Participer au financement d'un cheval de trait pour l'entretien des cultures maraichères biologiques.


Disponible

 

Bonjour à tous,

 

J’espère que vous allez bien ?

 

Pour des raisons  pratiques, vous pouvez désormais suivre l'actualité du Pota'Djé sur le nouveau site du Pota'djé

 

L'actu 6 est donc à visualiser sur le nouveau site internet

 

http://lepotadje.com

 

P1000144

 

Les pois sont copains..

Disponible

Bonjour, tout le monde :

 

Ça y est nous y sommes : la collecte est terminée (120 % !!)

Merci beaucoup à vous tous qui avez soutenu, partagé et diffusé le projet.

 

Ce financement est très important pour moi il va me permettre d'effectuer l'un de mes rêves, qui est de travailler avec les chevaux au rythme des saisons.

 

Encore merci à tout le monde.

 

Pour ce qui est des contreparties, les autocollants sont commandés, les paniers de légumes sont en train de pousser, les poules attendent d'avoir des portes à leur poulailler avant d'emménager, le photographe attend le cheval et moi j'attend de loger sur la ferme pour vous accueillir comme il se doit... mais ne vous inquiétez pas je ne vous oublie pas.

 

En attendant je vous fait parvenir des photos de la journée plantation de patates : c'est une solide équipe de copains accompagnés de leur chevaux qui m'ont prêté main forte pour la journée merci a eux.

 

C'est à cette occasion que mes parents m'ont prêté Ruby, leur cheval de trait qui est venu m'aider pendant un mois à effectuer les travaux de printemps en attendant la venue du mien courant juin.

 

 

 

Imgr_4148

Ruby, Deny et JR à la planteuse à patate

 

Imgr_4173

Moi avec Ulysse en train de passer le canadien

 

 

 

 

 

 

Disponible

Bonjour à tous,

 

Le printemps est donc arrivé à St Victor comme ailleurs...avec les jours qui rallongent...

 

De mon coté ça avance, la parcelle a été labourée, la reprise de labour vient d'être faite, il ne reste plus qu'à semer et planter.

 

La collecte progresse encore, merci à vous...l'argent collecté en plus servira à acheter un harnais de travail et des outils de traction animale.

 

Mes premières salades sont semées, le reste devrait suivre...

Le poulailler a eu droit à une toute nouvelle trappe automatique.

 

Je me suis acheté un poussepousse dernière génération pour les petits travaux précis.

 

La semaine dernière, je suis allé dans le Haut-Doubs chez un éleveur de chevaux. Normalement je devrai avoir la "bête" courant Juin.

 

Dessinalex

Je vous fais partager cette jolie peinture que j'ai reçu d’Alexane, une chouette kisskissbankeuse.

 

 

 

 

Disponible

Bonjour à tous,

 

OBJECTIF ATTEINT !! Et même dépassé ! 101 % !! Merci, c'est grâce à vous !

 

Dès jeudi prochain, je me rend chez l'éleveur pour rencontrer ma mule ou mon cheval de travail. Et j'ai également pris contact avec un photographe pour réaliser les photos des contreparties.

 

Coté jardin, cela avance aussi, les graines de légumes sont commandées, les patates attendent d’être plantées, le terrain est labouré, une serre devrait arrivée sous peu ... le poulailler , quant à lui, en est à sa phase terminale de construction.

 

Comme promis, un petit topo sur l'atelier poules pondeuses et le Poula'Djé :

 

L'élevage sera envisagé sur la base d'un poulailler et d'un parc mobile faciles à déplacer. Les parcs seront délimités par des filets électrifiés, tandis que la mobilité du poulailler sera permise par le traineau sur lequel il va être construit.

L'intérêt de cette mobilité est de pouvoir facilement déplacer les poules, d'un pré à une parcelle de légumes, dans l'objectif de désherber, lutter contre les maladies et les ravageurs pourvoyeurs de ces maladies, ou encore nettoyer les cultures en fin de cycle ; ceci tout en limitant le piétinement et en bénéficiant des déjections.

 

Le cahier des charges du Poula'Djé :

 

Un poulailler pratique, mobile, esthétique pour 50 poules pondeuses.

 

Après quelques hésitations, nous avons opté pour une ossature en métal et un habillage bois.

La mobilité se fera avec l'aide de patins en acier. Les pondoirs sont en mélèze et le reste de l'habillage bois est en sapin.

