UN TRAMWAY NOMME DESIR

AIDEZ NOUS A FINALISER LA CREATION DE LA PLUS CELEBRE PIECE DE TENNESSEE WILLIAMS pour le Festival OFF d'Avignon 2016!!!

Project visual UN TRAMWAY NOMME DESIR
Successful
35
Contributions
06/24/2016
End date
€5,015
Out of €5,000
100 %

Technikart vous soutient sur KissKissBankBank

Technikart

A Nous KissKiss

A NOUS Paris

UN TRAMWAY NOMME DESIR

<p> <strong>RESUME:</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>A bout de force, en chute libre, Blanche Dubois saute dans le tramway nommé « Désir », pour fuir les fantômes de son passé. Elle atterrit chez sa sœur, Stella, pour se réfugier dans les souvenirs de son paradis perdu… Belle Rêve. Mais Stella est mariée à un ouvrier d’origine polonaise, Stanley Kowalski interprété par Francis Lalanne, qui ne supportera pas de voir son quotidien déstabilisé. Chacun doit trouver sa place, faire avec l'autre, pour retrouver un équilibre où l'amour, qu'il soit fraternel ou autre, s'épanouisse à nouveau. Cette pièce met en exergue toutes les difficultés des protagonistes à faire «cohabiter» leurs désirs.</strong></p> <p> <em>Tennessee Williams, obsédé par la crainte de devenir fou, décortique à travers son œuvre, l'humain et ses pathologies. Nous assistons ici à la dernière chance de Blanche de ne pas sombrer dans la folie.</em> <em>L’atmosphère moite et chaude de la Nouvelle-Orléans, sa musique fiévreuse et sensuelle, jouée sur scène par tous les personnages, entrainent le spectateur dans l’univers brûlant d’un des plus grands auteurs américains du XXème siècle.</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0201net-1464625837" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323297/IMG_0201net-1464625837.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>NOTE D'INTENTION METTEUR EN SCENE:</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Pourquoi avoir choisi de monter cette pièce?</strong></p> <p>  </p> <p> L’adaptation cinématographique ne correspondait pas à la vision que j’avais de l’œuvre, trop axée sur la relation de Blanche et Stanley. Stella est l’enjeu de cette guerre de territoire entre Stanley et Blanche. Le rapport de ces deux personnages est conditionné par Stella et non par une attirance charnelle ou le désir de séduire.</p> <p>  </p> <p> <strong>Comment abordez-vous la bascule vers la folie ?</strong></p> <p>  </p> <p> La pièce montre à quel point quelqu’un de fragile psychologiquement peut être encore sauvé. C’est la dernière chance de Blanche et sa rencontre avec Mitch pourrait lui donner  « un nouvel élan ». Ils sont comme deux infirmes qui vont se sauver l’un l’autre.  Comme Stanley et Stella se sont sauvés lors de leur rencontre,  « J’étais sale et tu m’as lavé » dit Stanley.  L’amour est au centre de cette pièce. Il permet de se construire. Sans lui, la réalité n’a plus d’intérêt, c’est pour l’autre et à travers l’autre que l’on existe. Afin de garder leur identité, Stanley et Blanche ont besoin de l’amour de Stella et de Mitch. Stanley et Mitch ont fait la guerre ensemble, ils sont comme des frères.  Les personnages se battent tous pour leur propre survie, Stanley pour conserver son statut social, Blanche pour rester ancrée dans la réalité, Stella pour conserver la famille qu’elle a construit et Mitch pour ne pas finir seul.</p> <p>  </p> <p> <strong>Comment retranscrivez-vous l’univers de la Nouvelle-Orléans ?</strong></p> <p>  </p> <p> Par l’univers musical, car dans la conscience collective, la Nouvelle-Orléans symbolise l’avènement du blues et du jazz. On a la chance d’avoir des acteurs musiciens, comme Francis Lalanne, donc nous utiliserons principalement de la musique en direct, avec des standards de jazz. Il fallait aussi faire exister l’ambiance moite et chaude de la Nouvelle-Orléans, et nous le faisons à travers les couleurs du fond de scène, le damier noir et blanc incontournable aux Etats-Unis et particulièrement en Louisiane, les persiennes, les ventilateurs…</p> <p>  </p> <p> <strong>Pourquoi avoir choisi Francis Lalanne pour le rôle de Stanley ?</strong></p> <p>  </p> <p> Tout d’abord parce que c’est un grand acteur,  un des meilleurs avec lesquels  j’ai joué.  Cela faisait longtemps que l’on avait envie de faire un spectacle ensemble. Ensuite il avait toutes les aptitudes requises pour ce rôle c’est-à-dire le charisme et cette violence latente qui peut éclater à tout moment. Et puis, tout comme Stanley, c’est un écorché. Il sait créer le danger apportant une tension indispensable à l’œuvre.</p> <p>  </p> <p> <strong>Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’univers de Tennessee Williams ?</strong></p> <p>  </p> <p> Après avoir abordé Molière, Hugo et Claudel, qui sont des auteurs à texte, j’avais envie de m’attaquer à une œuvre américaine qui met en valeur le contexte et qui appelle le jeu, ce qui demande une direction d’acteur pointue. C’est un théâtre contextuel et non textuel qui laisse une part importante à l’acteur d’incarner leur personnage.  Ensuite l’œuvre de Tennessee Williams est toujours à la limite de la déraison et de la folie. C’est un auteur qui aborde la fragilité de la santé mentale de l’homme. Comment dissocier l’homme de l’animal ? Par la conscience sans doute, mais la conscience est fragile.</p> <p>  </p> <p> <strong>TENNESSEE WILLIAMS</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Tennessee-williams-631-1461335869" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307427/Tennessee-Williams-631-1461335869.jpg"> </strong></p> <p>  </p> <p> Thomas Lanier Williams naît à Colombus, Mississipi, en 1911.  