Documentaire - Continuer ailleurs

Financez le documentaire tourné en immersion dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile : portraits d’hommes et de femmes en exil.

Project visual Documentaire - Continuer ailleurs
Successful
118
Contributions
03/14/2018
End date
€4,017
Out of €3,500
114 %

Documentaire - Continuer ailleurs

<p>Le Foyer Claude Quancard &agrave; Villenave d&#39;Ornon (33) est le premier Centre d&#39;Accueil pour Demandeurs d&#39;Asile (CADA) cr&eacute;&eacute; en France. L&#39;&eacute;tablissement abrite 135 personnes : hommes, femmes, enfants ; originaires d&#39;une quinzaine de pays diff&eacute;rents.</p><p>&nbsp;</p><p>Ils sont h&eacute;berg&eacute;s ici le temps de leur proc&eacute;dure qui dure en moyenne 19 mois. Ils disposent de chambres individuelles de 9m2 et d&rsquo;espaces collectifs (cuisine, sanitaire, laverie, salle de tv, salle de jeux pour enfants).</p><p>&nbsp;</p><p><iframe src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fplayer.vimeo.com%2Fvideo%2F251280766&amp;dntp=1&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fvimeo.com%2F251280766%2F5b74a2054e&amp;image=https%3A%2F%2Fi.vimeocdn.com%2Fvideo%2F677854191_1280.jpg&amp;key=cb39d84f05d8439bbe96012f078e02b0&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=vimeo" allowfullscreen="" width="540" height="304" frameborder="0"></iframe></p><p>&nbsp;</p><p>Une &eacute;quipe de travailleurs sociaux&nbsp;compos&eacute;e d&rsquo;animateurs, assistantes sociales, infirmi&egrave;res, psychologue, juristes, est pr&eacute;sente sur place et les accompagne au quotidien sur le plan administratif et social.</p><p>&nbsp;</p><p><em>Parmi ces travailleurs sociaux il y a nous&nbsp;: Jean Claude Savino, animateur socio culturel pendant 12 ans au CADA et Emilie Perbet, psychologue intervenante ext&eacute;rieure depuis 3 ans. </em></p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>LES RACINES DU PROJET</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p>&Agrave; travers notre travail au quotidien, nous avons d&eacute;couvert autrement ceux que nous appelons les &laquo;&nbsp;r&eacute;sidents&nbsp;&raquo;. Par petites touches, ils nous ont livr&eacute; des morceaux de leur histoires. Des histoires bouleversantes, touchantes qui nous ont donn&eacute; envie de rire comme de pleurer, des histoires que nos fonctions de professionnels ne permettaient pas d&rsquo;explorer.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="Capture_d__cran_2017-11-10___12.17.55-1516206137" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/479509/Capture_d__cran_2017-11-10___12.17.55-1516206137.png" /></p><p>&nbsp;</p><p>Il nous fallait alors un moyen d&rsquo;aller plus loin, de recueillir autrement la parole de nos r&eacute;sidents. D&eacute;passer le cadre professionnel pour y mettre simplement &agrave; la place une rencontre entre des hommes et des femmes.</p><p>&nbsp;</p><p>Parce qu&rsquo;il fallait aussi que l&rsquo;on comprenne humainement comment ils vivent, ici dans ce lieu particulier qu&rsquo;est le CADA, cette attente de la d&eacute;cision de l&rsquo;&eacute;tat Fran&ccedil;ais qui les autorisera peut-&ecirc;tre &agrave; vivre ici ensuite.</p><p>&nbsp;</p><p>Mais aussi parce que nous voulions les rendre vivants pour ceux qui ne les connaissent pas et pour qui Edmond, Hanan ou Adriana ne sont que quelques gouttes de la grande vague migratoire.</p><p>&nbsp;</p><p>Nous avons rencontr&eacute; Paul Hubble qui nous a suivi dans cette aventure. Il a pris la place de r&eacute;alisateur et nous d&rsquo;auteurs. Il a tr&egrave;s vite compris nos envies pour le film. Paul, pourtant &eacute;tranger au CADA a su saisir l&rsquo;ambiance du lieu. Il a apport&eacute; son regard po&eacute;tique et personnel sur le foyer et ses r&eacute;sidents en tentant de transcrire en images et en son les mots de nos personnages avec bienveillance et respect.</p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>LE FILM</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p>Pendant un an nous avons rencontr&eacute; au CADA des r&eacute;sidents, nous les avons suivi dans leur quotidien et avons recueilli leurs histoires de vie. Pendant cette ann&eacute;e certains ont eu des r&eacute;ponses n&eacute;gatives ou positives quant &agrave; leur demandes d&rsquo;asile, d&rsquo;autres attendent encore.