Faites décoller le premier livre pour voyager dans l’extravagant monde des exoplanètes, de D Fossé et l'illustrateur de SF Manchu


Disponible

21 Feb

H-24

Image_du_projet_3-1487666293

 

Encore une fois, merci infiniment à tous ceux qui ont participé au succès de ce crowdfunding pour leur soutien et leurs encouragements.

S’il reste des retardataires… c’est vraiment la dernière ligne droite s’ils souhaitent s'offrir un exemplaire dédicacé ! alors n’hésitez pas à diffuser encore ce projet autour de vous jusqu’à demain matin.

Rendez-vous ensuite en librairie en en mars 2018, David et Manchu sont d’ores et déjà en route…

Disponible

14 Feb

J-8 !

L'échéance approche et nous ne sommes plus très loin du but. On croise les doigts ! 

Corot_7b-volcan_kkbb-1487059849

Ces derniers jours, nous avons joué avec l'hypothèse du volcanisme potentiel de Corot-7b. Il y a au moins deux raisons qui rendent crédible l'hypothèse d'un volcanisme actif sur cette planète.

La première a été évoquée dans le post du 30 janvier. C'est la proximité de la planète Corot-7c. Avec ses 8 masses terrestres, elle exerce une force gravitationnelle non négligeable sur sa sœur, dont elle n'est parfois séparée que de 4 millions de kilomètres (environ dix fois la distance Terre-Lune). Cette force qui varie en intensité en fonction de la position respective des planètes provoque une déformation variable de Corot-7b, qui se trouve en quelque sorte malaxée en permanence. Ce pétrissage échauffe le cœur de la planète et alimente son volcanisme.

La deuxième raison qui rend le volcanisme probable sur Corot-7b est sa masse. Avec ses 7 ou 8 masses terrestres, elle entre dans la catégorie des « super-Terre » (on pourrait tout aussi bien dire « super-Vénus », d'ailleurs… mais c'est une autre histoire !). Or si l'on en croit Diana Valencia, Richard O'Connell et Dimitar Sasselov, de Harvard, la tectonique des plaques est d'autant plus aisée sur une planète rocheuse que sa masse est importante.

Dans la vue publiée le 7 février, Manchu a suggéré l'existence d'une activité volcanique par la présence d'une rivière de lave. Sur ses nouvelles esquisses, dont celle qui est présentée ici, il joue plutôt avec des coulées de lave anciennes, vues de beaucoup plus près. On se demande aussi à quoi pourrait ressembler un volcan… Alors pourquoi ne pas en montrer carrément un ?

Disponible

72 % aujourd'hui, merci !

 

Allez, on vous embarque sur Corot-7b. Enfin... Pas tout à fait : vous la survolez de très près. Manchu trouvait que le cadrage serait plus intéressant ainsi, compte-tenu de tout ce qu'il avait à montrer... J

 

Corot_7b-surface_kkbb-1486494110

 

 

Nous avons choisi de nous placer près du terminateur, c'est-à-dire dans la zone où, vue de la planète, l'étoile disparaît derrière l'horizon. L'emploi du verbe « disparaître » peut laisser penser que, sur Corot-7b comme sur Terre, le soleil se lève et se couche. Mais c'est faux ! Souvenez-vous (cf. Actu 1) : Corot-7b présente toujours la même face à son soleil. Du coup, vu du sol de la planète, celui-ci est toujours fixe dans le ciel. On peut tout à fait le contempler depuis un endroit où il est perpétuellement au ras de l'horizon, juste assez masqué pour que l'on puisse contempler ses belles protubérances, comme pendant une éclipse...

 

Evidemment, si le spectacle est si imposant, c'est parce que Corot-7b ne possède pas d'atmosphère. S'il y en avait une, elle nous éblouirait certainement en diffusant la lumière de l'astre. Nous ne verrions qu'un ciel blanc (ou plutôt bleu ?), sans protubérances ni étoiles. La majesté de la scène est aussi due au fait que Corot-7b tourne très très près de son étoile. Celle-ci a beau être légèrement plus petite que le Soleil, elle paraît 60 fois plus grosse que lui dans le ciel de Corot-7b !

   

Dans la région proche du terminateur, la température au sol chute assez rapidement. En même temps, entre les parties du sol qui sont éclairées et celles qui sont constamment plongées dans l'ombre, les contrastes de températures sont probablement très forts. Si en plus la planète est volcanique (ce que Manchu suggère par une rivière de lave), il n'y a aucune raison de penser que cette baisse de température est homogène. Allez, soyons francs : sur Corot-7b, nous aimerions bien pouvoir nous poser là où le soleil se couche perpétuellement...