La famille rejoint le grand-père à Saint- Louis en 1918. L'année suivante, atteint de diphtérie, il est pratiquement immobilisé pour deux ans. Sa mère, refusant son oisiveté, lui offre une machine à écrire. Il fréquente un temps l'université mais doit abandonner, faute de moyens. Il écrit ses premières pièces et commence à prendre conscience de son homosexualité, qu'il ne consomme pourtant qu'à vingt-huit ans. Son accent du Sud lui vaut le surnom moqueur «Tennessee», qu'il prend plus tard comme nom de plume, en hommage aux origines de son grand-père.</p> <p>  </p> <p> Il décroche finalement une License et se voit réformé au moment de l'engagement des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale à cause de son dossier psychiatrique, de son alcoolisme, de ses troubles cardiaques et nerveux de et de son homosexualité. Il est alors embauché par la MGM à Hollywood, pour divers travaux d'écriture.</p> <p>  </p> <p> En 1943, sa sœur schizophrène subit une lobotomie qui la laisse très diminuée. Williams la prend en charge, et garde toute sa vie la peur de devenir fou, comme elle.</p> <p> Tennessee Williams s’appliquera à mettre en scène à travers son œuvre théâtrale et romanesque, cet univers familial déchiré et violent.</p> <p>  </p> <p> Il s’impose en 1945 avec La Ménagerie de verre et triomphe deux ans plus tard avec <em><strong>Un tramway nommé désir</strong></em> mis en scène par Elia Kazan. Tennessee Williams reçoit le Prix Pulitzer pour cette œuvre, ainsi que pour <em><strong>La Chatte sur un toit brûlant</strong></em> (1955). Il poursuit une carrière dramatique, brillante et féconde. Il écrit <em><strong>La Rose tatouée</strong></em> (1950), <strong>Suddenly Last Summer</strong> (1958) <strong>Doux oiseau de la jeunesse</strong> (1959), <strong>La Nuit de l’iguane</strong> (1961), <strong>Small Craft Warnings</strong> (1972). Très souvent dans ses écrits, l’action se situe dans le sud natal. Il met en scène des personnages psychologiquement fragiles qui tentent de rompre leur solitude dans un monde cruel où les hommes sont les victimes d’un système social impitoyable. Mais si célèbre soit-elle, l’œuvre théâtrale de Tennessee Williams n’est qu’une des facettes d’un écrivain qu’on peut décrire, comme l’un de ceux qui ont le mieux su préfigurer le XXème siècle. Tennessee Williams est poète et romancier, avec notamment son roman Le Printemps romain de Mme Stone et ses nouvelles Sucre d’orge.</p> <p>  </p> <p> Tennessee Williams est mort à New York en 1983.</p> <p>  </p> <p> <strong>L</strong><strong>’</strong><strong>UNIVERS</strong> <strong>/</strong><strong> LA NOUVELLE-ORLEANS</strong></p> <p>  </p> <p> A travers les choix de mise en scène suivants, nous essaierons principalement de retranscrire l'atmosphère, réelle ou fantasmée, de la ville de la Nouvelle-Orléans</p> <p>  </p> <p> <em><strong>LA MUSIQUE</strong></em></p> <p>  </p> <p> <strong>Enregistr</strong><strong>ée </strong>: diffusée par les enceintes, elle accompagnera ponctuellement les scènes pour <strong>renforcer les moments dramatiques et la tension</strong>.</p> <p>  </p> <p> <strong>Acoustique :</strong> la musique est omniprésente dans les rues de la Nouvelle-Orléans.. <strong>Les personnages de Steeve</strong> (saxophoniste) <strong>et</strong> de <strong>Mitch joueront donc quelques standards New-Orleans </strong><strong>(Saint James Infirmary, Summertime, Royal Garden, Blue moon)</strong>. Ce qui donnera l'occasion au personnage de Blanche de chanter avec Mitch.</p> <p>  </p> <p> Le passage du tramway sera symbolisé par une note au saxophone.</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="405" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FQzcpUdBw7gs%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DQzcpUdBw7gs&amp;image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FQzcpUdBw7gs%2Fhqdefault.jpg&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="405" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FeZILfYri1gg%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DeZILfYri1gg&amp;image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FeZILfYri1gg%2Fhqdefault.jpg&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p> <em><strong>L</strong><strong>’HABILLAGE SONORE</strong></em></p> <p>  </p> <p> <strong>Voix des personnages secondaires:</strong> elles seront <strong>diffus</strong><strong>ées via le poste de radio</strong> que Blanche a apporté avec elle, et qui deviendra objet de discorde. Cet appareil diffusera les sons et les voix perçues par Blanche dont le discernement est altéré.</p> <p>  </p> <p> <em><strong>MAQUILLAGES</strong></em></p> <p>  </p> <p> Nous utiliserons des sprays sur les visages, pour renforcer le réalisme du lieu de l'action, les gens transpirent, c'est un environnement chaud et humide propice à la déraison.</p> <p>  </p> <p> <em><strong>SCENOGRAPHIE</strong></em></p> <p>  </p> <p> Le décor sera conçu à partir d'éléments que nous estimons les plus représentatifs de la</p> <p> Nouvelle-Orléans à savoir : balcon en fer forgé, mur en lames de bois, ventilateur au plafond, réverbères…</p> <p>  </p> <p> <img alt="Fullsizerender_1_-1461337680" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307440/FullSizeRender_1_-1461337680.jpg"></p> <p>  </p> <p> Le cyclo en fond de scène, représentant la rue et l’immeuble de Stanley et Stella, aura une place prépondérante dans la scénographie et évoluera grâce aux lumières à travers la pièce, offrant de nombreuses atmosphères différentes...</p> <p>  </p> <p> <img alt="Cyclo_basse_def-1461337738" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307441/CYCLO_BASSE_DEF-1461337738.