Aller au contenu

Un vin pour des mouettes...

Agriculture, Écologie, Alimentation

Visuel du projet Un vin pour des mouettes...
Checked circleRéussi
Thomas Z
Saint-Aubin-de-Luigné
103
Contributeurs
Saturday, August 11, 2018
Date de fin
8 257 €
Sur 6 000 €
137 %

Du pif pour des piafs ! Soutenez l'installation d'un jeune vigneron nature en Anjou

Suivre et partager
Soutenu par
Raisin : l'appli du vin naturel soutient le projet Un vin pour des mouettes...
Sunday, May 19, 2019

Je ne vous oublie pas...

C’est le printemps, les oiseaux chantent et les fleurs éclosent… La saison aurait voulu que je vous fasse un nouveau billet lumineux et enjoué pour vous tenir au courant de l’évolution des vignes et des vins.

A la fin de l’année, la vendange avait été plutôt bonne (où j’ai pu constater à quel point vos soutiens n’ont rien de virtuel), les vins avaient commencé à fermenter et s’étaient arrêtés (sans grande surprise) avec les premiers froids au début du mois de novembre. Dans la foulée, les vignes ont été chaussées, dépalissées, taillées tard et prudemment au mois de mars. J’ai aussi utilisé le relatif calme de l’hiver pour me mettre (un peu) à jour dans les multiples formalités administratives, formations obligatoires, rangements et organisations inhérents à la mise en place de cette nouvelle activité. Cerveau froid, j’ai – un peu- travaillé et – beaucoup – fait travailler sur les étiquettes et diverses autres bricoles. J’en ai aussi profité pour récupérer une petite parcelle de Grolleau (cépage rouge du coin).  Après l’hiver plutôt clément, on sentait bien la saison s’amorcer rapidement avec le gonflement des bourgeons.

Et puis est venu le 4 avril et son petit matin blanc, torve et vicelard, trop immaculé pour être honnête : le GEL. Depuis quelques années, on commence à le craindre et je savais la parcelle plutôt sensible, il n’empêche… Quelques heures autour de moins 3°C auront suffi à ce que la saison soit quasiment terminée avant d’avoir commencé, en tout cas pour les chenins. Toujours difficile d’estimer la perte de récolte avant que la végétation ne se soit vraiment lancée, mais le verdict a vite été sans appel. Les bourgeons s’écalaient très facilement, tout en étant noirs et cendreux à l’intérieur. Pas de bourgeons, pas ou peu de brins, pas ou peu de fruits. Malgré une légère repousse des bourgeons secondaires, l’année 19 ne s’annonçait alors pas très faste. Et comme si ça ne suffisait pas, on a eu peu frais encore - autour de -1 à -2°C - les 5 et 6 mai : second coup de gel sur ce qui commençait à peine à reprendre. Année 19 franchement néfaste.

Malgré tout, on continue et on relève la tête après ce gentil KO. Dans les vignes, j’ai fait mes premiers travaux du sol avec le décavaillonnage des Mouettes et des Pépinières, un passage de crocs et un peu (car c’est jamais assez) de pioche. Les ébourgeonnages ne vont pas tarder et promettent. En cave, les fermentations repartent mollement avec tous les espoirs et les risques que ça suppose et surtout les premières bulles sont dégorgées et vont donc être prêtes pour l’été. Au bureau, les étiquettes sont finalisées et elles sont BELLES. Pour le reste, c’est parti dans la grande aventure de l’installation agricole (allez comprendre, j’étais jusque là « pré-installé », no comment !). Concrètement, ça ne change rien si ce n’est que je me bouffe des quantités incroyables de jours obligatoires de formation, des quantités encore plus délirantes de dossiers, demandes et formalités tout aussi obligatoires et de vivifiantes rencontres avec d’improbables et nouveaux « partenaires » (banquiers, assureurs, notaires, techniciens certificateurs, vendeurs de matériels…). Je commence aussi à réfléchir à quelques gros investissements (tout est relatif, selon un allemand chevelu et moustachu) qui permettraient de gagner un peu d’autonomie. Si j’ai bénéficié de soutiens précieux l’an dernier, je commence à sentir que la situation ne peut pas durer indéfiniment tant pour moi que pour le prêteur, copain, soutien, collègue… et encore moins si je reprends une ou quelques parcelles dans les années à venir.

P1180430-1558285834  Qui suis-je ?

P1180429-1558285431  Culbuto ?

P1180433-1558285197  Puissance 4 ?

P1180428-1558285372  Comme un chien dans un jeu de quilles...

P1180427-1558286255  Fin de la récréation !

