Un documentaire sur les sentinelles qui préservent nos rivières

Aidez à la réalisation d'un film sur ceux qui préservent nos rivières.

Visuel du projet Un documentaire sur les sentinelles qui préservent nos rivières
Réussi
93
Contributions
08/04/2019
Date de fin
5 317 €
Sur 5 000 €
106 %
Soutenu par
Conseil Départemental Corrèze soutient le projet Un documentaire sur les sentinelles qui préservent nos rivières

Un documentaire sur les sentinelles qui préservent nos rivières

<p>Et si les plus petits efforts &eacute;taient en r&eacute;alit&eacute; les plus importants&nbsp;? Si les actions de chacun, &agrave; son &eacute;chelle, &eacute;taient finalement celles qui am&egrave;nent les grands changements&nbsp;? C&rsquo;est l&rsquo;id&eacute;e que veut insuffler&nbsp;le biologiste et r&eacute;alisateur Philippe Laforge&nbsp;&agrave; travers son prochain documentaire sur &laquo;&nbsp;les sentinelles des rivi&egrave;res&nbsp;&raquo;.</p> <p>Cet amoureux des milieux aquatiques est tr&egrave;s inquiet de leur &eacute;tat, jug&eacute; &quot;calamiteux&quot;&nbsp;par une &eacute;tude publi&eacute;e en 2017 par l&rsquo;UFC-Que Choisir. H&eacute;las, <strong>ce qui se passe sous l&rsquo;eau se d&eacute;roule en silence, loin des regards</strong>. Et donc du grand public.</p> <p>Mais il y a encore de l&#39;espoir pour les rivi&egrave;res fran&ccedil;aises.&nbsp;Le r&eacute;alisateur s&rsquo;est pench&eacute; sur&nbsp;<strong>ceux qui &oelig;uvrent pour inverser la tendance.&nbsp;</strong>Associations de p&ecirc;cheurs, militants pour la sauvegarde du patrimoine naturel, enseignants... Il a interrog&eacute; sept laur&eacute;ats du prix Charles Ritz, la seule r&eacute;compense en France qui salue ceux qui agissent en faveur des cours d&rsquo;eau.</p> <p>En cr&eacute;ant ce prix en 2003, l&rsquo;International fario club a rendu hommage &agrave; son fondateur,&nbsp;<strong>Charles Ritz,&nbsp;</strong>disparu en 1976. Ce p&ecirc;cheur assidu a parcouru canne en main les plus belles des rivi&egrave;res de notre plan&egrave;te. Il &eacute;tait persuad&eacute; que&nbsp;<strong>garder les cours d&rsquo;eau en bonne sant&eacute; &eacute;tait essentiel.</strong></p> <p>&laquo;&nbsp;<strong>Il n&rsquo;est jamais trop tard pour bien faire</strong>, le moindre petit ruisseau m&eacute;rite que l&rsquo;on s&rsquo;occupe de lui, exhorte Philippe Laforge. Si chacun s&rsquo;y met, cela peut avoir une influence bien plus importante qu&rsquo;on ne le croit.&nbsp;&raquo;</p> <p>Certains travaillent d&rsquo;arrache-pied pour redonner leur &eacute;clat aux cours d&rsquo;eau et prot&eacute;ger les animaux et les v&eacute;g&eacute;taux qui y vivent. D&rsquo;autres militent pour qu&rsquo;ils soient pris en compte dans les plans d&rsquo;envergure de l&rsquo;Etat. D&rsquo;autres encore transmettent leur passion aux plus jeunes pour qu&rsquo;ils prennent conscience de la beaut&eacute; et de la fragilit&eacute; de ce&nbsp;<strong>patrimoine inestimable</strong>.</p> <p>&laquo;&nbsp;<strong>Le but est de montrer qu&rsquo;il y a des gens motiv&eacute;s qui agissent pour am&eacute;liorer l&#39;&eacute;tat des cours d&#39;eau</strong>, souligne Philippe Laforge. Je souhaite&nbsp;<strong>transmettre cette motivation&nbsp;</strong>au grand public et aux futures g&eacute;n&eacute;rations. &raquo;</p> <p>Pour faire en sorte que ce film soit vu du plus grand nombre,<strong> l&rsquo;&eacute;quipe de production a besoin de votre soutien</strong>. Vos dons serviront &agrave; terminer le tournage&nbsp;du documentaire, effectuer son montage et lancer une campagne de communication.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><strong>Qui seront les h&eacute;ros de ce documentaire ?