auteur, et auprès des familles hostiles à la réforme du collège, qui accusent la ministre de l'Education nationale de nuire aux élites, sous couvert d'aider les jeunes en difficulté scolaire. « Il y a encore dix ans, il y avait assez de matière dans les manuels scolaires pour donner aux bons élèves la possibilité d'acquérir une culture. Mais ce n'est plus le cas : depuis Xavier Darcos, on ne donne plus la possibilité à nos enfants de découvrir la culture avec un grand C », attaque Dimitri Casali.

Il reproche au Conseil supérieur des programmes d'avoir privilégié un courant universitaire qui intègre d'autres sciences sociales pour raconter le passé. « C'est ainsi qu'on se retrouve à montrer à des collégiens le graphique du cours du blé avant la Révolution, au lieu de raconter la prise de la Bastille ! s'agace-t-il. Mais les jeunes ont besoin de récit : pour s'intéresser à l'histoire, il faut des histoires. » Alors, dans son livre, Casali a utilisé la marge de manoeuvre permise par la liberté pédagogique pour « rétablir les grandes figures comme Saint Louis. Louis XIV a droit à 17 pages, j'ai remis Molière et j'évoque l'histoire des grandes batailles qui avaient quasiment disparu des manuels », égrène l'historien, qui espère redonner du lustre à une histoire de France trop « criminalisée » à son goût dans les programmes.Dans la bataille des anciens et des modernes de l'éducation, l'historien Dimitri Casali a choisi le camp de la tradition. Exaspéré par les nouveaux manuels scolaires, cet amoureux de Napoléon et de guitares électriques est en train d'écrire son propre ouvrage, préfacé par Jean-Pierre Chevènement. Le manuscrit, dont il montre avec fierté les épreuves tout de bleu-blanc-rouge, se veut un retour aux sources de l'enseignement de l'histoire, conçu comme un vecteur de patriotisme.

Son manuel dissident (qui suit tout de même les thèmes des programmes officiels) devrait surtout « être distribué dans l'enseignement privé », pronostique l'auteur, et auprès des familles hostiles à la réforme du collège, qui accusent la ministre de l'Education nationale de nuire aux élites, sous couvert d'aider les jeunes en difficulté scolaire. « Il y a encore dix ans, il y avait assez de matière dans les manuels scolaires pour donner aux bons élèves la possibilité d'acquérir une culture. Mais ce n'est plus le cas : depuis Xavier Darcos, on ne donne plus la possibilité à nos enfants de découvrir la culture avec un grand C », attaque Dimitri Casali.

Il reproche au Conseil supérieur des programmes d'avoir privilégié un courant universitaire qui intègre d'autres sciences sociales pour raconter le passé. « C'est ainsi qu'on se retrouve à montrer à des collégiens le graphique du cours du blé avant la Révolution, au lieu de raconter la prise de la Bastille ! s'agace-t-il. Mais les jeunes ont besoin de récit : pour s'intéresser à l'histoire, il faut des histoires. » Alors, dans son livre, Casali a utilisé la marge de manoeuvre permise par la liberté pédagogique pour « rétablir les grandes figures comme Saint Louis...

 

 

La suite sur le site du Parisien

Monday, June 20, 2016

Les premiers specimens du manuel sont là !

Les premiers spécimens du Nouveau Manuel d'Histoire viennent de nous parvenir et... ils sont MA-GNI-FIQUES ! Les autres sont en cours d'acheminement chez le routeur qui doit faire les envois à tous les professeurs ayant commandé un exemplaire. Merci de votre patience et bravo à Dimitri Casali pour cette publication extraordinaire !

Vous pouvez encore participer à l'enrichissement de ce livre au format numérique en soutenant notre collecte participative ! 

Mille mercis à vous ! 

 

Casali-1465821799

 

Friday, June 03, 2016

Consultez le Manuel dans son intégralité !

Le spécimen numérique du Nouveau Manuel d'Histoire est désormais intégralement disponible en ligne :

cliquez sur ce lien pour y accéder

 

N'hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux et à l'envoyer à tous les professeurs que vous connaissez !

 

Merci de votre soutien, et vive l'histoire de France !

L'équipe de la Fondation Aristote

Friday, May 20, 2016

Le Nouveau Manuel d'Histoire dans la presse !

Le magazine Famille Chrétienne consacre une page au Nouveau Manuel d'Histoire !

 

Lire l'article en ligne

 

Extrait :

"Préfacé par le très républicain Jean-Pierre Chevènement, ce Nouveau Manuel d’Histoire a été rédigé principalement par l’historien Dimitri Casali avec l’aide de professeurs agrégés et passionnés (parmi lesquels des catholiques engagés comme Louis Manaranche ou Jean-François Chemain). Financé par la Fondation Aristote, née en novembre 2015, il est disponible gratuitement en version numérique et sera publié au format papier à destination des collèges pour la rentrée 2016. En respectant les nouveaux programmes à la lettre, ils ont voulu créer le manuel idéal, où rien n’est sacrifié aux contingences de l’époque : beauté des images, présence de vraies cartes précises et claires, exhaustivité, exigence intellectuelle. Un soin particulier a été apporté à la chronologie : pour garder la cohérence des événements, des chapitres courts et efficaces comblent les trous entre les périodes abordées par les nouveaux programmes. Enfin, face à une Histoire de France malmenée par les fantasmes et les polémiques de tous bords, ils ont cherché à poser un regard équilibré et fédérateur sur le récit national, ses aspects négatifs comme ses aspects positifs."