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Cyclo_modifi__tableau_avec_deformation_2_basse_def-1461337824" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307445/cyclo_modifi__tableau_avec_deformation_2_basse_def-1461337824.jpg"></p> <p>  </p> <p> <em><strong>LUMIERE </strong></em></p> <p> <em><strong>Une création de Théo Guirmand</strong></em></p> <p>  </p> <p> Les lumières seront fortement contrastées. On jouera avec des zones de pénombre et des découpes bien délimitées signifiant la rue ou isolant des personnages. On rappellera également la lumière qui passe au travers des persiennes. La lumière viendra également de nombreux éléments du décor tels que le réverbères, le plafonnier/ ventilateur et les petites appliques de part et d’autres des éléments salle de bain/cuisine. Une applique d’extérieur sera également suspendue sur le mur de bois. Les cycliodes disposées derrière le cyclo permettront un jeu de couleurs sur tous les tons.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Image-1464623764" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323264/image-1464623764.jpeg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Image-1464624088" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323268/image-1464624088.jpeg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <em><strong>LES COSTUMES</strong></em></p> <p>  </p> <p> <strong>Les costumes ne s'attacheront pas </strong><strong>à une </strong><strong>époque pr</strong><strong>écise</strong>, l'une des caractéristiques de la Nouvelle-Orléans étant d'être encore très influencée par les modes passées. Ils seront <strong>toutefois influenc</strong><strong>és par la mode am</strong><strong>éricaine des ann</strong><strong>ées 40, 50 et 60.</strong></p> <p> Les costumes dessineront avant tout <strong>le caract</strong><strong>ère des protagonistes, leur statut social ainsi que leur </strong><strong>évolution </strong><strong>à travers la pi</strong><strong>èce. </strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Costume_presentation-1461338616" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307458/costume_presentation-1461338616.jpg"> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>BLANCHE</strong> ancrée dans un passé de propriétaire terrienne, arrivera dans une tenue très travaillée, presque haute couture, dans des couleurs pastels légèrement délavée, mais très sophistiquée. Elle reste vêtue de façon très sophistiquée sur le 1er acte.</p> <p> Puis dans sa volonté de s’intégrer dans son nouvel environnement, elle essaiera de se fondre en s’habillant d’un jean moulant et d’une chemise.</p> <p> Sa robe pour sa soirée avec Mitch renforcera cette perte d’assurance, puisqu’elle sera semblable aux tenues qu’elle portait quand elle se prostituait, elle pense l’obtenir par son désir pour elle et choisi une robe très sexy, limite vulgaire.</p> <p> Enfin pour la scène finale, elle sera simplement vêtue d’une nuisette, portant uniquement son chapeau et sa fourrure pour suivre les infirmiers.</p> <p> Les couleurs de ses tenues iront du pastel, délavé de rose à des tons de plus en plus rouge.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Image-1464624176" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323270/image-1464624176.jpeg"></p> <p>  </p> <p> <strong>STELLA</strong> commencera par porter une robe moderne et affriolante, bien que de simple confection, à laquelle elle apportera des modifications pour la rendre plus sophistiquée par la suite.</p> <p> Puis elle portera une des robes de Blanche qu’elle aura raccommodée à sa taille pour enfin finir par se transformer en femme au foyer modèle sur la fin de la pièce affichant un ventre de fin de grossesse.</p> <p> Sa couleur sera dans les dégradés de jaune au début pour aller vers le vert à la fin de la pièce.</p> <p>  </p> <p> <strong>STANLEY</strong> arrivera en tenue de travail, sale et dégoulinant. Il portera essentiellement un jean et un t-shirt, usés. Il aura également une tenue du dimanche composée d’un pantalon, d’une veste et d’une chemise dépareillés.</p> <p> Ses tenues auront de couleurs entre beige et marrons clairs et tendront progressivement vers des verts kaki sombres.</p> <p>  </p> <p> <strong>MITCH</strong> apparaitra dans des tenues similaires à celle de Stanley pour indiquer qu’il travaille ensemble et que Stanley est un modèle pour lui. Puis après sa première rencontre avec Blanche, il essaiera de montrer une apparence plus soignée jusqu’à avoir la tenue parfaite du fils à marier.</p> <p> Ses tenues iront des dégradés pastels</p> <p> beige vers le bleu.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Image-1464624139" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323269/image-1464624139.jpeg"></p> <p>  </p> <p> <strong>STEEVE e</strong>st un saxophoniste de la nouvelle-Orleans.</p> <p> Il portera un pantalon sombre, une casquette, une chemise avec ou sans gilet, des bretelles et une cravate ou un foulard évoluant au fil des scènes. </p> <p>  </p> <p> <strong>L’APPLICATION DE LA VIDEO</strong></p> <p>  </p> <p> Tout d'abord, que ce soient les sous-titres ou les montages vidéo, les projections se feront sur les tentures du décor. Elles auront la vocation d'immerger totalement le spectateur dans la situation, les forçant, tout comme les personnages, à décrypter, malgré l'émotion ressentie, les motivations de chacun.</p> <p>  </p> <p> Pour cela la vidéo aura trois buts :</p> <p>  </p> <p> Développer l'inquiétude du spectateur autour du passé de Blanche. Des images floues voir subliminales de la mort de son ancien amour entraîneront le spectateur dans une atmosphère de thriller, ne sachant pas déterminer l’identité de ce personnage.</p> <p>  </p> <p> Aider le public à s'identifier aux personnages des deux sœurs en projetant des souvenirs familiaux heureux.</p> <p>  </p> <p> Perturber le discernement que l'on peut avoir de la réalité des faits ou des actes de Blanche, en proposant des images fantasmées susceptibles d'être le produit de son esprit.