Le cinéma de maman

Documentaries, Charity, Documentaries

Project visual Le cinéma de maman
Cross circleFailed
24
backers
Monday, June 20, 2016
end date
€1,427
out of €3,000
47 %
Follow and share
soubiran
Bordeaux

Participez à la réalisation d'un documentaire qui traite de l'Histoire de l'immigration, par des témoignages et des extraits de longs-métrages.

Last backers

There is no backer to this project yet.

Le cinéma de maman

 

Pour avoir partagé pendant près de six ans les déboires administratifs et autres de plusieurs familles de sans-papiers, j'ai pu ressentir à quel point cette étape qu'est le départ du pays d'origine est un véritable chaos.

 

Qui suis-je ?

Je suis une femme, j'ai trois enfants, et j'ai rencontré pour la première fois il y a maintenant 10 ans une famille ayant des enfants scolarisés dans la même école que les miens. Ils étaient à l'époque sans-papiers, et avaient très peur d'être expulsés avec leur cinq enfants.

Ils m'ont transportée dans leur univers .

J'ai appris avec eux à connaître tout ce qu'il fallait savoir pour parvenir à obtenir un titre de séjour. Le Graal.. Avocats, préfecture, loi, circulaire, resf, militant, pétition, manifestation, comité de soutien, parents d'élèves mobilisés, demande d'audition, centre de rétention...tous ces mots ne me quitteront plus toutes ces années.

Pendant ces années sur le terrain, l'idée de parler de leur histoire est venue. Amoureuse du cinéma, faire un film m'a semblé être la seule façon pour moi de m'exprimer.

Et comme ce sont les enfants de ces familles rencontrées qui m'ont le plus touchée, j'avais envie de leur demander ce qu'ils pensent de cette vie qui s'offre à eux. Des parents venus d'ailleurs et eux qui construisent leur avenir ici.

Je suis donc allée à leur rencontre.

 

Img_1645-1458916742

 

Agnès Varda, Catherine Dolto, Ariane Tapinos, sont trois femmes qui ont eu des parents nés ailleurs qu'en France, et elles en parlent avec émotion dans Le cinéma de maman.

 

Bartabas a des parents français, mais un avis merveilleux sur ce qu'est l'étranger pour chacun de nous.Il livre ses mots à ma caméra, et comme devant ses spectacles, je reste à écouter sa passion des autres.

 

Marc Sanchez nous donne ses mots sur son enfance, né en Algérie, puis venu en France avec sa famille.Un fils de pieds noirs, pensant être né en France, mais une autre France que celle qu'il découvre dans l'exil de sa terre de naissance.Il nous parle de son déracinement, et de tout le plaisir qu'il a aujourd'hui à transmettre  à ses enfants l'importance du mélange des cultures.

 

 Et puis le cinéma. Montrer à travers ce film documentaire à quel point l'immigration a fait l'homme depuis tous temps est essentiel à ce projet. Et le septième Art le sait depuis sa création.Les réalisateurs sont si nombreux à évoquer ce penchant de l'homme pour le fait de se déplacer  que j'ai eu du mal à sélectionner seulement quelques scènes de films. Ce film est un hommage à leur désir de nous parler de cette belle histoire dans l'histoire de l'homme, celle de la marche vers sa vie.

 

Img_0769-1458915449

 

 

Allocation of funds

Cette collecte servira à m'aider à continuer à filmer, et donc à me déplacer vers ceux qui ont accepté de témoigner. D'autres belles rencontres m'attendent, notamment celles avec les familles que j'ai aidées il y a plusieurs années. Ces enfants sont aujourd'hui des adolescents, voire même pour certains de jeunes adultes, et j'irai les filmer pour savoir ce qu'ils retiennent de ce long voyage, de leur arrivée en France et comment vivent-ils leur double culture. Il me faut aussi monter le film.Je ne suis pas monteuse, et ça se voit sur le petit projet de départ, alors il me faut demander de l'aide au montage.Mon rêve serait d'aller le monter avec les frères Taviani en Italie...Deux formidables réalisateurs, qui ont réalisé Good Morning Babylonia, l'histoire de deux frères qui quittent l'Italie pour les Etats-Unis.