 

Le plan de départ

Poulailler-jeremy-01_01-2

 

 

Le montage

 

Après avoir imaginé le projet et dessiné les plans en détail avec l'aide technique et pratique de mon père, nous avons pu débuter le montage.

Pour cela, je me suis installé dans son atelier, qui dispose également d'une petite forge. J'en profite pour remercier mes parents pour l'hébergement du chantier et l'aide logistique (conception, montage, soudure, plats cuisinés ...)

 

Il a fallu, dans un premier temps, commander et acheminer les matériaux (métal, bois... ), avant de souder, une semaine durant, pour réaliser le traineau. Ensuite, il a été temps de travailler le bois : rabotage, coupage, biseautage ... afin que celui-ci soit exploitable.

Le chantier, a, par la suite déménagé à St Victor de Cessieu, sur les terres du Pota'Djé. En effet, bien qu'il s'agisse d'un poulailler mobile, il était tout de même bien plus simple de le déplacer en pièce détachées, que de le transporter entièrement monté sur les routes de la Maurienne ... !!

 

Les murs et le plancher sont désormais montés ... reste 2-3 soudures à faire et le toit à mettre en place pour que les poules puissent découvrir leur nouveau nid douillet !!

 

Le Poula'Djé en photos :

P1110559

                                                               L'ossature en métal

 

P1110568

                                                              Deny à la soudure

 

 

P1110583

                                                 Le poulailler habillé de bois

 

2014-01-21_22.00.49

                                                                Les pondoirs

 

 

 

Disponible

 

Bonjour à tous,

La collecte progresse à vue d’œil : c'est fou déjà 75 % ! Sans parler des nombreux partages et, surtout de votre énorme soutien.

Encore merci à vous !!!

 

Le Pota'Djé est heureux de vous présenter en avant première sa collection Printemps/Eté 2014.

Effectivement, les outils du Pota'Djé ont été entièrement repeints ; ils attendent de pied ferme l'animal qui usera leur peinture.

 

 

Collection

 

Et c'est parti pour le défilé ! On commence par le plus petit : 

 

Le pousse-pousse ou houe maraichère :

 

Il s'agit d'un outil à traction humaine (et oui, y a pas que le cheval qui s'y colle !) qui peut être équipé de différents outils (butoir, lame oscillante ...). Le pousse-pousse … se pousse (comme son nom l'indique !). Il permet un travail de précision de désherbage/sarclage tout en étant rapide d'utilisation.

Cet outil est en service depuis 2 siècles. A l'époque tous les maraîchers l'utilisaient puisque les désherbants chimiques n'existaient pas ... et aujourd'hui les maraîchers bio l'utilisent donc toujours ! 

 

Poussepousse
 

Le cultivateur ou herse canadien :

 

Cet outils effectue un travail du sol superficiel, il permet une reprise de labour ou la destruction de mauvaises herbes. Ses dents flexibles lui confèrent un pouvoir de destruction des mottes de terre. Grâce à une roue de terrage, on peut régler la hauteur de ses dents, ce qui facilite son transport.


Canadien

 

La bineuse ou houe :

 

La bineuse est un outil réglable en profondeur et en largeur. Ces réglages lui permettent d’être un outil polyvalent pour biner les allées ou entre les légumes, c'est à dire ameublir et aérer la couche superficielle du sol entre les plantes. En brisant cette croûte qui se forme sous l'effet de l'arrosage et de la pluie la pénétration de l'eau dans le sol est facilitée. De plus, grâce au binage, les racines des plantes respirent mieux.
Bineuse

 

Le Bucher :

 

Le bucher est un porte outil suisse commercialisé dans les années 1950. Il dispose d'une multitude de réglages et surtout d'une large gamme d'outils adaptables et réglables (ex : doigt bineur, disque, disque billonneur, herse étrille ...). Il est donc multi-fonction et permet de gagner un temps précieux.

 

Bucher
 

Le Bucher possède également un système d'auto-conduite combinée. Il suffit de déplacer latéralement les mancherons pour que les roues prennent automatiquement la même direction. Ceci permet une correction rapide et efficace de tout écart de l'attelage, et donc un travail de sarclage précis à proximité immédiate des plantes.

