Chasse Gardée

Des chasseurs, un individu étrange. Ils chassent, lui aussi... et ils sont le gibier.

Project visual Chasse Gardée
Successful
51
Backers
07/15/2021
End date
€3,000
Out of €3,000
100 %
Indie

Chasse Gardée

LE SYNOPSIS Un individu silencieux aux mœurs quelque peu étranges et morbides se livre à une chasse aux chasseurs dénuée de toutes concessions. L'ÉQUIPE LE RÉALISATEUR/SCÉNARISTE Florent Lahousse Né en 1986 à Angoulême, Florent est freelance en postproduction et réalisation audiovisuelle et plus principalement dans le motion design et les effets visuels. Il s’est lancé dans cette aventure après des études dans le domaine du multimédia et de la vidéo. Passionné de cinéma et d’imaginaire, son passif audiovisuel l'aura amené à la co-création de fanfilms et autres singularités cinématographiques sur des univers qui lui sont chers. Réalisateur, responsable des effets visuels et graphiste pour le collectif Drop The LoL, il a également occupé son temps libre à des activités associatives cinéphiles. Avec CHASSE GARDÉE, il aspire à réaliser son premier court-métrage dramatique de genre accompagné d'une équipe de tournage plus expérimentée, et à porter un projet dont le sujet lui tient très à cœur. Portfolio LES ACTEURS Pascal Lambert (Thierry, le personnage principal) Pascal est comédien, formé au Conservatoire de Bordeaux, il a joué depuis au théâtre dans plusieurs pièces, du boulevard au classique. On a pu le voir également à la télévision dans différentes séries. Sylvain Gautier (le jeune chasseur) Sylvain a 25 ans, en 3ème année aux cours Florent. Toulousain naturalisé bordelais, il a joué dans plusieurs films amateurs et se lance actuellement dans la réalisation de son premier long métrage. Amoureux de cinéma et toujours partant pour de nouveaux projets, c'est avec grand plaisir qu’il rejoint celui de Chasse Gardée. Le reste du casting est en cours de recrutement. a NOTE D’INTENTION DU RÉALISATEUR La génèse Un dimanche après-midi, comme souvent avec ma compagne nous prenons la voiture et sillonnons les alentours de la campagne pour découvrir un nouveau parcours de promenade. Ce jour-là nous tombons sur une forêt domaniale que nous ne connaissions pas. L'endroit a l'air charmant, de plus sur la barrière d'entrée il est indiqué que les jours de chasse ne se font que les mardi et jeudi : nous serons tranquilles. La promenade est vite écourtée lorsque soudainement un coup de feu survient au loin, puis un deuxième. Comment est-ce possible ? Nous faisons alors rebrousse-chemin avec la boule au ventre de ne pas pouvoir terminer notre balade et surtout l'angoisse de se prendre une balle perdue. Sur le sentier, nous croisons une cachette en bois surélevée comme celles qu'utilisent les ornithologues pour observer les oiseaux. Nous comprenons très vite qu'ici les animaux ne sont pas seulement observés, l'abattage y est méticuleux. Face à cette irruption d'insécurité qui nous aura saisie en pleine quiétude, l'idée émerge à l'unisson : et si les rôles étaient inversés ? Quel serait le regard à apporter sur un chasseur de chasseurs ? Quelles seraient ses motivations ? La chasse comme prétexte au questionnement sur la nature humaine [Attention, ce qui suit révèle certains éléments clés de l’intrigue] Le scénario traite de Thierry, un individu qui paraît à l'écart du reste de la société, a l'air asocial et habité par de sombres secrets. En effet nous le suivrons dans son quotidien à priori sans écart mais qui sombrera tout doucement dans l’horreur lorsque nous le découvrirons pénétrer en forêt pour s’adonner à une chasse à l’homme, celle envers des chasseurs. Une pratique qu’il réalise en s'affublant d’un masque d’ours, un animal qu’il semble avoir tout particulièrement en adoration puisqu'il va même jusqu’à le sculpter dans les crosses des fusils qu’il récupère. Si ce "rite" semble être emprunté à la mystique amérindienne à travers la figure de l'animal, on comprendra par la suite que Thierry tente en fait, à travers sa folie de vengeance meurtrière, d'établir une tentative de réponse au deuil impossible de son fils tué par des chasseurs. Allant même jusqu'à une occasion manquée de briser le miroir de ses actes lorsqu'il se retrouvera en fin de métrage dans la même position d'assassin d'enfant. Le film parlera donc du deuil, et évoquant les thèmes du revenge movie ou du vigilante, il posera en fait la question de la justification des actes. Le chemin de la colère, phase du deuil à laquelle le protagoniste est figé, l'amènera ainsi à sa déshumanisation : l'animal chasse son prédateur. Mise en scène et inspirations Même si les motivations du protagoniste principal sembleront au départ mystérieuses, le film adoptera réellement son point de vue (vue des jumelles à la première personne, caméra à l'épaule sur ses arrières, etc.) : l'idée sera de faire ressentir au spectateur un sentiment de montagne russe empathique. En effet, nous suivrons Thierry dans l'action tour à tour en position de prédateur impardonnable, mais également en position de victime (lorsqu'il se fera à son tour prendre en course par les chasseurs, ou lorsque nous apprendrons son passé tragique), de sorte que le spectateur se perde en processus identificatoire et ne sache plus au final à qui attribuer la faute (si il faut en attribuer une) et ainsi se questionner introspectivement sur le sujet général du film. Par conséquent, pour souligner qu'à la manière d'un Mad Max, Thierry aura la totale maîtrise de ses actes, parfois cruels et complètement guidé par ses démons, la mise en scène se voudra à la fois nerveuse mais totalement lisible, à la façon par exemple des scènes de traque du Predator de J. McTiernan. L'aspect endeuillé et donc dramatique du métrage se voudra quant à lui proche de l'ambiance naturaliste et froide du Prisoners de D. Villeneuve, aussi bien sur l'aspect photographique que musical. La toile de fond du sujet plus que jamais d'actualité En effet, à l'heure où bon nombre de citoyens se posent la question de la bienfaisance de la chasse, en prenant pour exemple de nombreux fait divers récents ainsi que l'aval de l'état sur le sujet (qui aura récemment fait nombre de concessions discutables pour la communauté), il reste que le sujet a ses ardents défenseurs. Il n'est pas sujet ici de savoir si il faut en terminer définitivement avec cette pratique mais plutôt d’en questionner son utilité, ses conséquences et son encadrement, et d'utiliser ce décorum afin de se demander si un individu peut se donner le droit de vie ou de mort sur un autre à raison. Florent FICHE TECHNIQUE Genre : Drame/Thriller Durée approximative : 10 minutes maximum Format vidéo : 4K Natif EXTRAITS DU STORYBOARD conçu par Alexeï Kispredilov aaa a

Allocation of funds

Choose your reward

Make a donation

Give what I want