 

On me demande de détailler le budget..difficile! Les 3000 euros demandés vont servir pour mes allers et retours sur Paris afin de pouvoir terminer de filmer certaines rencontres.J'ai également à coeur de mettre en place un projet associé au film : j'ai rencontré à un moment du tournage  une galeriste et sa galerie dans le 14ème arrondissement de Paris. Nous avons parlé d'elle et de son travail et puis du mien, et avons évoqué avec émotion l'idée de projeter "Le cinéma de maman" dans la cour devant la galerie. J'ai grande hâte d'apporter à cette femme mon travail achevé en espérant qu'elle l'aimera tant que la projection aura lieu. Sa galerie est un lieu comme les personnes jusqu'à aujourd'hui rencontrées dans ce film, un lieu ouvert sur les autres et le monde, dédié avec passion aux artistes qui y sont exposés,et à leur art comme liberté défendable coûte que coûte. J'en rêve. Et puis c'est tout près des studios Ciné Tamaris d'Agnès Varda, une autre femme à qui j'ai envie de montrer ce film, pour la remercier d'un des plus beaux cadeaux que m'a fait la vie, pouvoir filmer sa liberté de parole..Le film pourra ensuite continuer sa route sur les réseaux sociaux, je l'espère en salle de cinéma. Et puis je souhaite l'ouvrir aux autres, qu'ils puissent y ajouter leurs témoignages, leurs images, leurs scènes de films. L'idée est que Le cinéma de maman ne soit jamais terminé, ou plutôt qu'il aille à la rencontre d'un monde où les frontières ne seraient plus un obstacle pour l'Homme.

 

Plus sérieux mais obligatoire:

 

Les trois milles euros détaillés:

 

- Allers et retours sur Paris nécessaires au nombre de cinq au minimum, ce qui représente 500 euros environ, en comptant le train, le métro, la nourriture (je suis logée par mon adorable belle-soeur!).

 

-financer des monteurs: 1500 euros

 

-matériel vidéo à renouveler pour finaliser les rencontres filmées: caméra semi pro canon XA10 d'occasion: entre 600 et 700 euros

 

resterait 200 euros...pour offrir un vernissage de qualité à Paris à tous ceux qui viendront voir la projection!

 

Pas d'achat informatique (ouf!)

 

Si la collecte Kisskissbankbank se déroule correctement, je reprends une caméra et du temps dès l'été 2016, et espère pouvoir présenter un documentaire abouti pour le mois de décembre 2016.Une projection en plein air sous la neige, j'en rêve.

 

La collecte sera versée sur mon compte en banque (Anne-Claire Soubiran), étant  la seule à travailler au projet et à gérer mes choix de rencontres, de scènes à monter, de séquences de films choisis...

 

 

Ce film s'il arrive à son montage final sera un simple recueil de témoignages magnifiques qui montrent ce qu'est l'homme, un mélange d'histoires et de paroles.Si l'homme est empêché de se mouvoir, ses idées continueront de voyager pour lui, ce que fait Internet chaque jour.Mais c'est un peu comme quand on voit un ami lointain, on se dit que c'est bien mieux en vrai que sur Facebook.C'est la même chose pour l'humanite.A-t-elle à y gagner a ne voyager que sur internet?

Je doute qu'elle y survive!

 

Alors on fonce!

 

Choose your reward

For €5 and more

Votre nom et prénom associé à ce projet documentaire en générique de fin

Backers 0
Delivery December 2016

For €10 and more

Votre nom et prénom au générique de fin comme ami du projet!

Backers 0
Delivery December 2016

For €50 and more

je n'éditerai pas de tee-shirts...ni de porte-clés! Votre nom sera aussi en générique de fin grâce à vos 50 euros...

Backers 0
Delivery December 2016

For €70 and more

je vous aime tous, les 5 euros et les 70 euros ou plus, et je mettrai le nom de chacun d'entre vous sur le générique de fin

Backers 0
Delivery December 2016

For €100 and more

invitation au vernissage du film à Paris j'ai un bus de 9 places...si vous êtes plus de huit personnes à offrir 100 euros ou plus, on louera un autocar..

Backers 0
Delivery December 2016

Make a donation

Give what I want