</p> <p> Un travail tout particulier sera réalisé pour la scène de  « viol » ou « d'amour », laissant à chacun son interprétation.</p> <p>  </p> <p> L'esthétique des images sera inspirée de l'univers de David Lynch et Murnau.</p> <p>  </p> <p> EXEMPLE INTRO SPECTACLE:</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="405" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FUN5pHHLbV50%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DUN5pHHLbV50%26feature%3Dyoutu.be&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>BIOGRAPHIES</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>MANUEL OLINGER</strong></p> <p> <strong>Metteur en sc</strong><strong>ène </strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Photo-232340-1461340572" height="252" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307473/photo-232340-1461340572.jpg" width="381"> </strong></p> <p>  </p> <p> Formé tout d’abord au théâtre classique par le comédien <strong>Pierre Bianco</strong> puis à l’école Myriade à Lyon, dirigée par <strong>Georges Montillier, ex-pensionnaire de la Com</strong><strong>édie Fran</strong><strong>çaise,</strong> Manuel Olinger continue sa formation en <strong>Classe Libre du court Florent</strong>.</p> <p>  </p> <p> Il est rapidement engagé pour interpréter des <strong>premiers r</strong><strong>ôles classiques</strong> tels que Clitandre et Don Rodrigue, dans des mises en scène de <strong>Jacques Lorcey, ex pensionnaire de la Com</strong><strong>édie Fran</strong><strong>çaise et laur</strong><strong>éat de l</strong><strong>’Acad</strong><strong>émie Fran</strong><strong>çaise</strong>. Puis, rappelé par son ancien professeur et metteur en scène, Mr Montillier, il incarna Néron et Dom Juan aux côtés de Léon Lesacq. Comédien avec lequel il joua au préalable dans L’Avare, mis en scène par <strong>Jean-Pierre Savinaud.</strong> Depuis, de nombreux metteurs en scène comme <strong>Didier Long, Fran</strong><strong>çois Bourcier, Lucas Franceschi,</strong> lui ont offert l’opportunité de jouer de nombreux rôles avec comme partenaires des comédiens de talents  tels que <strong>Bernard Giraudeau, Isabelle G</strong><strong>élinas, Francis Lalanne, J</strong><strong>ér</strong><strong>émie R</strong><strong>énier, Jean-Paul Bordes, etc</strong><strong>…</strong></p> <p> Parmi ces rôles, on peut citer <strong>«Le Duc </strong><strong>» dans Lorenzaccio, </strong><strong>« Don C</strong><strong>ésar </strong><strong>» dans  Ruy Blas, </strong><strong>« Izquierdo </strong><strong>» dans Montserrat, </strong><strong>« Richmond </strong><strong>» dans Richard III, etc</strong><strong>…</strong></p> <p> Parallèlement au théâtre, il s’est produit dans une quinzaine de réalisations télévisuelles ou cinématographiques.</p> <p>  </p> <p> <strong>Il est aussi METTEUR EN SCENE</strong> et a monté<strong> trois </strong><strong>œuvres, </strong><strong>« Ruy Blas </strong><strong>» de Victor Hugo</strong>, jouée soixante-dix fois en tournée estivale, <strong>« L</strong><strong>’annonce faite </strong><strong>à Marie </strong><strong>» de Paul Claudel</strong>, spectacle remarqué, qui lui a valu une invitation à la réunion annuelle de la société Paul Claudel au Théâtre de l'odéon, et <strong>« Les femmes savantes </strong><strong>» de Moli</strong><strong>ère</strong>.</p> <p>  </p> <p> Ces dernières années, fort de deux saisons à succès au festival d’Avignon, il a joué en tournée dans <strong>« Petits crimes conjugaux </strong><strong>»,</strong> spectacle représenté notamment en Ukraine à la demande de son auteur <strong>Éric-Emmanuel Schmitt</strong> lors d’une célébration en son honneur.</p> <p>  </p> <p> <strong>En 2015, il participe au spectacle </strong><strong>«Les coquelicots des tranch</strong><strong>ées </strong><strong>» mis en sc</strong><strong>ène par </strong></p> <p> <strong>Xavier Lemaire, r</strong><strong>écompens</strong><strong>é par le MOLIERE DU MEILLEUR SPECTACLE PUBLIC et le PRIX du PUBLIC au festival d</strong><strong>’Avignon 2014.</strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>FRANCIS LALANNE</strong></p> <p> <strong>Rôle de Stanley Kowalski</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Page_couv1-1461340702" height="327" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307474/page_couv1-1461340702.jpg" width="219"> </strong></p> <p>  </p> <p> Francis est un acteur et chanteur à succès depuis 1979.</p> <p>  </p> <p> En tant qu’Acteur, il prend des cours d'art dramatique a Marseille au conservatoire. Il suivra plus tard une formation auprès d’Harold Clurman au Lee Strasberg Institute à New York et aura le privilège d’être coaché en privé par Marlon Brando lui-même.</p> <p>  </p> <p> Il joue au cinéma et sur les planches, dans de nombreuses pièces applaudies par la critique et le public. Il a d'ailleurs été nominé à deux reprises aux Molières. Dans <strong><em>DOM JUAN</em></strong> de Molière, mise en scène Jean-Luc Moreau, Festival d'Anjou et de Ramatuelle, au théâtre des Bouffes du Nord et aux Théâtres des Célestins à Lyon. <strong><em>L'AFFRONTEMENT</em></strong> de Bill C. Davis, mise en scène Stéphane Hillel, avec Jean Piat au Théâtre Fontaine. <strong><em>CORIOLAN</em></strong> de W.Shakespeare, mise en scène Jean Martinez. DON QUICHOTTE, mis en scène par François Bourcier. <strong><em>LORENZACCIO</em></strong> d'Alfred De Musset, mis en scène par Stéphane Gildas au Trianon. <strong><em>MONSIEUR IBRAHIM ET LES FLEURS DU CORAN</em></strong> de Eric-Emmanuel Schmitt mis en scène par Anne Bourgeois. <strong><em>INCONNU</em></strong> <strong><em>A CETTE ADRESSE</em></strong> de Kressmann Taylor, lecture dirigée par Delphine Malherbe au théâtre Antoine.