Art et Tonneaux : Une Tonnellerie Artisanale

Participez au développement d'une tonnellerie artisanale et engagée !

Project visual Art et Tonneaux : Une Tonnellerie Artisanale
Successful
91
Backers
02/24/2019
End date
€8,297
Out of €8,000
104 %
Supported by
Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Région Bourgogne Franche-Comté supports the project Art et Tonneaux : Une Tonnellerie ArtisanaleMeetPro supports the project Art et Tonneaux : Une Tonnellerie ArtisanaleCMA France supports the project Art et Tonneaux : Une Tonnellerie Artisanale

Art et Tonneaux : Une Tonnellerie Artisanale

Un énoooorme merci à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cette belle réussite ! On va pouvoir prendre soin du bois, des outils et du tonnelier. C'est merveilleux, et c'est grâce à vous !

Pour découvrir notre boutique en ligne cliquez sur ce lien

Le blog c'est par ici : les fiches pratiques en vidéo (fabrication, entretien et réparations), des tutos, des bonnes recettes et des actualités. N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informé de la mise en ligne des articles (un par semaine).

 

 

 

Art et Tonneaux, c'est une tonnellerie artisanale, très artisanale. Et rurale aussi, très rurale. Nous avons fait le choix d'une fabrication évitant la production en série et l'automatisation. Nous intervenons également sur de nombreuses manifestations (fêtes médiévales, fêtes des vieux métiers, fêtes des vendanges...) pour faire (re)découvrir ce métier lors de démonstrations de fabrication.

 

Les démonstrations

Depuis plus de 12 ans, je parcours la France pour faire des démonstrations de mon travail, partager la magie du cintrage au feu et de la fabrication artisanale, avoir des tonnes de discussions passionnantes, des rencontres, des yeux qui brillent, des bouches qui bééent et même des fois des bras qui tombent.

Près de 400 animations à constater que non seulement mon métier étonne, passionne, interpelle, mais surtout que notre mode de vie suscite l'intérêt, pose question, voire remet en question... Dans notre société toujours plus rapide et encore plus connectée, l'authenticité est une valeur de plus en plus recherchée.

La fabrication

Très rapidement, Art et Tonneaux est devenu une référence dans le milieu de la reconstitution historique pour la fabrication de produits "histo-compatibles". Le bois que nous utilisons est du chêne français. C'est en grande partie du bois déclassé issu de la tonnellerie industrielle. La sélection du bois est rigoureuse et le moindre défaut (un noeud mal placé, un contre-fil) le rend inutilisable pour les fûts de gros litrages. Mais pour nous, qui fabriquons des plus petits litrages... C'est une véritable mine d'or ! Il suffit de bien trier et d'éliminer les parties défectueuses. Ça nous permet d'avoir de la matière première de très bonne qualité à moindre coût, et surtout de compenser un peu, à notre échelle, le gâchis inévitable dû à la production en série et à la standardisation.

Bon, et qu'est-ce qu'on y fabrique alors dans cette toute petite tonnellerie perdue au milieu des vaches ? Eh ben pas que des tonneaux, loin de là ! Notre production se rapproche de ce qu'on pouvait trouver il y a une centaine d'années, quand il y avait des tonneliers partout. Vous vous souvenez ? À cette époque on fabrique des seaux, des baquets, des saloirs, des barattes à beurre, des tonneaux de petits litrages, car toute cette futaille est d'un usage quotidien dans bien des foyers.

Une image valant mille mots, voici quelques photos de nos fûts :

C'est ça qui nous importe : fabriquer tous ces objets que la vie moderne nous a fait oublier, petit à petit, parce que c'est plus simple de mettre au congelo plutôt que de faire des salaisons, parce que le vinaigre on en trouve à 50 cts le litre alors pourquoi s'emmerder à le faire soi-même, parce qu'un seau en plastique c'est tellement plus pratique, parce que le beurre on en trouve plein les rayons des grandes surfaces alors à quoi bon utiliser une baratte, parce qu'un tonneau c'est bien beau mais ça demande un minimum d'entretien pour le maintenir en bon état.

Vraiment ?

Non, pas vraiment en fait. Heureusement nous sommes de plus en plus nombreux à chercher à réapprendre ces choses simples, parce que faire du vinaigre en vrai, c'est très facile et bien meilleur, parce que faire ses salaisons ça demande plus de rigueur et de précautions mais encore une fois, rien d'insurmontable. Et mon seau en bois alors ? Eh bien mon seau en bois, si j'en prends un peu soin, il va me durer toute ma vie.

Nous avons de plus en plus de commandes, ça tombe bien c'est ce qu'on veut faire : moins de démonstrations et plus de fabrication. Mais pour ça il nous manquait le lieu.

En 2016 nous avons donc amorcé un gros changement dans notre vie et dans celle de notre entreprise.

Nous avons acheté un petit corps de ferme à retaper en Saône et Loire. Beaucoup de boulot mais de quoi arriver avec un peu d'huile de coude à vivre en quasi-autonomie, et surtout assez de place pour développer la partie production de notre activité en installant l'atelier dans les dépendances : le rêve.