</strong></p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Association agr&eacute;&eacute;e pour la p&ecirc;che et la protection du milieu aquatique (AAPPMA) La truite des Mon&eacute;di&egrave;res (Corr&egrave;ze), laur&eacute;at 2016</strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/574233/Capture_d__cran_2019-02-28___09.29.26-1551342718.jpg" width="100%" /></p> <p>Les b&eacute;n&eacute;voles de l&rsquo;association La Truite des Mon&eacute;di&egrave;res, install&eacute;e &agrave; Corr&egrave;ze (19), sont mobilis&eacute;s depuis 15 ans pour restaurer la rivi&egrave;re Corr&egrave;ze. Apr&egrave;s avoir reconstitu&eacute; et r&eacute;am&eacute;nag&eacute; la v&eacute;g&eacute;tation qui bordait le cours d&rsquo;eau, ils ont recr&eacute;&eacute; les conditions id&eacute;ales pour que les poissons puissent vivre et se reproduire. &laquo;&nbsp;A peine termin&eacute; de mettre nos cailloux, on a vu les truites arriver, se souvient Josiane Bouvard, secr&eacute;taire-adjointe de l&rsquo;association. Pour moi, &ccedil;a a &eacute;t&eacute; f&eacute;erique.&nbsp;&raquo; Les membres de La truite des Mon&eacute;di&egrave;res ont aussi tenu &agrave; expliquer leur travail &agrave; la nouvelle g&eacute;n&eacute;ration. Chaque ann&eacute;e, ils rencontrent plus d&rsquo;une centaine d&rsquo;enfants&nbsp;pour leur faire &laquo;&nbsp;conna&icirc;tre le milieu aquatique&nbsp;&raquo;.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Soci&eacute;t&eacute; de p&ecirc;che &laquo;&nbsp;La Truite de Resteigne&nbsp;&raquo; (Belgique), laur&eacute;at 2009</strong></p> <p>Au d&eacute;but des ann&eacute;es 2000, les membres de la soci&eacute;t&eacute; de p&ecirc;che La Truite de Resteigne&nbsp;ont fait &laquo;&nbsp;le constat accablant&nbsp;&raquo; que leur rivi&egrave;re, la Lesse, se portait tr&egrave;s mal. Le cours d&rsquo;eau qui s&rsquo;&eacute;coule au sud de la Belgique, pr&egrave;s du parc naturel des Ardennes, &eacute;tait sujet &agrave; plusieurs pollutions et mal entretenu. Plantation d&rsquo;esp&egrave;ces v&eacute;g&eacute;tales, am&eacute;nagement de passes &agrave; poissons, cr&eacute;ations de fray&egrave;res&hellip; Ils sont parvenus &agrave; changer la donne en quelques ann&eacute;es.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Collectif SOS-Loue et Rivi&egrave;res Comtoises (Franche-Comt&eacute;), laur&eacute;at 2015</strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/574230/UNADJUSTEDNONRAW_thumb_3822-1551342397.jpg" width="100%" /></p> <p>Les rivi&egrave;res de Franche-Comt&eacute; ont une aura mythique. Depuis plus d&rsquo;un si&egrave;cle, les p&ecirc;cheurs de truite viennent du monde entier pour se mesurer &agrave; leurs poissons. Mais en quelques dizaines d&rsquo;ann&eacute;es, ces populations ont diminu&eacute; &agrave; une vitesse alarmante. Le collectif SOS-Loue et Rivi&egrave;res comtoises a &eacute;t&eacute; fond&eacute; en 2010 pour &laquo;&nbsp;sauver les rivi&egrave;res &raquo;. Il compte plusieurs centaines de membres qui sont parvenus &agrave; obtenir plusieurs avanc&eacute;es,&nbsp;notamment un suivi pr&eacute;cis du niveau de pollution des cours d&rsquo;eau et la cr&eacute;ation d&rsquo;un p&ocirc;le scientifique pour l&rsquo;&eacute;tude des rivi&egrave;res. &laquo;&nbsp;Ces milieux ont &eacute;t&eacute; fabriqu&eacute;s &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle des temps g&eacute;ologiques, toutes les g&eacute;n&eacute;rations qui nous ont pr&eacute;c&eacute;d&eacute;s nous ont transmis &ccedil;a de fa&ccedil;on quasi intacte, souligne Marc Goux, co-responsable du collectif. En l&rsquo;espace d&rsquo;une g&eacute;n&eacute;ration et demi, on est en train de tout d&eacute;truire.&nbsp;&raquo;</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Philippe Nicolas, laur&eacute;at 2007, professeur des &eacute;coles, animateurs d&rsquo;ateliers &laquo;&nbsp;p&ecirc;che&nbsp;&raquo; &agrave; Margency (95) et Gennevilliers (92)</strong></p> <p>Enseignant et p&ecirc;cheur, Philippe Nicolas a r&eacute;uni ses deux passions avec r&eacute;ussite. Lorsqu&rsquo;il &eacute;tait en poste &agrave; Margency (95), il a impuls&eacute; la cr&eacute;ation d&rsquo;un club de p&ecirc;che &agrave; la mouche au sein de l&rsquo;&eacute;tablissement o&ugrave; il travaillait. Aujourd&rsquo;hui professeur des &eacute;coles &agrave; Gennevilliers (92), <a href="http://www.telerama.fr/idees/la-vraie-vie-est-en-dehors-de-lecole,n5533221.php" target="_blank">il fait d&eacute;couvrir la nature &agrave; ses &eacute;l&egrave;ves</a>, notamment par le biais de la p&ecirc;che. Un moyen de mieux comprendre le monde qui les entoure. &laquo;&nbsp;Dans les banlieues, il y a vraiment une qu&ecirc;te du sens de l&rsquo;existence&nbsp;&raquo;, explique le professeur.