Le jardin de Pierre, quand nos Cultures se rencontrent

Prendre soin de la terre, prendre soin de l'homme

Visuel du projet Le jardin de Pierre, quand nos Cultures se rencontrent
74
Contributeurs
17 jours
Restants
3 840 €
Sur 6 000 €
64 %
Bio
Biodiversité
Développement
local
Soutenu par
Neo-Agri soutient le projet Le jardin de Pierre, quand nos Cultures se rencontrent

Le jardin de Pierre, quand nos Cultures se rencontrent

Le projet en 2 mots :

Basé sur les principes de l'éthique permaculturel, ce projet vise à prendre soin de la terre et de l'homme. Initiée par un maraîcher et un photographe, cette campagne a pour objectif de créer un dialogue entre le Vivant végétal et la Culture. Elle servira notamment à repenser une exploitation maraichère en investissant dans un outil innovant et parallèlement à proposer des expositions photo en extérieur.

Comme de nombreux paysans maraîchers, l'année 2020 fut particulièrement difficile économiquement. La crise sanitaire, les aléas climatiques ont eu raison de ma saison maraîchère. Travaillant seul en biodynamie, il est urgent pour moi de repenser ma méthode de travail.  C'est pourquoi j'aimerais investir dans un chariot d'assistance. Véritable outil multifonction, le Toutilo  me permettra de réduire la pénibilité du travail tout en maximisant ma production.

Créateurs et les origines du projet

Ce projet est né d'une rencontre entre un maraicher et un photographe. 

Pierre, maraîcher des montagnes et Thomas, photographe documentariste.

Notre passion commune pour le vivant végétale nous a réuni il y a presque un an.

Coup de coeur humain, nous avons décidé de nous associer et de mettre nos savoirs-faire au profit de projets transverses mêlant nos deux cultures. 


Le projet en détail

 

Maraîchage et innovation

Mon savoir-faire s'ancre dans une démarche de bio-dynamie.

Autodidacte, j'aime expérimenter, tester, m'aventurer sur de nouvelles pratiques. 

Installé en Ariège, dans un petit village du Couserans, mon exploitation (moins d'un hectare) est idéalement située. Je cultive toutes sortes de légumes, dans le respect du Vivant.

Je ne cherche pas un rendement maximum, je veux simplement prendre soin de mes plantations, offrir le meilleur à mes clients et ne pas m'épuiser physiquement.

Mon réseau distribution se compose de restaurateurs ariégeois, de marchés, de livraisons de paniers à Toulouse (à la Scic Lune Bleue) mais aussi de "frigos" mis à disposition 24/24 sur mon exploitation.

Je travaille essentiellement à la main, très peu d'énergie carbonée (simplement un tracteur pour travailler un peu la terre ou transporter mes récoltes). Ma compagne m'apporte une aide essentielle, mais à 57 ans, j'ai désormais besoin de me soulager un peu physiquement. C'est pourquoi il me semble essentiel d'investir dans ce chariot d'assistance au travail.

En février dernier, un démonstrateur est venu sur mon exploitation et j'ai pu donc tester ce matériel. Il s'agissait d'un modèle deux places. Trop grand et encombrant, je compte plutôt investir dans le modèle une place. Ceci étant la technologie reste la même. 

Cela a conforté mon choix car outre la position allongée qui permet de minimiser les tensions physiques, cette machine est peu gourmande en énergie (car electrique sur batterie longue durée avec la possibilité d'y ajouter un voile solaire). Elle permet de monter tous types d'outils (du désherbage à la récolte), ce qui me permettrait de me passer de mon petit tracteur.

Maraîchage et photographie

La permaculture pourrait se définir comme "l'art de réhabiter" ou comment concevoir, de manière écologiquement et socialement durable, la réponse aux besoins fondamentaux des êtres humains.

Il nous apparait dès lors évident d'y apporter une réponse croisée.

Le maraîchage nourrit le corps et l'art nourrit l'esprit.

Nous avons donc également pour objectif de mettre en place des expositions temporaires sur mon exploitation pour créer une rencontre riche de sens avec les locaux et les touristes.

Une partie de la collecte sera donc allouée à la production d'une exposition photo sur mes terres.


Les contreparties et le rôle des contributeurs
Je souhaite impliquer la communauté de kissbankers dans ce projet et vous faire partager mon expérience de maraîchers. Tout au long de cette campagne nous vous partagerons des images, des vidéos "de l'intérieur". Je veux faire oeuvre de pédagogie. 

Nous avons pensé ces contreparties de manière hybride. En vous proposant des tirages d'art de Thomas et des échanges sur mon savoir-faire, nous prenons le partie de vous partager nos deux cultures. 

 

À quoi servira la collecte

Nous sommes actuellement en train de monter le plan de financement.

Le Toutilo coûte au minimum 17000€

Une première exposition photo en extérieur coûte 1500€

Notre apport personnel serait au maximum de 6500€.

A cela peut s'ajouter la revente de mes outils:  3000€

Je vais faire une demande de subvention auprès de la MSA: 3000€

Campagne de crowdfunding: 6000€

Si ma saison 2021 me permet de dégager quelques bénéfices je compte investir dans des accessoires complémentaires pour cette machine (voile solaire par exemple)

Cette campagne se déroule sur 45 jours. Si je parviens à réunir les fonds nécessaires je pourrai commander ce chariot et l'avoir pour le début de l'été, période particulièrement dense car nous serons en pleine récolte.

Nous préparerons également une première exposition de tirages photo.

 

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux