Edition et impression d'un livre de photographies

Faites partie de l’aventure "Cosmic" de Sandrine Elberg en soutenant son premier livre de photographies !

Project visual Edition et impression d'un livre de photographies
Successful
62
Contributions
02/19/2018
End date
€5,355
Out of €5,300
101 %
Supported by
Compétence Photo supports the project Edition et impression d'un livre de photographies

Edition et impression d'un livre de photographies

<p><u><strong>La collecte servira &agrave; l&#39;&eacute;dition et l&#39;impression du premier livre de l&#39;artiste photographe et plasticienne Sandrine Elberg.</strong></u></p><p><em>Dans le livre&nbsp;associ&eacute; &agrave; une exposition personnelle &agrave; Paris ; l&rsquo;artiste pr&eacute;sente des images ambivalentes issues de territoires hostiles et improbables li&eacute;s &agrave; notre imaginaire collectif. Elle nous invite au voyage au-del&agrave; du syst&egrave;me solaire au milieu d&rsquo;un d&eacute;dale &nbsp;de &nbsp;m&eacute;t&eacute;orites,&nbsp;d&rsquo;&eacute;tranges &nbsp;galaxies et de&nbsp;plan&egrave;tes inhabit&eacute;es.&nbsp; </em><br /><em>Sandrine Elberg construit un &nbsp;dispositif &nbsp;artistique &nbsp;propice &nbsp;&agrave; &nbsp;la &nbsp;contemplation. Elle propose ainsi une nouvelle cartographie de l&rsquo;Espace et nous raconte des histoires de spationautes. L&rsquo;artiste imprime sur&nbsp;diff&eacute;rents&nbsp;supports dont le&nbsp;m&eacute;tal pour nous livrer&nbsp;des traces de poussi&egrave;res d&rsquo;&eacute;toiles. Nous pourrons aussi d&eacute;couvrir&nbsp;de nouveaux paysages plan&eacute;taires inspir&eacute;s de Jules Verne et&nbsp;qui s&rsquo;inscrivent dans des imaginaires scientifiques et oniriques.</em></p><p>&nbsp;</p><p>Dans ce livre : &quot; J&#39;y raconte en images, une histoire li&eacute;e &agrave; notre imaginaire collectif d&eacute;di&eacute;e au cosmos ; une qu&ecirc;te de territoires interstellaires o&ugrave; je suis une exploratrice cosmonaute.&nbsp;Il m&#39;a fallut plusieurs ann&eacute;es de travail &agrave; rassembler les images pi&egrave;ce par pi&egrave;ce, des heures pass&eacute;es dans la chambre noire ou &agrave; travailler devant un &eacute;cran d&#39;ordinateur.&nbsp;J&#39;ai (auto) financ&eacute; tous mes voyages que ce soit au Nord du cercle polaire, pendant l&#39;hiver arctique ou en &eacute;t&eacute;vlors de l&#39;ascension d&#39;un volcan...<br />Tout cela pour capturer avec sinc&eacute;rit&eacute; les images de ce livre.&nbsp;J&#39;ai r&eacute;alis&eacute; des prises de vues improbables pour vous donner envie de r&ecirc;ver et de voyager en dehors du syst&egrave;me solaire.&nbsp;J&#39;ai jou&eacute; sur l&#39;alt&eacute;rit&eacute; du m&eacute;dium photographique ; j&#39;ai d&eacute;jou&eacute; les &eacute;chelles ainsi que le rapport micro/macro.&nbsp;<br />J&#39;avais tout simplement envie de r&ecirc;ver et de vous faire r&ecirc;ver...</p><p>&nbsp;</p><p><u><strong>Exposition personnelle :</strong></u><br /><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/478453/ba-AFFICHEv2-1515952772.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>&quot;Poussi&egrave;res silencieuses&quot;<br />Texte de pr&eacute;sentation du livre de photographies &quot;</strong><em><strong>Cosmic&quot; :</strong></em></p><p>On per&ccedil;oit d&#39;embl&eacute;e, dans le travail essentiellement photographique de Sandrine Elberg, une fascination tr&egrave;s pure pour les environnements cosmiques. Les &eacute;tendues d&eacute;sert&eacute;es qui donnent sur des ciels noirs &eacute;voquent immanquablement des paysages lunaires&nbsp;; les agglom&eacute;rations de poussi&egrave;re ou les myriades de particules brillantes, r&eacute;parties de fa&ccedil;on relativement chaotique dans les diff&eacute;rentes compositions, sont semblables &agrave; des astres qui s&#39;agitent sans bruit dans l&#39;espace. Les fragments rocailleux, quant &agrave; eux, paraissent solitaires et a&eacute;riens, comme frapp&eacute;s d&#39;apesanteur. En se d&eacute;tachant d&#39;une trame opaque et constell&eacute;e qui tient lieu d&#39;arri&egrave;re-plan, ils figurent les corps c&eacute;lestes et irr&eacute;guliers qui gravitent autour de certaines plan&egrave;tes du syst&egrave;me solaire.</p><p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Chez Sandrine Elberg, cet attrait pour les mondes stellaires se double, toutefois, d&#39;un enthousiasme tout aussi fervent pour des r&eacute;alit&eacute;s diam&eacute;tralement oppos&eacute;es. Ces paysages complexes et ind&eacute;finis, qui s&#39;&eacute;crivent &agrave; l&#39;aune des distances insurmontables, se pr&ecirc;tent tout autant &agrave; la figuration de corps ou de substances infinit&eacute;simales. Effectivement, les reliefs, qui jusqu&#39;alors d&eacute;peignaient des monts d&eacute;mesur&eacute;s, s&#39;assimilent d&eacute;sormais aux infimes variations de la mati&egrave;re&nbsp;; ce qui tenait lieu d&#39;ast&eacute;ro&iuml;de &eacute;maill&eacute; par d&#39;innombrables accidents interstellaires se confond &agrave; pr&eacute;sent avec de gigantesques grains de poussi&egrave;re que l&#39;ont aurait &eacute;clair&eacute;s par des lumi&egrave;res rasantes.</p><p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Or, que nous dit ce tissage entre deux ordres de grandeur que tout oppose&nbsp;? Que se produit-t-il, &agrave; l&#39;&eacute;chelle de la photographie, lorsque l&#39;infiniment grand s&#39;agr&egrave;ge &agrave; l&#39;infiniment petit&nbsp;? Pr&eacute;alablement, cette dichotomie dans les ordres et les motifs intervient sans doute de mani&egrave;re &agrave; induire une perception photographique qui, en elle-m&ecirc;me, se fait sur le mode de l&#39;ambivalence. Les objets restent invariants&nbsp;; l&#39;image ne se meut pas en soi. Pourtant, dans l&#39;esprit du regardeur, une m&ecirc;me image est susceptible de figurer deux r&eacute;alit&eacute;s distinctes. Propri&eacute;t&eacute; li&eacute;e &agrave; la m&eacute;canique de la perception, si l&#39;on songe au principe illusionniste qui intervient dans un cadre pictural, par exemple lorsque le regardeur sait instinctivement que ce qu&#39;il observe est &agrave; la fois un paysage et une agglom&eacute;ration de motifs color&eacute;s. Certaines lectures de ce m&eacute;canisme d&eacute;fendent une forme de simultan&eacute;it&eacute; dans l&#39;acte de perception&nbsp;; lectures qui, du reste, accordent une place importante &agrave; l&#39;interpr&eacute;tation. D&#39;autres privil&eacute;gient une sorte de regard d&eacute;coupl&eacute;e qui passerait successivement d&#39;une r&eacute;alit&eacute; &agrave; une autre, sans qu&#39;il n&#39;y ait de superposition. D&#39;autres encore mettent en avant la facult&eacute; qu&#39;a l&rsquo;&oelig;il humain d&#39;associer la perception &agrave; l&#39;imagination, et c&#39;est sans doute cette version qu&#39;il faut retenir lorsque l&#39;on se confronte au travail de Sandrine Elberg, tant les imaginaires et les possibilit&eacute;s d&#39;&eacute;vasion semblent tenir un r&ocirc;le de premi&egrave;re importance.</p><p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Toutefois, dans le cas pr&eacute;sent, cette dichotomie dans les ordres de grandeur, en associant le microscopique au macroscopique, conna&icirc;t d&#39;autres sp&eacute;cificit&eacute;s. L&#39;impression visuelle de se r&eacute;f&eacute;rer &agrave; une &eacute;chelle particuli&egrave;rement immod&eacute;r&eacute;e influence d&#39;une fa&ccedil;on ou d&#39;une autre la part d&#39;affect ou de sensibilit&eacute; que l&#39;on injecte &agrave; l&#39;interpr&eacute;tation. D&#39;un c&ocirc;t&eacute;, par exemple, la consid&eacute;ration de mondes si vastes qu&#39;ils d&eacute;passent l&#39;entendement ne peut qu&#39;occasionner une perception ralentie, presque fig&eacute;e, ainsi qu&#39;on l&#39;observe avec ces massifs m&eacute;t&eacute;oritiques qui, d&egrave;s lors, semblent p&eacute;n&eacute;tr&eacute;s par une forme d&#39;&eacute;ternit&eacute;. Ces rocs et ces &eacute;tendus, sombres et silencieux, paraissent engourdis par des ambiances nocturnes d&#39;o&ugrave; l&#39;on ne se r&eacute;veille pas. Sans doute traduisent-ils, par ailleurs, une forme d&#39;inertie, d&#39;an&eacute;antissement peut-&ecirc;tre. De l&#39;autre, et inversement, le fait d&#39;associer ces m&ecirc;mes motifs &agrave; des mondes miniatures rend tentant l&#39;identification &agrave; des particules satur&eacute;es de vie et d&#39;&eacute;nergie&nbsp;; celles-ci semblent anim&eacute;es par des trajectoires indescriptibles, et restent incontestablement fringantes. On peut ainsi avoir le sentiment, au contact de telles photographies, qu&#39;elles ont pour objet, simultan&eacute;ment ou en parall&egrave;le, le r&egrave;gne de l&#39;inerte et celui du vivant.</p><p>​&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; D&#39;autres caract&eacute;ristiques ambivalentes se font palpables. Les jeux d&#39;&eacute;chelle diffusent une forme d&rsquo;ambigu&iuml;t&eacute; li&eacute;e &agrave; une sensation de perte de rep&egrave;res. La nature topographique des compositions n&#39;y est sans doute pas &eacute;trang&egrave;re, d&egrave;s lors qu&#39;elle enclenche une s&eacute;mantique du lieu, du site, voire de la g&eacute;ographie, particuli&egrave;rement lorsque l&#39;on se surprend &agrave; adopter une vue qui, tant&ocirc;t est a&eacute;rienne et recul&eacute;e, tant&ocirc;t s&#39;&eacute;crit au plus pr&egrave;s de la mati&egrave;re physique. Le lointain se heurte &agrave; l&#39;ici, et&nbsp;ce qui reste un horizon inatteignable s&#39;associe &agrave; ce qui demeure &agrave; port&eacute;e de bras, de telle sorte que les paysages, devenus objets, en deviennent palpables.</p><p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; On ne saurait donc trop insister sur le caract&egrave;re bifurqu&eacute; des photographies de Sandrine Elberg, elle qui les envisage comme des jeux de pistes propices &agrave; une d&eacute;ambulation dans les interpr&eacute;tations. On per&ccedil;oit &eacute;galement le caract&egrave;re fac&eacute;tieux de ce travail qui repose sur des notions d&#39;artifice et de faux-semblant, sur une conception de l&#39;erreur, surtout lorsqu&#39;on la polarise &agrave; travers le prisme de la connaissance.<br /><strong>Julien Verhaeghe</strong></p><p>&nbsp;</p><p>Site du projet Livre : <em>Cosmic</em><br />https://elbergsandrine.wixsite.com/cosmicgirlfromearth</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/478514/constellations1v2-1515969019.jpg" /></p><p>&nbsp;</p>

Allocation of funds

<p>Pour que le livre&nbsp;prenne son envol, nous avons besoin d&#39;un petit coup de pouce ! L&#39;objectif de la cagnotte, fix&eacute; &agrave;&nbsp;<strong>5300 &euro;</strong>, est de couvrir une grande partie des frais d&#39;impression et d&#39;envois des livres en France et en Europe.&nbsp;</p><p>Le livre Cosmic ne s&#39;est pas fait tout seul, je remercie chaleureusement Laurent Donge, graphiste professionnel qui a pilot&eacute; le projet avec brio.</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/478517/maquettev2-1515969201.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p>-&nbsp;80 pages<br />- 21x29,7 cm<br />- Papier Blanc&nbsp;150 g/m&sup2;<br />- Impression : Quadri Vernis Acrylique &nbsp;Mat Recto/Verso<br />- Fa&ccedil;onnage :&nbsp;Cahiers Cousus -&nbsp;Dos Carr&eacute; Coll&eacute;</p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/478516/glacier_v2_copie-1515969151.jpg" /></p><p>&nbsp;</p><p><strong>En pr&eacute;-commandant le livre et&nbsp;en&nbsp;soutenant ce crowdfunding,&nbsp;&nbsp;vous nous aidez &agrave; couvrir les frais suivants</strong>&nbsp;:</p><p>Frais d&#39;impression (300 ex.) : 6000,00&nbsp;&euro;</p><p>Frais d&#39;exp&eacute;dition : 300,00&nbsp;&euro;&nbsp;</p><p>Total : 6300 &euro;</p><p>Commission KISSKISSBANKBANK</p><p><strong>Si nous d&eacute;passons le montant total du crowdfunding</strong>&nbsp;<strong>?</strong></p><p><strong>Si nous parvenons &agrave; atteindre 8.000&euro; je pourrais financer la production de l&#39;exposition personnelle qui accompagne ce livre.<br />Exposition du 4 au 14 avril 2018 &agrave; la Galerie des Beaux-arts, 75006 Paris.<br />Vernissage Jeudi 5 Avril 2018</strong></p><p>&nbsp;</p><p><img width="100%" alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/478520/v2maquette-1515969589.jpg" /></p>

Choose your reward

Make a donation

Give what I want