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>AAPPMA de la Haute Thur (Haut-Rhin), laur&eacute;at 2017</strong></p> <p>Cela fait plus de 35 ans que l&rsquo;association de la Haute Thur &oelig;uvre pour favoriser la reproduction naturelle de la truite fario. Elle a peu &agrave; peu acquis des foss&eacute;s de drainage et un canal que ses membres ont transform&eacute;s en p&eacute;pini&egrave;res de plantes aquatiques et en fray&egrave;res pour la reproduction des poissons.&laquo;&nbsp;Le prix Charles Ritz a mis en lumi&egrave;re notre association au niveau national et m&ecirc;me international, se r&eacute;jouit Jean-Fran&ccedil;ois Hundsbuckler, pr&eacute;sident de l&rsquo;association. Les b&eacute;n&eacute;voles le m&eacute;ritent, ce sont des travailleurs de l&rsquo;ombre qui se consacrent consid&eacute;rablement &agrave; notre rivi&egrave;re. &raquo;</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>AAPPMA du Pont de Montvert (Loz&egrave;re), laur&eacute;at 2014</strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/574231/stale_thumb_3902-1551342423.jpg" width="100%" /></p> <p>Les sources du Tarn, ces eaux cristallines s&rsquo;&eacute;coulant le long du Mont Loz&egrave;re &agrave; 1400 m d&rsquo;altitude. Une p&eacute;pite que les membres de l&rsquo;association du Pont de Montvert veulent prot&eacute;ger. D&rsquo;autant que cette partie du cours d&rsquo;eau prenant sa source en plein Massif central rec&egrave;le un tr&eacute;sor inestimable&nbsp;: une forme ancestrale de truite que l&rsquo;on ne trouve nulle part ailleurs. Il a donc &eacute;t&eacute; d&eacute;cid&eacute; de mettre en place une r&eacute;glementation sp&eacute;cifique pour &eacute;viter que ces poissons ne disparaissent, tout en effectuant un travail de communication afin que les p&ecirc;cheurs comprennent ce choix.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>AAPPMA de la Roche Mabile (Orne), laur&eacute;at 2006</strong></p> <p>Les membres de l&rsquo;AAPPMA de la Roche Mabile ont pass&eacute; plusieurs ann&eacute;es &agrave; restaurer le ruisseau de la Plesse, un paisible affluent du Sarthon, dans le sud de l&rsquo;Orne. Ils sont parvenus &agrave; r&eacute;unir 110&nbsp;000&euro; apr&egrave;s l&rsquo;obtention du prix, qui a permis de d&eacute;bloquer d&rsquo;autres subventions. Avec cette somme, ils ont pu entretenir la v&eacute;g&eacute;tation sur une portion de 10 km de cours d&rsquo;eau, lutter contre l&rsquo;&eacute;rosion des berges et r&eacute;am&eacute;nager le lit de la rivi&egrave;re. Le r&eacute;sultat a &eacute;t&eacute; spectaculaire&nbsp;: alors qu&rsquo;un seul lieu de reproduction des truites avait &eacute;t&eacute; rep&eacute;r&eacute; en 2001, il y en avait 41 quatre ans plus tard.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Le r&eacute;alisateur&nbsp;: Philippe Laforge</strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/575041/TETE-philippe-laforge-L_guer-854x641-1551564677.jpg" width="100%" /></p> <p>Philippe Laforge est biologiste de formation, sp&eacute;cialis&eacute; dans l&rsquo;hydrobiologie, l&rsquo;&eacute;tude des organismes vivant dans les cours d&rsquo;eau. Apr&egrave;s dix ann&eacute;es pass&eacute;es &agrave; &eacute;tudier les rivi&egrave;res et produire des rapports techniques pouss&eacute;s, il fait le constat que &laquo;&nbsp;les choses ne bougent pas assez vite&nbsp;&raquo;. Il d&eacute;cide alors d&rsquo;abandonner la recherche pour se d&eacute;dier &agrave; la r&eacute;alisation de films sur les milieux aquatiques. Il a d&eacute;j&agrave; r&eacute;alis&eacute; une douzaine de documentaires, dont &laquo;&nbsp;<a href="https://www.youtube.com/watch?v=gjE8tHNNIDc">Secrets de rivi&egrave;res&nbsp;</a>&raquo;, r&eacute;compens&eacute; de lapalme d&rsquo;argent au Festival mondial de l&rsquo;Image sous-marine, &laquo;&nbsp;Des rivi&egrave;res sauvages et des hommes&nbsp;&raquo;,&laquo;&nbsp;<a href="https://www.youtube.com/watch?v=WGgUSfftZ3o">L&rsquo;Estuaire de la Seine&nbsp;</a>&raquo;... (Cr&eacute;dit photo : Alina Marin)</p>