Panorama rapide et aussi exhaustif que possible de la situation, qui ne serait pas complet si j’oubliais de vous dire que C.C, ma Karl Lagerfeld de l’image (plus marrante, plus sympa et surtout bien moins vulgaire, très différente et beaucoup mieux en fait), en plus des étiquettes, m’a sorti le T-shirt promis lors de la campagne. Et comme un T-shirt, c’est mieux l’été qu’au mois de novembre, je vais essayer de les tirer assez vite pour que vous puissiez frimer sur les terrasses (ou ailleurs, même si c’est plutôt déconseillé dans les salles de sport par exemple). Un détail pourtant, VOTRE TAILLE. Si possible, essayez de me répondre par mail. Pour tou-te-s les soucieu-ses-x de leur ligne à l’approche des grandes vacances et leurs promesses de plage, je promets de garder toutes ces données strictement confidentielles et de les détruire après usage. A défaut de réponse, je pars sur du L.

Dans l’attente, si tout est un peu commencé et rien vraiment fini, je vois bien que rien de ce qui est initié n’aurait pu être possible sans votre aide et vos soutiens nombreux, divers et toujours très touchants depuis un an. Alors permettez-moi de vous adresser à tou-te-s encore une fois, un immense MERCI. Il va de soi, que la porte vous est toujours ouverte, même si ce n’est que pour dénoncer toutes les fake news dont cet article est truffé ou voir et boire sur place.

En attendant le temps des cerises, du gai rossignol et merle moqueur, soyez tou-te-s en fête… Bel été et à bientôt. Tz

Thursday, November 29, 2018

Premières vendanges, premier bilan... 2° partie

Imgp9733-1543497891

Imgp9742-1543497940

Imgp9759-1543497981

Résultat au-delà de mes espérances, qui permet d’ores et déjà de penser à 1 ou 2 cuvées de blanc sec et une série de Pet Nat. En parallèle, j’ai fait les vendanges pour différents vignerons du coin où le millésime se présentait plutôt bien aussi et commencé à surveiller et travailler sur les vins qui peinent à fermenter. Avec le froid qui s’installe dans la cave, les fermentations ont ralenti avant de s’arrêter totalement. Dommage, on était pas loin d’avoir des vins secs sur quelques cuves. Il ne reste plus qu’à attendre le réchauffement du printemps, surveiller et espérer que les fermentations repartent et se terminent enfin, j’espère. Il n’empêche que ça nous a déjà permis de mettre en bouteilles les pétillants à la mi octobre. Reste à attendre la prise de mousse, tranquillement en bouteilles. Livraison prévue au printemps si tout va bien.

Img_20185507-1543498012

Img_20181014_130137-1543498060

Dans les vignes, Les feuilles sont tombées et j’attends le plus tard possible pour attaquer la taille. J’ai chaussé les vignes, plus rien ne bouge. L’hiver est là, on va se mettre à hiberner doucement et régler tous les travaux en retard.

P1180354-1543498083

P1180356-1543498106

Tout cela n’aurait pas été possible sans votre précieuse aide et soutien. Première année, premier bilan plutôt positif et en tout cas première expérience formatrices et enthousiasmante pour les premiers vins en 2019. 1000 mercis et à bientôt, en attendant la porte de la cave vous est grande ouverte. Thomas Z

Thursday, November 29, 2018

Premières vendanges, premier bilan...

Finies les vendanges en octobre, Le raisin fermente en tonneaux, Ils sont très fiers de leurs vignobles, Leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux"…

Mais ils n’exportent pas encore le sang de la terre un peu partout à l'étranger…

 

Depuis août et la clôture de la collecte KKBB, quelques changements, beaucoup de travail, un peu de pression, puis un peu moins des deux, enfin… Alors que tout le vin est rentré, que les feuilles commencent à tomber et la vigne à s’endormir tranquillement, voici le venu le moment de tirer un premier bilan et de vous informer du projet que vous avez soutenu.

Avant quelques jours de vacances dans le Lot, j’avais commencé à transformer la dépendance en un local qui pourrait commencer à ressembler à un chai, soit un gros travail de tri, rangement et nettoyage.

P1170711-1543494630

P1170862-1543494905

Parallèlement, j’ai commencé à l’équiper avec le matériel de cave (cuves, pompe, tuyaux, petit matos…) nécessaire à l’accueil des vendanges qui n’allaient pas tarder à arriver.

P1180369-1543495243

P1180368-1543495315

Début septembre, l’ensemble paraissait à peu près opérationnel, assez en tout cas pour attaquer les vendanges. J’ai choisi de ramasser par tries en se concentrant à chaque passage sur les grappes les plus mûres. 4 dimanches entre le 9 septembre et le 6 octobre et beaucoup de potes très disponibles et efficaces ont permis de rentrer une trentaine d’hectolitres de moût. Vendanges globalement sous le soleil avec des soutiens qui réchauffent encore plus, notamment de copains vignerons pour les pressurages.

P1180183-1543495457

P1180186-1543495554