</p> <p>  </p> <p> Il apparait également au cinéma dans <strong><em>MARIE DE NAZARETH</em></strong> de Jean Delannoy, <strong><em>ASTERIX AUX JEUX OLYMPIQUES</em></strong> , de Frédéric Forestier ou encore <strong><em>DISCO</em></strong>, de Fabien Oteniente, <strong><em>LA MARCHE DE L'ENFANT ROI </em></strong>de Maga Ettori ou <strong><em>LA BOUTIQUE DE L'ORFEVRE</em></strong> de Paul de Larminat, d'après la pièce de Karol Wojtila.</p> <p>  </p> <p> En parallèle de sa carrière d’acteur, Francis Lalanne est connu pour sa carrière en tant que chanteur.</p> <p> Sa discographie compte certains albums marquants comme Rentre chez toi (1979), Francis Lalanne (1980)…  Les disques et succès ont perdurés et récemment il a sorti un disque en hommage à Léo Ferré : "À Léo" (avec le groupe Carré Blanc en 2014. </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>JULIE DELAURENTI</strong></p> <p> <strong>R</strong><strong>ôle de Blanche Dubois</strong></p> <p> <strong>Vid</strong><strong>éaste</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Blanche-1461340799" height="249" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307476/blanche-1461340799.png" width="238"></p> <p>  </p> <p> Après 3 ans au <strong>Conservatoire de Bordeaux</strong>, Julie se forme auprès de <strong>Nicola</strong><strong>ï Karpov (Gitis de Moscou), Zigmunt Molik (Laboratoire Grotowski),</strong> enfin à l’école BAW <strong>en anglais,</strong> aux <strong>m</strong><strong>éthodes am</strong><strong>éricaines, avec Sei Shiomi, Marilyn Fried et  Amy Werba (M</strong><strong>éthodes Meisner, Uta Hagen et Lee Strasberg). </strong></p> <p> Elle a joué dans <strong>« Les Trois Soeurs </strong><strong>»</strong> de Tchékhov, par <strong>Julie Brochen,</strong> <strong>« La Ronde </strong><strong>»</strong> de Schnitzler, par <strong>Jean Claude Durand (CDN de Bordeaux</strong>), <strong>« Suite 2 </strong><strong>», </strong><strong>« Suite 3 </strong><strong>» de Minyana</strong>, par Frederic Villemur et <strong>Etienne Pommeray</strong>, <strong>«</strong><strong> Top Dogs</strong> <strong>»</strong> de Urs Widmer, par <strong>Pilar Antony</strong>… et dernièrement   <strong>«In My Other Life</strong><strong>»,</strong> 5 pièces en 1 acte de <strong>John Patrick Shanley (en anglais, </strong><strong>à Paris et Avignon) </strong>qu’elle a mis en scène. Elle participe en anglais à tous les évènements de THE BIG FUNK COMPANY.</p> <p>  </p> <p> Elle est également <strong>chanteuse</strong> et a participé à <strong>divers projets de com</strong><strong>édies musicales</strong> tels que «Sang Blues» qu’elle est allée jouer <strong>à La Nouvelle-Orl</strong><strong>éans (Chat Noir)</strong> accompagné d’un <strong>hommage </strong><strong>à Claude Nougaro</strong> avec qui elle a partagé la scène, <strong>«Les Amants d</strong><strong>’un jour</strong><strong>», mis en sc</strong><strong>ène par Jean-Louis Grinda</strong> autour des succès de Piaf, avec <strong>J</strong><strong>ér</strong><strong>ôme Pradon, Delphine Grandsart, Sophie Tellier et Christine Bonnard</strong><strong>…  </strong><strong>«</strong><strong> Eva Peron, la Flamboyante</strong><strong>»,</strong> incarnant Evita, lors du <strong>Festival de Lacoste produit par Pierre Cardin, mis en sc</strong><strong>ène par Jean-Fran</strong><strong>çois Vinciguerra </strong>avec<strong> Eve Ruggieri, Norah Amsellem </strong>et<strong> Philippe Do. </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>A la t</strong><strong>él</strong><strong>évision et au cin</strong><strong>éma</strong>, on a pu la voir dans le <strong>long m</strong><strong>étrage </strong><strong>« Que reste-t-il de Chris Conty ? </strong><strong>» de Benoit Fink (Canal +</strong>), et « Solidtaire » de Bahram Guéranfar.</p> <p>  </p> <p> En tant que <strong>r</strong><strong>éalisatrice et metteuse en sc</strong><strong>ène</strong>, elle a écrit et réalisé son <strong>1er court m</strong><strong>étrage </strong><strong>« Forza di L</strong><strong>’Esse</strong><strong>»</strong> sur la francisation de la corse au XVIIIème (2013). Elle a mis en scène «In My Other Life» de John Patrick Shanley après avoir été son <strong>assistante metteur en sc</strong><strong>ène </strong><strong>à New York en 2012 (Atlantic Theater, Off Broadway).</strong> Fin 2014, elle a mis en scène une <strong>com</strong><strong>édie musicale qu</strong><strong>’elle a </strong><strong>écrite en anglais </strong><strong>«DOC CAT STORY</strong><strong>», jou</strong><strong>é </strong><strong>à l</strong><strong>’Alhambra fin 2014</strong>. Enfin elle <strong>r</strong><strong>éalise le clip </strong><strong>«Woman</strong><strong>»</strong> du groupe Bristol mené par Marc Collin, en juin 2015. Elle se chargera de la création vidéo.</p> <p>  </p> <p> <strong>TIFFANY HOFSTETTER</strong></p> <p> <strong>R</strong><strong>ôle de Stella Dubois    </strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Tiffany_hofstetter-1461340913" height="243" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307478/Tiffany_Hofstetter-1461340913.jpg" width="228"></p> <p>  </p> <p> Après sa formation dès l’âge de neuf à la <strong>Sylvia Young Theater Academy </strong><strong>à Londres </strong>et Danielle Benamou à Paris, elle obtient  son 1er rôle à 13 ans dans <strong>« Off Key </strong><strong>» un long m</strong><strong>étrage avec Danny Aiello, Joe Mantegna, and George Hamilton.</strong> Elle se forme encore au <strong>Joanne Baron - D.W Brown Academy.