</p><p>&nbsp;</p><p>C&rsquo;est la vie de ces hommes et ces femmes que nous avons film&eacute;, celle de ceux qui continuent en attendant.</p><p>&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>LES PERSONNAGES</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p><u>Le CADA</u></p><p>&nbsp;</p><p>Le foyer est une barre d&rsquo;immeuble de trois &eacute;tages qui se dresse entre la rocade bordelaise, un quartier r&eacute;sidentiel ais&eacute; et une voie ferr&eacute;e.&nbsp;Le b&acirc;timent est d&eacute;fra&icirc;chi. Son carrelage jauni et sa peinture pass&eacute;e lui conf&egrave;rent cette beaut&eacute; particuli&egrave;re qu&rsquo;ont les lieux us&eacute;s par la vie et par le temps.</p><p>&nbsp;</p><p>La vie, elle, traverse les murs par les odeurs des plats qui mijotent &agrave; toutes heures de la journ&eacute;e et les cris des enfants qui jouent dans les couloirs. On se dit bonjour, on partage la nourriture, parfois on se dispute ou on rit.&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p>On observe aussi les longues discussions au t&eacute;l&eacute;phone devant l&rsquo;entr&eacute;e du b&acirc;timent pour prendre des nouvelles ou simplement pour tuer le temps, qui semble &ecirc;tre un mal usant le b&acirc;timent comme ses habitants.</p><p>&nbsp;</p><p>Le quotidien est rythm&eacute; par les arriv&eacute;es et les d&eacute;parts, les naissances et les f&ecirc;tes organis&eacute;es par les animateurs sociaux.</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="A009c001_1709047d.mp4.06_26_20_22.image_fixe001-1514298320" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/475307/A009C001_1709047D.mp4.06_26_20_22.Image_fixe001-1514298320.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><u>Edmond</u></p><p>&nbsp;</p><p>Edmond, la quarantaine, vient d&rsquo;Albanie. Il est ici avec sa femme et ses 3 enfants Estella, Ersylio et Emmanuel. C&rsquo;est un homme poli et discret, un homme que l&rsquo;on remarque &agrave; peine. Mais lorsque l&rsquo;on parle de sa famille ou de ses enfants son visage s&rsquo;illumine. Il nous raconte entre fiert&eacute; et pudeur son parcours, sa vie d&rsquo;avant ou plut&ocirc;t ses vies d&rsquo;avant en Albanie, en Allemagne puis sa vie ici et celle &agrave; laquelle il aspire pour demain, pour lui mais surtout pour les siens parce que pour Edmond la seule chose qui importe c&rsquo;est d&rsquo;&ecirc;tre un bon p&egrave;re et d&rsquo;assurer &agrave; ses enfants un avenir meilleur.&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><iframe src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fplayer.vimeo.com%2Fvideo%2F251281041&amp;dntp=1&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fvimeo.com%2F251281041%2F2ba6511618&amp;image=https%3A%2F%2Fi.vimeocdn.com%2Fvideo%2F677864913_1280.jpg&amp;key=cb39d84f05d8439bbe96012f078e02b0&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=vimeo" allowfullscreen="" width="540" height="304" frameborder="0"></iframe></p><p>&nbsp;</p><p><u>De Amine &agrave; Hanan</u></p><p>&nbsp;</p><p>Les bouclettes blondes d&rsquo;Amine 3 ans, virevoltent entre les pieds des grands qui dansent au-dessus de lui. C&rsquo;est la f&ecirc;te de la nouvelle ann&eacute;e au CADA et comme &agrave; son habitude, Amine fait son show. Une femme, la quarantaine, s&rsquo;approche de lui et dit : &laquo; Amine viens ! &raquo;. Cette femme c&rsquo;est Hanan, sa m&egrave;re, elle vient du Maroc et est ici seule avec lui. Hanan court toujours apr&egrave;s Amine et on la sent parfois d&eacute;munie face &agrave; l&rsquo;&eacute;nergie d&eacute;bordante du petit gar&ccedil;on. Malgr&eacute; tout elle garde le sourire m&ecirc;me lorsqu&rsquo;elle nous livre ce qui est douloureux et parle de ceux qu&rsquo;elle a laiss&eacute; au pays pour esp&eacute;rer un jour vivre ici.