Aller au contenu

Soeur Oyo

SYNOPSIS Dans le Congo belge des années 50, Godelive, petite congolaise, vit dans le pensionnat catholique de Mbanza-Mboma, école pionnière.

Visuel du projet Soeur Oyo
Checked circleRéussi
66
Contributeurs
16/07/2014
Date de fin
3 880 €
Sur 3 500 €
111 %
Soutenu par
CINEMA GALERIES soutient le projet Soeur Oyo
Porteur du projet
2064 jours
Phoba

Merci Imhotep pour vos encouragements ! Je suis très heureuse, car les réactions sont vraiment très positives !!!

2068 jours
Imhotep747

Courage

2080 jours
FULELE

Pour la grandeur du cinéma africain

2104 jours
bi.bea.5

On avance tout doucement, plein succès à soeur Oyo

2104 jours
luhaka

Vous êtes une bouchée d'oxygene pour l'art cinématographique de la DRC comme exprimé par ses propres resortissants. Je vous encourage vivement dans votre projet. David (Club du Congo)

Porteur du projet
2116 jours
Phoba

JPhD, j'ai pas de mots pour te remercier : vous me faites tous, chacun des contributeurs à ce crowdfunding, un énorme cadeau. Vous croyez en moi, vous me poussez en avant !!!

2117 jours
JPhD

Merci pour ce travail de mémoire. Nous sommes avec toi !

JPh, membre du CdC.

2120 jours
Méthode MULLENDA

Malheureusement non je suis de Paris et d'ici nous n'avons que peu d'information sur ce qui se passe en Belgique. Mais c'est grace à la publication de Mme Georgine Anne dibua Athapol sur son profil Facebook que j'ai pu être au courant de ce magnifique projet. J'ai un très bon contact dans une splendide salle de Théâtre-ciné à Paris au cas où vous en recherchez une pour la diffusion de sœur oyo à Paris.

methodemullenda@gmail.com

Porteur du projet
2121 jours
Phoba

Cher Méthode Mullenda, je suis incroyablement remontée par la vague de soutiens qui me parvient, dont la vôtre ! Merci pour votre contribution et votre enthousiasme ! Vous étiez donc là samedi, au Centre Jacques Franck, dans le public ?

2121 jours
Méthode MULLENDA

Soutien total pour ce magnifique projet. Je ferai tout de mon possible pour le pousser en avant. Vive la femme africaine ! Vive le cinéma africain ! Vive les belles histoires !