À quoi servira la collecte

<p>Le tournage du documentaire a d&eacute;j&agrave; d&eacute;but&eacute;. Mais il reste encore beaucoup de travail pour le terminer et surtout faire en sorte qu&#39;il soit vu le plus possible. C&#39;est pourquoi les 5000&euro; r&eacute;colt&eacute;s seront r&eacute;partis entre&nbsp;<strong>la production du film et une campagne de communication.</strong></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/585059/meta-chart-2-1554757064.jpeg" width="100%" /></p> <p>Les dons suppl&eacute;mentaires permettront de poursuivre le volet &eacute;ducatif du film de Philippe Laforge. Si le palier de 5000&euro; est d&eacute;pass&eacute;, nous viserons un nouvel objectif de 10&nbsp;000&euro; afin de financer<strong> la cr&eacute;ation du livre &laquo;&nbsp;Mon plus gros saumon&nbsp;&raquo;</strong> de Philippe Nicolas, professeur des &eacute;coles et chercheur en sciences de l&rsquo;&eacute;ducation. Cette nouvelle illustr&eacute;e de peintures de l&rsquo;artiste Cyrille Bregere veut r&eacute;enchanter l&rsquo;&eacute;ducation, en suscitant le d&eacute;sir de la rivi&egrave;re et de la p&ecirc;che &agrave; la mouche pour les &eacute;l&egrave;ves des banlieues qui vivent pour la plupart hors-sol, hors-nature.</p> <p><em>&laquo;&nbsp;</em>J&rsquo;ai toujours ressenti que je devais une part de mon &eacute;ducation &agrave; la mouche fouett&eacute;e, explique Philippe Nicolas, qui enseigne &agrave; Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Si la p&ecirc;che dans les eaux vives m&rsquo;a permis de me d&eacute;couvrir, cette s&eacute;ance aux saumons sur la rivi&egrave;re des Rochers repr&eacute;sente pour moi un &eacute;v&eacute;nement qui a marqu&eacute; durablement ma vie. Puissions-nous encore avec nos enfants p&ecirc;cher dans la beaut&eacute;&nbsp;!<em>&nbsp;&raquo;</em></p> <p>Il faudrait r&eacute;colter 5000&euro; pour financer l&rsquo;int&eacute;gralit&eacute; de sa r&eacute;alisation et de son &eacute;dition.</p> <div class="k-ResponsiveIframeContainer"><iframe allow="autoplay; fullscreen" allowfullscreen="true" frameborder="0" height="281" scrolling="no" src="https://cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fplayer.vimeo.com%2Fvideo%2F328705013%3Fapp_id%3D122963&amp;dntp=1&amp;url=https%3A%2F%2Fvimeo.com%2F328705013&amp;image=https%3A%2F%2Fi.vimeocdn.com%2Fvideo%2F773293053_1280.jpg&amp;key=8b7d8dd6504d41af9a77662672aabc2a&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=vimeo" width="500"></iframe></div> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Et apr&egrave;s ?