&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><iframe src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fplayer.vimeo.com%2Fvideo%2F251280971&amp;dntp=1&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fvimeo.com%2F251280971%2F10298dd051&amp;image=https%3A%2F%2Fi.vimeocdn.com%2Fvideo%2F677866392_1280.jpg&amp;key=cb39d84f05d8439bbe96012f078e02b0&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=vimeo" allowfullscreen="" width="540" height="304" frameborder="0"></iframe></p><p>&nbsp;</p><p><u>Adriana</u></p><p>&nbsp;</p><p>Adriana est une jeune maman d&rsquo;une trentaine d&rsquo;ann&eacute;es originaire de Colombie. Elle est ici avec ses filles Nicole et Sarah. La s&oelig;ur d&rsquo;Adriana a aussi v&eacute;cu ici avec sa famille mais ils ont d&ucirc; partir car ils n&rsquo;ont pas obtenu le statut de r&eacute;fugi&eacute;.&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p>Adriana est secr&egrave;te, de sa vie en Colombie elle ne dit rien si ce n&rsquo;est qu&rsquo;elle a quitt&eacute; une ville et une famille qu&rsquo;elle adorait et un m&eacute;tier d&rsquo;infirmi&egrave;re qui lui plaisait. Adriana est silencieuse et son silence nous questionne.</p><p>&nbsp;</p><p><iframe src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fplayer.vimeo.com%2Fvideo%2F251280938&amp;dntp=1&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fvimeo.com%2F251280938%2F9bee53e9f0&amp;image=https%3A%2F%2Fi.vimeocdn.com%2Fvideo%2F677865662_1280.jpg&amp;key=8b7d8dd6504d41af9a77662672aabc2a&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=vimeo" allowfullscreen="" width="540" height="304" frameborder="0"></iframe></p><p>&nbsp;</p><p><u>Raage</u><strong> </strong></p><p>&nbsp;</p><p>Raage et son compatriote Somalien portent les valises de leurs familles pour les acheminer dans leurs chambres respectives. Raage vient d&rsquo;arriver au CADA avec sa femme et leur b&eacute;b&eacute;. Il est ext&eacute;nu&eacute; mais il rit beaucoup. La journ&eacute;e a d&ucirc; &ecirc;tre longue pour la famille, ils ont travers&eacute; la France en transport avec tout ce qu&rsquo;ils poss&egrave;dent. Que vont-ils penser du CADA&nbsp;?</p><p>&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><em><strong>ET ENFIN NOUS</strong></em></p><p>&nbsp;</p><p>&nbsp;</p><p><img alt="Photo_auteurs_cada_2-1516200967" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/479467/Photo_AUTEURS_CADA_2-1516200967.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><u>Jean Claude Savino</u></p><p>&nbsp;</p><p>Jean Claude a &eacute;t&eacute; travailleur social pendant 12 ans au Centre d&rsquo;Accueil pour Demandeurs d&rsquo;Asile de Villenave d&rsquo;Ornon. Il a accompagn&eacute;, le temps de la proc&eacute;dure les familles prises en charge ici. Il a accueilli &agrave; la gare des familles encore toutes &eacute;tourdies par leur p&eacute;riple, leurs valises dans les bras et a accompagn&eacute; pudiquement celles qui ont &eacute;t&eacute; d&eacute;bout&eacute;es du droit d&rsquo;asile vers la sortie d&eacute;finitive du CADA. Pendant des ann&eacute;es, il a c&ocirc;toy&eacute; des hommes et des femmes, vu grandir des enfants qui sont un beau jour partis pour un appartement ou pour la rue et ont ainsi disparu sans laisser de trace.</p><p>&nbsp;</p><p><u>Emilie Perbet</u></p><p>&nbsp;</p><p>&Eacute;milie intervient en tant que psychologue ici depuis 3 ans. Jean Claude et elle ont construit le projet de soutien &agrave; la parentalit&eacute; au CADA, ils ont aussi anim&eacute; pendant 2 ans un groupe de paroles (pour les) parents. Jean Claude l&rsquo;a guid&eacute;e pour trouver sa place aupr&egrave;s des r&eacute;sidents et elle a essay&eacute; d&rsquo;aider des familles &agrave; trouver la leur ici et maintenant&nbsp;: pendant la proc&eacute;dure d&rsquo;asile en France.</p><p>&nbsp;</p><p><u>Paul Hubble le r&eacute;alisateur</u></p><p>&nbsp;</p><p>Nous avons appris &agrave; connaitre Paul en &eacute;crivant le film, en parlant avec les familles que nous avons film&eacute;es. Paul a travaill&eacute; sur plusieurs courts m&eacute;trages b&eacute;n&eacute;volement en tant que directeur de la photographie. Il travaille actuellement dans une soci&eacute;t&eacute; de production audiovisuelle qui r&eacute;alise des films &agrave; port&eacute;e publicitaire.</p><p>&nbsp;</p><p>Nous avons &eacute;t&eacute; touch&eacute;s par son engouement pour le projet et m&ecirc;me apr&egrave;s un an de tournage, la passion du film ne semble pas s&rsquo;&ecirc;tre &eacute;teinte. Au contraire.</p>

