un cheval pour des vignes

Soutenez un jeune vigneron qui souhaite travailler son vignoble biodynamique avec un cheval de trait pour diminuer son impact sur la nature.

Visuel du projet un cheval pour des vignes
Réussi
130
Contributeurs
22/10/2014
Date de fin
8 016 €
Sur 6 500 €
123 %
Sunday, August 24, 2014

<div> Son b&eacute;b&eacute;,qui n&rsquo;est pas encore n&eacute;, a d&eacute;j&agrave; un nom. La naissance est pr&eacute;vue pour l&rsquo;automne du c&ocirc;t&eacute; de Saint-Aubin-de-Luign&eacute; o&ugrave; trois hectares de vignes d&eacute;j&agrave; travaill&eacute;es en bio n&rsquo;attendent plus que les for- malit&eacute;s de cession. &laquo; Ce n&rsquo;est pas si simple que &ccedil;a d&rsquo;acheter des vignes &raquo;, confie Adrien de Mello, entre un ren- dez-vous &agrave; la Chambre d&rsquo;Agriculture et un autre &agrave; la mairie du village. Le domaine d&rsquo;Adrien de Mello s&rsquo;appellera le Domaine de &nbsp;la Petite S&oelig;ur, clin d&rsquo;&oelig;il appuy&eacute; &agrave; Louise, sa petite fille d&rsquo;un mois.</div> <div> A 33 ans, ce fils d&rsquo;une biblioth&eacute;caire et d&rsquo;un dentiste n&eacute; au pays du cidre s&rsquo;est lanc&eacute; dans le projet d&rsquo;une vie : faire son propre vin. Et ce sera donc au c&oelig;ur du Layon &agrave; la fois parce que le prix des vignes est encore abordable et pour se rapprocher de sa Bretagne qui lui manque. Dipl&ocirc;m&eacute; en am&eacute;nagement du territoire,Adrien de Mello voulait devenir &eacute;lagueur-grimpeur.Ils&rsquo;&eacute;tait d&rsquo;ailleurs inscrit &agrave; une &eacute;cole d&rsquo;&eacute;lagage du c&ocirc;t&eacute; de Rennes. Il n&rsquo;y a jamais mis les pieds. Parti au Quebec en 2003, le Vitr&eacute;en y a curieusement d&eacute;couvert le monde du vin. Des vins pourtant tr&egrave;s diff&eacute;rents des n&ocirc;tres avec des raisins tr&egrave;s diff&eacute;rents aussi. Sa passion est n&eacute;e avec les vins de glace !</div> <div> Un cheval comtois &agrave; 6000 euros</div> <div> Elle a grandi sous de meilleurs hospices ,&agrave; Beaune, o&ugrave; il a d&eacute;croch&eacute; son brevet professionnel d&rsquo;exploitant agricole, puis en Afrique du Sud, aux Etats-Unis-&laquo;chez des businessmans du vin&raquo;-et m&ecirc;me au P&eacute;rou. Mais c&rsquo;est en France depuis 2011, sur le domaine Duseigneur &agrave; Ch&acirc;teauneuf-du-Pape,qu&rsquo;Adrien de Mello a m&ucirc;ri son projet comme la syrah m&ucirc;rit au soleil.&laquo;Mes &nbsp;vinifications seront sinc&egrave;res et vivantes, loin des clivages, je travaillerai chaque jour pour &eacute;laborer des vins proches de leur origine, sans maquillage, ni rajout vulgaire. Pour r&eacute;sumer, des vins naturels, sains et sans intrants chimiques &raquo;, confie-t-il sans toutefois en faire une religion. &laquo; Attention, ce n&rsquo;est pas parce qu&rsquo;un vin est naturel et qu&rsquo;il a &eacute;t&eacute; produit comme au moyen &acirc;ge qu&rsquo;il est forc&eacute;ment bon &raquo;, dit-il encore.</div> <div> &nbsp;D&eacute;j&agrave; travaill&eacute;es de fa&ccedil;on biologique en face des parcelles de quart de Chaume, ses futures vignes b&eacute;n&eacute;ficieront de la culture biodynamique&nbsp;qu&rsquo;il s&rsquo;est forg&eacute;. Les constellations, les cycles lunaires, les plantes (ortie, pr&ecirc;le, consoude, ail, oignon&hellip;) seront convoqu&eacute;s au chevet de ses vignes. Un cheval &eacute;galement. &laquo; Pas question d&rsquo;acheter un tracteur, ni d&rsquo;uti- liser de l&rsquo;essence. La vigne doit pouvoir faire descendre ses racines pour exprimer au mieux la complexit&eacute; du sol &raquo;, explique ce &laquo; cousin &raquo; d&rsquo;Olivier Cousin. Mais pas n&rsquo;importe quel cheval, non plus ! Adrien de Mello a rep&eacute;r&eacute; un cheval comtois sp&eacute;cialement dress&eacute; pour les travaux des vignes par un &eacute;leveur du Jura. Son prix : 6000 euros que le Breton aimerait financer par une souscription participative sur le site internet kisskissbankbank. En trente jours, 3000 euros ont d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; r&eacute;colt&eacute;s. Le projet va vivre encore une soixantaine de jours sur le site. Les donateurs seront&nbsp;notamment remerci&eacute;s par des bouteilles de la cuv&eacute;e 2015. Trois rouges - un vin de garde, un vin de table et un vin de soif et deux blancs tr&egrave;s diff&eacute;rents sont d&eacute;j&agrave; dans la t&ecirc;te d&rsquo;Adrien de Mello.</div> <div> &nbsp;</div> <p> &nbsp;</p>