</strong></p> <p> Elle a joué avec <strong>Helen Hunt, Dennis Quaid et Pat Morita</strong> dans des films comme « Alice », « Romans Road », « Deadly Honeymoon » de <strong>Paul Shapiro</strong>, « Aloha Mr. Mori », « Je t’aime » <strong>par Film Works</strong>, et « Soul Surfer » de <strong>Sony Pictures</strong> présenté au Festival de Cannes. Elle a également été sur les planches avec <strong>« Barefoot in the Park </strong><strong>», </strong><strong>« Romeo et Juliette </strong><strong>», </strong><strong>« Othello </strong><strong>», </strong><strong>« A fool for love </strong><strong>», </strong><strong>« Oleanna </strong><strong>», </strong><strong>« The Glass Menagerie </strong><strong>», </strong><strong>« Split </strong><strong>», </strong><strong>«</strong><strong> In My Other Life</strong> <strong>»</strong>…   Elle a actuellement plusieurs projets de longs métrages en cours de production.                                                                                                                            </p> <p> <strong>FRANCK JOUGLAS</strong></p> <p> <strong>R</strong><strong>ôle de Mitch</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="579930_14-1461341000" height="196" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307480/579930_14-1461341000.jpg" width="296"> </strong></p> <p>  </p> <p> Formé au <strong>Conservatoire du X</strong><strong>ème </strong><strong>à Paris</strong> sous la direction de <strong>Jean Louis Bihoreau et Mich</strong><strong>èle Garay</strong> à sa sortie il <strong>rencontre Edouard Baer et Fran</strong><strong>çois Rollin</strong> qui le recrute pour jouer ses sketches dans <strong>le Grand Mezze au Th</strong><strong>éâtre du Rond-Point.</strong></p> <p>   Il joue dans des comédies au <strong>Th</strong><strong>éâtre Fontaine et </strong><strong>à la Com</strong><strong>édie de Paris</strong> sous la direction de <strong>Dominique Deschamps et de Xavier Letourneur</strong> notamment ; Des Classiques <strong>«</strong><strong> le jeu de l'amour et du hasard</strong> <strong>» au Th</strong><strong>éâtre Mouffetard</strong> sous la direction de <strong>Xavier Lemaire</strong>, et <strong>«</strong><strong> Grand peur et mis</strong><strong>ère du 3 </strong><strong>ème reich</strong> » dans une mise en scène de <strong>Myriam Zwingel</strong>. On le voit également dans <strong>«</strong><strong> la Tour de la D</strong><strong>éfense</strong> <strong>»</strong> de Copi au 20ème théâtre dans une mise en scène de <strong>Thomas Ress</strong>. Sa passion pour l’histoire le fera interpréter les rôles denses du Seigneur Gilles de Rais ainsi que le truculent François Rabelais dans des textes de Bruno Seillier.</p> <p> <strong>En 2014/2015</strong>, il joue dans le spectacle <strong>«Les Coquelicots des tranch</strong><strong>ées</strong><strong>», mis en sc</strong><strong>ène par Xavier Lemaire, </strong>qui décroche<strong> le Prix du Public Avignon Off (2014) et le MOLIERE du Meilleur Spectacle Public (2015)</strong>.</p> <p> Franck a tourné aussi pour le <strong>cin</strong><strong>éma et la t</strong><strong>él</strong><strong>évision</strong> avec <strong>Mehdi Charef, Joyce Bunuel , Denys Granier Deferre, Philippe Triboit, Jean Marc Brondolo, Pascal Jacquet... </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>JEAN-PIERRE OLINGER</strong></p> <p> <strong>R</strong><strong>ô</strong><strong>le de Steve</strong></p> <p> <strong>Artiste pluridisciplinaire </strong><strong>(cr</strong><strong>é</strong><strong>ation du cyclo)</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="0a0fad3-1461341037" height="257" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307482/0a0fad3-1461341037.jpg" width="247"> </strong></p> <p>  </p> <p> Jean-Pierre Olinger a suivi une formation à la <strong>Com</strong><strong>é</strong><strong>die de Saint Etienne </strong>de septembre 1996 à juin 1997 avec <strong>L. Bonnet, B. Andrieux, JP. Laurent </strong>ainsi que dans plusieurs cours et ateliers à Lyon de 1993 à 1995.</p> <p>  </p> <p> En tant que comédien au th<strong>éâ</strong>tre son parcours, riche de plus de 15 ans, l’a amené à interpréter des personnages variés ; depuis le mage des <strong>«</strong><strong> Contes des mille et une nuits</strong><strong>»</strong>, spectacle donné au Palais du Facteur Cheval dans la Drôme en 2004, à Ariste dans <strong>«</strong><strong> Les femmes savantes </strong><strong>»</strong> de Molière en 2011, <strong>«</strong><strong>Blue-s-cat</strong><strong>»</strong> de Koffi Kwahulé en 2011,</p> <p> <strong>«</strong><strong> Mingus, Cuernavaca </strong><strong>»</strong> de Enzo Cormann, 2005-07 ou encore danseur de Butô en 2014 dans <strong>«</strong><strong> Le soleil et l</strong><strong>’</strong><strong>acier </strong><strong>»</strong>, d’après l’oeuvre de Mishima, produit pour le festival de danse « Chaos danse » à Lyon en 2014.</p> <p>  </p> <p> Il a jou<strong>é</strong> dans de nombreux court-m<strong>é</strong>trages, donné sa voix pour des jeux vid<strong>é</strong>os ou des films d’animation.</p> <p>  </p> <p> Il a produit l’ensemble des spectacles de la <strong>compagnie DIV'ART </strong>depuis 1998.</p> <p> Spectacles dont il a assur<strong>é</strong> pour certains la mise en sc<strong>è</strong>ne. </p> <p> Il est aussi Saxophoniste, et incarnera l'<strong>â</strong>me musicale de La Nouvelle-Orléans.</p> <p> Plasticien, form<strong>é</strong> dans les ateliers des Beaux-Arts de Valence puis Lyon ou encore <strong>à</strong> la scola dell graphica <strong>à</strong> Venise, il a con<strong>ç</strong>u les peintures du spectacle.