 

La dernière touche au tableau, c'est Corot-7c. Discrète jusqu'ici, on peut la voir franchement sur cette vue du sol. Nous ne connaissons pas la taille de Corot-7c, seulement sa masse qui est comparable à celle de Corot-7b. En faisant l'hypothèse que les deux planètes ont la même taille, il est possible d'estimer le diamètre apparent de Corot-7c dans le ciel de Corot-7b lorsque les deux planètes, comme ici, sont les plus éloignées l'une de l'autre. Réponse ? Environ un quart de la pleine Lune.

 

 

Un des crayonnés préparatoires 

 

Crayonn__corot_7b_surface-1486545332

Disponible

Manchu et moi nous sommes dits que ce serait bien de vous donner une idée de la façon dont nous allons travailler sur les illustrations du livre. Nous pouvons vous raconter comment ça s'est passé pour notre premier essai : l'exoplanète Corot-7b vue de l'espace. C'est cette vue-là :

 

 

Image_du_projet_2-1485767457

 

Évidemment, nous n'avons pas choisi cette planète par hasard. C'est la première planète rocheuse à avoir été démasquée (en deux temps : par un satellite français puis une équipe suisse) et c'est aussi l'une des plus surprenantes exoplanètes que l'on connaisse. Elle est 7 fois plus massive que la Terre, 70 % plus grande, et tourne 60 fois plus près de son étoile que la Terre du Soleil ! Résultat : sa température au sol peut dépasser les 2 000 °C…

 

Pour se faire une idée de ce à quoi elle pourrait ressembler, il faut commencer par se plonger dans les publications scientifiques. Les « sources primaires », comme on dit. Celles qui sont spécifiquement consacrées à Corot-7b, mais aussi les publications un peu plus générales qui traitent des « super-Terres chaudes » comme elle.

 

Il en ressort qu'il est très probable que Corot-7b présente toujours la même face à son soleil (comme la Lune pour la Terre). Il est très probable aussi qu'elle ne possède pas d'atmosphère. Conséquence : même si sa face « jour » est incandescente, sa face « nuit » est glaciale ! Voilà une planète où il peut faire 2 000 °C d'un côté, et -200 °C de l'autre. Intéressant…

 

À 2 000 °C, c'est entendu : la surface est totalement liquide. Il faut s'imaginer, sous le soleil au zénith de Corot-7b, un océan de lave d'où même les métaux sont vaporisés. Ce qui est amusant, c'est que ces métaux pourraient bien se condenser aux dessus des zones moins chaudes (où le soleil est plus bas sur l'horizon), pour retomber en « neige » sur la planète. Quelles couleurs auraient ces neiges ? Aucune idée. Après un coup de fil à un planétologue américain, auteur de l'une des études sur lesquelles on s'est appuyé, j'ai réalisé que même la lave avait peut-être une couleur différente sur Corot-7b ! Une chose était claire en tout cas : la large zone de transition entre le jour et la nuit sur cette planète (due au fait que le soleil là-bas a un diamètre cinquante fois plus grand dans le ciel que sur Terre !) offrait toute une palette de possibilités quant aux couleurs et aux textures du sol.

 

Corot-7b_rough-1485767949

 

Manchu était déjà au boulot, cherchant le meilleur cadrage depuis l'espace et depuis le sol pour représenter cette planète « assez dingue », lorsque après discussion avec un autre chercheur (français cette fois), j'ai réalisé qu'il n'était pas aberrant de s'inspirer en partie de Io, le satellite de Jupiter qui tire ses jolies couleurs de ses volcans de soufre.

 

Il se trouve, d'ailleurs, que Corot-7b possède peut-être des volcans. Ils ne seraient pas entretenus, comme on pourrait le croire, par la proximité de l'étoile, mais par la présence d'une autre planète dans le système : Corot-7c. Nous n'en savons pas grand-chose, si ce n'est qu'elle tourne aussi très près de son étoile, un peu au-delà de Corot-7b, et qu'elle possède à peu près la même masse que sa planète sœur. Son existence, c'est un peu la cerise sur le gâteau pour nous. C'est elle qui éclaire la face de Corot-7b plongée dans la nuit… et permet ainsi à Manchu de nous la montrer !