Allocation of funds

<p>Cette collecte sera utilisée pour la post-production du film et pour sa diffusion.</p><p> </p><p>Pour le tournage nous avons travaillé bénévolement et les frais engendrés ont été pris en charge par la société qui nous soutient, Maelstrom Studios. L'entreprise Maelstrom Studios percevra l’intégralité de la collecte.</p><p> </p><p>Une fois le tournage achevé, nous entrerons dans une phase tout aussi importante pour le film : la post-production. Celle-ci comprend différentes étapes faisant intervenir plusieurs professionnels que nous souhaitons rémunérer. Ainsi nous aurons les moyens techniques et artistiques pour concrétiser notre travail.</p><p> </p><p><strong>- Montage image</strong> - 1200 € :  Nous prévoyons trois semaines de montage image comprenant une semaine de dérushage. Le dérushage consiste à visualiser et hiérarchiser les éléments tournés afin d’amorcer des pistes de montage.</p><p> </p><p><strong>- Montage son et mixage sonore</strong> - 300 € : Nous estimons le montage son et le mixage sonore répartis sur trois jours.  </p><p> </p><p><strong>- Étalonnage</strong> - 300 € : Nous procéderons à l’étalonnage du documentaire, sur deux jours. Cette étape est décisive sur l’aspect visuel du film.</p><p> </p><p><strong>- Traduction et sous-titrage</strong> - 800 € : Nous allons aussi collaborer avec plusieurs traducteurs pour traduire les paroles de nos personnages, qui s’expriment dans des langues différentes.</p><p> </p><p><strong>- Support de diffusion </strong>- 400 € : Pour en arriver là, une dernière étape est nécessaire, à savoir l’export du film et la création des supports de diffusion :  DCP (pour le cinéma), DVD (pour les particuliers).</p><p> </p><p><strong>- Inscription en festival </strong>- 500 € : Inscrire un film en festival a un coût, qu’il soit sélectionné ou non. Plus le budget alloué à ses inscriptions est important, plus le film augmente ses chances d’être diffusé.</p><p> </p><p>Si nous dépassons l’objectif des 3500€, nous pourrons envisager :</p><p> </p><p><strong>- Projections/débats </strong>- 500 € : Nous voudrions organiser des projections débats dans des cinémas et des médiathèques pour que le documentaire rencontre son public. De fait, organiser des évènements et continuer de faire vivre le film implique un budget supplémentaire.</p><p> </p><p><strong>- Musique originale </strong>- 400 € : Nous souhaitons que notre film bénéficie d’une bande son originale. Cet élément supplémentaire donnera encore plus de personnalité au film et le rendra vraiment unique.</p><p> </p><p>Évidemment nous souhaitons réserver une partie de la collecte pour les contreparties de nos Kissbankers.</p><p> </p><p> </p><p> </p><p><strong><em>CALENDRIER PRÉVISIONNEL</em></strong> </p><p> </p><p><strong>Fin du tournage</strong> : Février / Mars 2018</p><p> </p><p><strong>Dérushage</strong> : Mars 2018</p><p> </p><p><strong>Montage</strong> : Avril 2018</p><p> </p><p><strong>Traduction et sous-titrage</strong> : Avril 2018</p><p> </p><p><strong>Montage son et mixage</strong> : Mai 2018</p><p> </p><p><strong>Étalonnage</strong> : Mai 2018</p><p> </p><p><strong>Diffusion</strong> : Juillet 2018</p><p> </p><p><strong>Envoi des contreparties</strong> : juillet 2018</p><p> </p><p> </p><p> </p><p>Vous l'avez compris, nous ne pouvons pas avancer sans votre aide !</p><p> </p><p>MERCI !!!!!</p><p> </p>

Rewards

€1

  • 1 contribution
Les chaleureux remerciements de toute l'équipe !

€5

  • 8 contributions
Un lien privé en ligne pour voir le film, tranquille dans son canapé... et bien sûr la contrepartie précédente !

€10

  • 27 contributions
Votre nom au générique du film + contreparties précédentes !

€20

  • 35 contributions
Un place pour deux personnes pour assister à la PROJECTION du film à BORDEAUX ! + contreparties précédentes

€30

  • 10 contributions
Tirage d'une photo du film en A5 + contreparties précédentes.

€50

  • 9 contributions
Envoi du DVD !! + contreparties précédentes.

€100

  • 7 contributions
VOTRE POINT DE VUE SERA DÉTERMINANT ! Vous pourrez voir le film pendant son montage dans les locaux de Maelstrom Studios ou grâce à un lien internet. Vous serez les premiers spectateurs de Continuer ailleurs ! + contreparties précédentes.

€200

  • 1 contribution
Votre nom au générique du film en tant que COPRODUCTEUR FINANCIER + contreparties précédentes.

Make a donation

Give what I want