Ce qui nous occupe ici c'est la partie atelier : transformer l'ancienne étable pour en faire un lieu adapté et augmenter la production. Attention pas de mécanisation hein, juste une organisation plus efficace. Partant de zéro, on a fonctionné par priorités : installer de quoi travailler tout de suite pour envoyer les commandes, mais vu les bonds qu'a fait la dame de l'assurance quand elle est passée, il a fallut remettre toute l'électricité aux normes, et vite.

L'étape suivante c'est le chauffage et l'isolation. Les murs font presque 1 mètre d'épaisseur, mais les portes et fenêtres sont en très mauvais état et quand il fait -1°C dehors, il fait 0°C dedans. Un poêle à bois permettra de pouvoir travailler correctement l'hiver et d'assainir l'air en chassant l'humidité (qui me cause bien du souci pour le stockage du bois et des outils).

Nous sommes également en train de mettre en place une petite forge, qui va nous permettre d'évoluer encore dans notre métier : cercler des seaux et des baquets ne nécessite pas de forge mais je veux aller plus loin dans la reconstitution historique et pouvoir fabriquer des objets qui demandent un peu plus de travail du fer. Des seaux de puits gaulois et gallo-romains par exemple :

Le matériel est déjà réuni, maintenant il reste à sécuriser la petite dépendance où la forge va s'installer.

 

Métier ancien, époque moderne : pour être plus visibles il nous fallait aussi un nouveau site internet, un site marchand. Oui mais développer ce genre de site ça coûte cher, alors on a appris à le faire. Et on a monté notre boutique en ligne par nous-même. On en a même profité pour commencer la série des Fiches Pratiques pour expliquer par des textes et des vidéos la fabrication dans l'atelier, l'entretien et les réparations, et quelques bonnes recettes comme celle du vinaigre maison par exemple. Après deux ans de travail nous sommes carrément fiers du résultat : le site nous ressemble. Il est en ligne depuis un mois et déjà les premières ventes arrivent ! On vous laisse découvrir le résultat :

Art et Tonneaux - La Boutique

 

Nous allons en profiter pour lancer de nouveaux produits. Par exemple des petits saloirs de 20 litres avec cerclages en inox alimentaire, pour permettre à tous ceux qui souhaitent redécouvrir ces méthodes de conservation de faire leurs premières armes avec des quantités raisonnables. Et quoi d'autre ? Des seaux 7 litres cerclés en bois, des vinaigriers 10 litres, des baquets (40, 50 et 60 litres), des seaux 19 litres, et du stock, du stock, du stock.

Bref, des idées on en a plein. Du courage et de la détermination ? Aussi ! Les rêves, c'est pas ça qui nous manque. On a même l'audace d'essayer de les réaliser...

Faire tout tout seul, c'est possible. C'est ce qu'on fait depuis le début. Mais avec nos petits moyens ça prend beaucoup de temps, et le temps nous ne l'avons plus.

Pour financer ces nouvelles installations nous disposons uniquement de notre trésorerie et de ce que les banques veulent bien nous prêter. Autant vous dire qu'on a vite fait le tour. À l'heure actuelle nous avons pu financer un peu plus de 15 000 euros pour les premiers aménagements de l'atelier, l'électricité, la création du site internet (achat de modules et des photos), et la mise en place de la forge (matériel et stage de formation).

Mais il reste beaucoup à faire et nous sommes arrivés à la limite de notre capacité de financement. Alors on se décide, on vous demande de l'aide.

Allocation of funds

Si elle n'atteint pas les 100% de l'objectif, à rien : tous les contributeurs sont remboursés et nous on ne reçoit rien. Mais comme on y croit on va se baser sur une collecte réussie à 100% ! Elle servira donc à :

Une partie de l'argent collecté servira aux travaux d'amélioration de l'atelier :

- Chauffer l'atelier (achat et installation du poêle + évacuation des fumées) : 2 000€

- Isoler l'atelier (changer les portes et fenêtres) : 2 570€

 

L'autre partie concerne le développement de notre activité :

- Restaurer la petite dépendance et y installer la forge : 2 790€

Les 640€ restants serviront à payer les frais Kisskissbankbank.

 

Et si l'objectif est dépassé ?

Allez c'est parti on va rêver un peu

- À 150% on continue de s'équiper pour développer notre activité. En priorité : on isole la partie stockage des produits finis / zone d'expédition où les portes et fenêtres sont bonnes à changer, et on achète un peu de matière première pour les nouveaux produits (bois, fer et inox)

- À 200% on investit dans un système d'étuve pour les cintrages à la vapeur sur les tonneaux de petits litrages, on retourne voir le photographe compléter la boutique en ligne avec les nouveaux produits, et avec ce qui reste je file chez le taillandier pour faire fabriquer 2 ou 3 outils à main dont je rêve, ceux qu'on ne trouve plus sur les brocantes...

- À 300% on change le camion qui commence à montrer quelques signes de faiblesse. Normal : ce camion nous sert beaucoup (transport des palettes de bois, livraison de certaines commandes et déplacements pour les animations), mais à presque 400 000 km au compteur, il commence à nous faire comprendre qu'il prendrait bien sa retraite !

- À 400% on prépare l'avenir en mettant carrément l'atelier aux normes pour pouvoir accueillir des apprentis et former de futurs tonneliers.

 

L'EURL Art et Tonneaux percevra l'intégralité de la collecte.

 

 

 

 

Choose your reward

Make a donation

Give what I want