</p> <p>  </p> <p> ACTEURS DANS LA VIDEO:</p> <p>  </p> <p> <strong>ISABELLE ANDREANI</strong></p> <p> <strong>Rôle d'EUNICE</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="1-isabelle-1461341126" height="255" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307483/1-isabelle-1461341126.jpg" width="191"> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.leslarrons.com/00_koama/visu_larrons_v2/index.asp?sid=299&amp;cid=5765&amp;cvid=16854&amp;lid=1" target="_blank">Bio de l'actrice</a></strong></p> <p>  </p> <p> <strong>BENOIT MARECHAL</strong></p> <p> <strong>Rôle de l'amant d'Allan/ Médecin</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Media-1461341206" height="233" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307484/media-1461341206.jpg" width="190"> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.benoitmarechal.fr/Site_de_Benoit_Marechal/Accueil.html" target="_blank">Site de l'artiste</a></strong></p> <p>  </p> <p> <strong>Paul SPERA</strong></p> <p> <strong>Rôle d'Allan Grey</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Image-1464624437" height="162" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323277/image-1464624437.jpeg" width="220"></p> <p>  </p> <p> <a href="http://www.paulspera.book.fr" target="_blank">lien vers son book</a></p> <p>  </p> <p> <strong>Théo GUIRMAND, créateur LUMIERE</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0173net-1464625319" height="146" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323291/IMG_0173net-1464625319.jpg" width="221"></p> <p>  </p> <p> Avec La promo 2016 des 3IS</p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0177net-1464625583" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323295/IMG_0177net-1464625583.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0245net-1464625426" height="362" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/323293/IMG_0245net-1464625426.jpg" width="543"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <img alt="Affiche_tramway_rectifi_e_net-1462232818" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/311207/affiche_tramway_rectifi_e_net-1462232818.jpg"></p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong>LES COMPAGNIES CO-PRODUCTRICES avec la participation de GILLES BONAMY:</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>DIV'ART</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Logop-1461337127" height="128" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307435/logop-1461337127.jpg" width="183"> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>DIV</strong><strong>’ART </strong>a pour objet le développement d’activités artistiques à médias</p> <p> multiples, et se situe ainsi à l’interface entre différents champs de l’activité culturelle.</p> <p> Créée en 1998 DIV ‘ART a été subventionnée pour l’aide à la production par la DMDTS, la Fondation Beaumarchais, la Région Rhône Alpes, puis l’ADAMI en 2007.</p> <p> En tant que compagnie de théâtre, DIV’ART a réalisé depuis 2003:</p> <p>  </p> <p> <strong><em><a>2010-2009-2008</a> </em></strong><strong>«</strong><strong> Ruy Blas</strong> <strong>» de Victor Hugo</strong>, en tournée estivale, deux saisons consécutives dans toute la région Aquitaine.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2009 </em></strong><strong>«</strong><strong> L</strong><strong>’annonce faite </strong><strong>à marie</strong> <strong>» de Paul Claudel</strong>, en résidence et présentée à la chapelle de La Buissière à Rillieux-la-pape (69)</p> <p>  « Blue-s-cat » de Koffi Kwahulé, lecture donnée à la salle G. Philippe à Villeurbanne (69) en mars puis jouée au théâtre Acte 2 (69)</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2008-2006 </em> </strong><strong>«</strong><strong> Monsieur le vent et madame la pluie</strong> <strong>»</strong></p> <p> Conte de Paul de Musset adapté par Marie du Roy. Spectacle jeune public en co-production avec les éditions « Lire c’est partir » Tournée en novembre 2006 (17 représentations en région parisienne, dans l’Allier et le Jura) Théâtre des Abbesses à Paris (XVème) en avril et mai 2007</p> <p> En 2008, Reprise en tournée nationale en janvier et février.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2007</em> </strong><strong>«</strong><strong> Autour de pi</strong><strong>èces de guerre</strong> <strong>» d</strong><strong>’Edward Bond</strong><strong>.</strong></p> <p> Co-Production <em>subventionn</em><em>ée par l</em><em>’ADAMI</em>. Théâtre des deux Rives à Charenton (92) en janvier. Guadeloupe en avril 2006 (Festival de la Caraïbe, scène nationale de Basse Terre), Avignon 2005.</p> <p> <strong>Reprise de </strong><strong><em>«</em></strong><strong> Mingus, Cuernavaca </strong><strong>»,</strong> de Enzo Cormann et Jean-Marc Padovani.</p> <p> Spectacle musical en co-production avec Fréquence jazz (Lyon), Espace 44 (Lyon) en février 2007. Théâtre Astrée à Villeurbanne en décembre 2007 ainsi qu’à la Citadelle à Bourg en Bresse(01).</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2005 </em></strong><strong><em>«</em></strong><strong> Mingus, Cuernavaca </strong><strong>»,</strong> de Enzo Cormann et Jean-Marc Padovani.</p> <p> Spectacle musical en co-production avec Fréquence jazz.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2004</em> </strong><strong>«</strong><strong> Les contes des mille et une nuits</strong> <strong>»,</strong> traduction R. Khawam.</p> <p> Création au Palais idéal du facteur Cheval durant l’été. Production <em>subventionn</em><em>ée</em> par <em>le Conseil R</em><em>égionnal Rh</em><em>ône-Alpes,</em> <em>la</em> <em>Poste, le Conseil G</em><em>én</em><em>éral de la Dr</em><em>ôme, la ville d</em><em>’Hauterives (26). </em></p> <p>  </p> <p> <strong><em>2003</em> </strong><strong>«</strong><strong> La grande Faim dans les arbres</strong> », de Jean-Pierre Cannet.</p> <p> Création à l’espace Gérard Philippe à Sartrouville (Paris) en octobre. Production <em>Subventionn</em><em>ée</em> <em>par le Minist</em><em>ère de la Culture et la Fondation Beaumarchais</em>.