Les hackers dans la cité arabe

Documentaire, Journalisme

Visuel du projet Les hackers dans la cité arabe
Cross circleÉchoué
187
Contributeurs
Friday, April 05, 2013
Date de fin
7 465 €
Sur 12 000 €
62 %

Du Maroc à l'Irak, nous partons à la rencontre des communautés de hackers, pour documenter la façon dont ils contribuent à reconstruire leur société ou à la faire évoluer. Sortie juin 2013, avec votre soutien !

Suivre et partager
Soutenu par
lab.davan.ac soutient le projet Les hackers dans la cité arabeSnatch soutient le projet Les hackers dans la cité arabeYouphil soutient le projet Les hackers dans la cité arabeHans Lucas soutient le projet Les hackers dans la cité arabe

Les hackers dans la cité arabe

 

 

“Après des décennies de dictature, d’ embargos et de guerres, l’Irak a acquis une solide réputation de destructeur plutôt que de constructeur. Les Irakiens devront faire preuve d’un “optimisme irrationnel” – c’est le terme utilisé par un Irako-Américain qui essaye de mettre en place le premier hackerspace du pays – pour se rappeler qu’ils étaient une des premières civilisation de makers dans le monde.”  Wired

 

Présentés à tort comme des voleurs de codes bancaires sans scrupules, les hackers sont avant tout des gens ingénieux qui adorent mettre le nez sous le capot des systèmes, rompus à la bidouille créative, passés maitres dans l’art de détourner de leur finalité des objets pour en faire ce dont ils ont envie.

 

Onoor_alger-hack-jerrycan-shellmates-12photos_-_copie990px_-_copie

 

 

Hobby de la classe moyenne dans nos contrées aisées, le hacking est une nécessité vitale dans d’autres zones. Sur les ruines des dictatures et des guerres fratricides, des hommes et des femmes tentent d’apporter leur pierre à la reconstruction de leur pays. Système politique, éducatif, infrastructures, tissu économique de demain, les chantiers sont à la mesure de leur curiosité inlassable.

 

 

Notre documentaire montrera aussi dans quelle mesure les hackers des pays qui n’ont pas connu de révolution préparent un changement de régime.  Il interrogera aussi la notion de hackers d’une région à l’autre, d’un individu à un autre.

 

 

Fidèles à l’éthique hacker, qui promeut le partage des savoirs, des hackers occidentaux apportent leur soutien, à l’image de l’action de l’organisation Gemsi, une association américaine qui aide à installer des hackerspaces, évoquée dans l’article de Wired.

 

 

Cairo_hackerspace___-_copie

 

 

Nous vous emmènerons...

 

La série suivra un arc de cercle de Beyrouth à Baghdad en passant par Tunis, Le Caire, l’Algérie et le Maroc. Il sera basé sur le texte, le son, l’image et des pastilles vidéos pour les interviews-clés et des tutoriels de projets.

 

En attendant, vous pouvez suivre notre travail sur ce blog making-of.

 

Qui sommes-nous ?

 

Oph-sabine-portrait-par-jacob-khrist

 

Anciennes d’Owni.fr, nous suivons depuis plusieurs années le thème du hacking, en particulier sous l’angle sociétal. Sabine écrit et mange de la viande, Ophelia prend des photos et des vidéos et mange du tofu. Nous avons co-écrit "Hackers, bâtisseurs depuis 1959", publié en novembre 2012.

 

Nous y étions et nous vous avons raconté :

 

Le festival TSHF 2011 du Tetalab, le hackespace toulousain.

Le Chaos Communication Camp, le plus grand rassemblement de hackers au monde, près de Berlin.

Les communautés WiFi alternatives, en Catalogne ou en Allemagne.

La montée du Parti Pirate en Allemagne et particulièrement à Berlin.

L'essor des fab labs et des modes de fabrication personnelle.

L'histoire de Mitch Altman, hacker qui bat.

Les hackerlands ou quand le hacking rencontre les zones rurales autonomes

Les éditions du festival de hackers Pas Sage en Seine, etc.

 

Nous avons co-organisé :

 

Les sessions Hack the Press : http://hackthepress.net/

Les Open Bidouille Camp : http://openbidouille.net/

 

 

Egypte-fablab-cairo-3_-_copie

 

 

 

 

À quoi servira la collecte

Nous avons besoin de votre soutien pour financer :

 

Les voyages (avion, hébergement, visa) : 3500 euros si nous faisons l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte et le Liban.

 

La postproduction (design, hébergement, développement, montage (image et son), mixage, étalonnage) : 5 000 euros

 

Le matériel (son, video, consommables... ) : 2000 euros

 

Les chouettes contreparties + la commission KKBB : 1500

 

Idéalement, nous aimerions aussi aller au Maroc et en Irak, cela dépendra de votre soutien :)

Choisissez votre contrepartie

Pour 1 € et plus

Pour 5 € et plus

Pour 15 € et plus

Pour 35 € et plus

  • Disponibilité : 200/200

Pour 50 € et plus

  • Disponibilité : 50/50

Pour 75 € et plus

  • Disponibilité : 20/20

Pour 120 € et plus

  • Disponibilité : 10/10

Pour 250 € et plus

  • Disponibilité : 10/10

Pour 500 € et plus

  • Disponibilité : 3/3

Pour 1 000 € et plus

  • Disponibilité : 3/3

Pour 5 000 € et plus

  • Disponibilité : 2/2

Faire un don

Je donne ce que je veux