 

 

Aebi-porte-outils-13

Schéma de passage du bucher


 

Les autres outils de la ferme  :

 

La charrue, utilisée pour le labour. Le labour permet de retourner la terre, pour l'ameublir et obtenir une base de travail pour la suite. En traction animale, le labour est dit agronomique : il ne dépasse pas 15 à 20 cm de profondeur.

 

Enfin, le Pota'Djé, dispose aussi de semoirs, utilisés pour les semis d'engrais vert et de légumes ; ainsi que d'une gamme de petits outils à main : binette, pioche, grelinette...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Disponible

Bonjour,

 

Grâce à votre soutien, la collecte avance bien : déjà 44% !!

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire mon projet et de l'avoir partagé avec vos amis.

Merci pour vos dons.

De savoir que vous croyez en mon projet me touche énormément.

 

Sachez que de mon côté, le projet progresse et occupe la majeure partie de mon temps :

- démarches administratives (démarches pour la création de l'entreprise agricole, pour la certification en agriculture biologique, et auprès de groupements producteurs pour la commercialisation future...),

- formation technique par le biais de l'ADABIO,

- rencontre avec d'autres maraîchers pour des conseils et des échanges,

- recherche et achat de matériel,

et :

- construction du poulailler mobile, le Poula'Djé, dont je vous donnerai des nouvelles très prochainement.

 

Dans vos emails, commentaires et autres réactions, j'ai eu plusieurs demandes d'explication quant aux raisons qui m'ont poussé à choisir la traction animale (TA), c'est pourquoi je profite de cette actualité pour vous expliquer ma démarche.

 

061-p5164426

 

Évaluation des intérêts et limites de la TA

Intérêts

  • Terre non tassée (à l'inverse du tracteur : à cause des vibrations du moteur diesel)

=> de nombreux avantages agronomiques :

  • enrichissement du sol grâce à une meilleure dégradation de la matière organique,

    vie microbienne souterraine favorisée, oxygénation, minéralisation

  • bonne infiltration de l'eau,

  • moins de mauvaises herbes,

  • travail du sol simplifié (par rapport à un sol dur et compact),

  • bon état général des cultures permettant un bon développement racinaire et donc un bon état général des cultures,

  • Allongement des périodes de travail possibles (en particulier après la pluie, dès que la terre n'est plus collante, car l'animal tasse peu le sol),

  • Travail sous serre rapide et confortable (pas de concentration de gaz d’échappements),

  • Fournisseur d'engrais organique (Pour un cheval : 3T de fumier/an),

  • Absence de pollution sonore et d'émission de gaz à effet de serre,

  • Auto-production du carburant (foin, herbe, eau),

  • Coûts de fonctionnement et d'entretien bien moins élevés qu'avec un tracteur car pas d'utilisation d'énergie fossile au coût élevé,

  • Complicité de travail entre l'animal et l'homme,

 

Limites

  • Soins quotidiens au cheval, sauf période de repos au pré,

  • Formation préalable nécessaire,

  • Gros travaux de printemps pouvant être plus difficiles car puissance du cheval parfois insuffisante si le travail du sol n'a pas été régulier,

  • Utilisation d'outils rotatifs pas encore possible : rallonge le temps de préparation des sols en début de saison, et rend difficile l’obtention d’un lit de semence fin sur sol limoneux,

 

L'idée est de faire de la ferme un lieu d'application concrète de la traction animale en maraichage. Ce travail se fera en collaboration avec d'autres utilisateurs de traction animale en agriculture : des constructeurs et des associations (Adabio auto-construction, Hippotese...) avec lesquelles je suis déjà en lien.

L'idéal serait à terme de développer de nouvelles techniques qui pourraient ensuite être vulgarisées.

Cette démarche s'inscrit dans une nécessité de construire un projet alternatif au tout tracteur.

 

Étant la seule énergie mécanique renouvelable, la traction animale est donc la plus adaptée au contexte de transition vers une société postpétrole.

 

 

Quelques chiffres à titre indicatif :

 

Graphique_1-2

 

 

Rendements

  • Pour une serre de 500 m2, le binage est effectué en 1/4 h,

  • Pour 1 ha de pommes de terre, le cheval ouvre et rebouche les raies en une demi-journée.

Source :

 

fao-traction-animale-vue-schematique-AGSE.pdf (2,7 Mo)

http://hippotese.free.fr/blogdocs6/technbio-pano-cout-cheval-hippotese.pdf