</strong></p> <p>Si d&rsquo;aventure nous parvenions &eacute;galement &agrave; financer ce second projet, nous poursuivrons notre travail sur l&rsquo;&eacute;veil et l&rsquo;&eacute;ducation &agrave; l&rsquo;importance de rivi&egrave;res. Nous souhaitons organiser des conf&eacute;rences aupr&egrave;s d&rsquo;adultes et d&rsquo;enfants qui s&rsquo;appuieront tant sur le film de Philippe Laforge que le livre de Philippe Nicolas. R&eacute;alisateur, membres d&rsquo;associations, enseignants&nbsp;: tous participeraient &agrave; une s&eacute;rie de conf&eacute;rences et d&rsquo;interventions en milieu scolaire afin d&rsquo;y parvenir. Les dons serviront &agrave; organiser ces &eacute;v&eacute;nements et &agrave; financer les d&eacute;placements des intervenants.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>R&eacute;duction d&rsquo;imp&ocirc;ts pour les donateurs</strong></p> <p>Le producteur du film, l&rsquo;International Fario Club, est une association r&eacute;gie par la loi de 1901 reconnue d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral. Elle d&eacute;livrera aux donateurs un re&ccedil;u fiscal ouvrant droit &agrave; <strong>une r&eacute;duction de l&rsquo;imp&ocirc;t sur le revenu &agrave; hauteur de 66% de leur valeur</strong>&nbsp;ou de 60% de l&rsquo;imp&ocirc;t sur les soci&eacute;t&eacute;s selon les cas pr&eacute;vus par la loi Aillagon 2003 sur le m&eacute;c&eacute;nat.</p> <p>Ainsi,</p> <p><strong>Un don de 10&euro; co&ucirc;te 3,4&euro; au particulier donateur et 4&euro; &agrave; l&rsquo;entreprise donatrice.</strong></p> <p><strong>Un don de 25&euro; co&ucirc;te 8,5&euro; au particulier donateur et 10&euro; &agrave; l&rsquo;entreprise donatrice.</strong></p> <p><strong>Un don de 60&euro; co&ucirc;te 20,4&euro; au particulier donateur et 24&euro; &agrave; l&rsquo;entreprise donatrice.</strong></p> <p><strong>Un don de 100&euro; co&ucirc;te 34&euro; au particulier donateur et 40&euro; &agrave; l&rsquo;entreprise donatrice.</strong></p>

Choisissez votre contrepartie

10 €

Votre nom au générique du documentaire
  • 14 contributions

25 €

Un DVD ou une clé USB du film accompagné de quelques bonus (grâce à Baetis production) + contreparties précédentes
  • 23 contributions

35 €

Une invitation à l’une des projections 2020 du Rise festival, soutien du film, où il devrait être projeté + contreparties précédentes
  • 14 contributions

60 €

Un tirage format A4 d'une aquarelle du peintre-pêcheur japonais Kuni Shibano + contreparties précédentes
  • 18 contributions

100 €

Une invitation à la remise du Prix Charles Ritz 2019 au prestigieux Travellers' Club sur les Champs-Elysées, de 19 heures à 20h45 + contreparties précédentes
  • 14 contributions

400 €

Une journée découverte du travail et de la rivière d'un lauréat du Prix Charles Ritz (et pourquoi ne pas la pêcher tant que vous êtes sur place?) + contreparties précédentes
  • 1 contribution

800 €

Une journée de pêche sur le magnifique parcours privé des amis du Prix Charles Ritz en Normandie + contreparties précédentes

Faire un don

Je donne ce que je veux