</p> <p> Ce spectacle a été joué au festival d’Avignon 2004 à la Salle des « Danses Golovines » et repris à Charenton (région parisienne) en novembre et décembre 2004.</p> <p>  </p> <p> <strong><em>2002 </em></strong><strong><em>«</em></strong><strong><em> La surprise de l</em></strong><strong><em>’amour</em></strong> <strong><em>» </em>de Marivaux,</strong> jouée au Théâtre des Augustins à Montluel (01) ainsi qu’au Festival de Maison-Laffite (78).</p> <p>  </p> <p> <strong>THE BIG FUNK COMPANY</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Logo-1461337155" height="126" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307436/logo-1461337155.jpg" width="215"> </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>The Big Funk Company a été créée en novembre 2011 par Julie Delaurenti, Tiffany Hofstetter et Clarence ­Tokley, pour privilégier l’échange culturel franco-américain, autour de projets audiovisuels et théâtraux, </strong>proposant notamment de faire découvrir des auteurs méconnus en France mais aussi des auteurs plus connus, comme Tennessee Williams, dans leur langue originale. La compagnie bilingue fait appel à des acteurs de nationalités et de langues maternelles différentes.</p> <p>  </p> <p> Ils se rencontrent en 2011 au sein de l’Ecole Bilingual Acting Workshop avec la création de <strong>« The Big Funk » de John Patrick Shanley</strong>, mis en scène par Sei Shiomi.                </p> <p> Suite à ce spectacle, l’auteur et metteur en scène, John Patrick Shanley <em>(Oscaris</em><em>é, et r</em><em>écompens</em><em>é par les Tony Award et le Prix Pulitzer pour sa pi</em><em>èce </em><em>«</em><em> Doute</em> <em>»)</em> donne la chance à Julie Delaurenti d’être son assistante metteur en scène sur son projet « STOREFRONT CHURCH », à l’Atlantic Theater, Off Broadway (Printemps 2012). Il lui confiera alors 5 pièces en 1 acte, inédites, à mettre en scène en France, qu’elle réunira dans le spectacle <strong>« IN MY OTHER LIFE »,</strong> 1ère création de la compagnie, joué à Paris et à Avignon en 2014 et qui partira en tournée aux Etats-Unis et au Chili la saison prochaine.</p> <p> Depuis The Big Funk Company a créé divers évènements accueillant un large public anglophone et francophone tels que les <strong>« AMERICAN FRIDAYS »</strong> (Lecture de pièces américaines) et les <strong>« AMERICAN SUNDAYS »</strong> (spectacles de pièces en 1 acte accompagnés d’un brunch) en partenariat avec THE <strong>ENSEMBLE STUDIO THEATER</strong> et leur programme d’accompagnement de jeunes auteurs new yorkais. Elle a aussi coproduit la comédie musicale <strong>« DOG CAT STORY » </strong>écrite en anglais et mise en scène par Julie Delaurenti à l’Alhambra, à Paris, en décembre 2014.</p> <p>  </p> <p> Enfin elle crée en 2014 THE BIG FUNK STUDIO, un laboratoire d’acteurs professionnels mené par Sei Shiomi explorant les différentes méthodes américaines telles que celles de Adler, Meisner, Strasberg, Hagen…</p> <p>  </p> <p> <strong>ATELIER THEATRE ACTUEL</strong></p> <p> <strong>NOTRE DIFFUSEUR</strong></p> <p>  </p> <p> <strong><img alt="Atalogos_ata_1-1461345476" height="198" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/307505/ATAlogos_ATA_1-1461345476.jpg" width="166"> </strong></p> <p>  </p> <p> ATA est une société de production et de diffusion qui a pour but de créer et/ou de participer à la création de spectacles vivants aussi bien à Paris qu'hors Paris et de faire exister ces spectacles sur toutes  scènes, en tous lieux. </p> <p> ATA est le partenaire des théâtres privés, des théâtres subventionnés, des compagnies, des producteurs indépendants et de tous les artistes... </p> <p> ATA contribue à la <strong>production</strong>, à la <strong>création</strong> et à la <strong>diffusion</strong> de spectacles sous différentes formes :</p> <p>  </p> <p> • en tant que <strong>diffuseur</strong> :  ATA met au service des théâtres, des compagnies et des producteurs ses activités de prospection, de commercialisation, ses services techniques et administratifs afin de construire les tournées de leurs spectacles, et veille au bon déroulement artistique et technique de celles-ci durant toute leur exploitation.</p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p> <strong><a href="http://www.atelier-theatre-actuel.com/fiche.php?menu=141&amp;fiche=558#haut" target="_blank">Lien vers leur site</a></strong></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p>

Allocation of funds

<p> <strong>A FINANCER </strong></p> <p>  </p> <p> <strong>LA CREATION DU DECOR</strong><strong> : 2500 euros</strong></p> <p> <strong>Le cyclo en fond de scène, le lino, les meubles sur roulettes, le balcon, le ventilateur, le réverbère, les palissades, table, chaises, lit ancien, lit de camp militaire, appliques et accessoires.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>LA CREATION VIDEO: 1500 euros</strong></p> <p> <strong>Location du matériel lumière, caméra, video-projecteur, et équipe technique.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>LES COSTUMES: 1000 euros</strong></p> <p> <strong>Il y a 5 personnages, Blanche a 6 costumes différents, Stella 6 également, Stanley en a 5 différents, Mitch en a 4 comme Steve en a 4.</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>SI LA COLLECTE DEPASSAIT LA SOMME DEMANDEE, nous pourrions:</strong></p> <p>  </p> <p> <strong>- Investir pour une création lumière plus élaborée et avoir une résidence de création lumière.</strong></p> <p> <strong>- Mettre davantage de moyen dans la communication à Avignon</strong></p> <p> <strong>- Faire un showcase sur Paris</strong></p> <p>  </p>

Choose your reward

Make a donation

Give what I want