Un beau livre hommage aux immigrés italiens

Aidez-nous à traduire et transmettre dans la langue du pays ces témoignages profondément humains sur la mémoire et les racines...

Visuel du projet Un beau livre hommage aux immigrés italiens
Échoué
0
Contribution
17/06/2016
Date de fin
1 845 €
Sur 6 000 €
30 %

Un beau livre hommage aux immigrés italiens

<p> <strong>L'aventure <em>Lione all’italiana</em></strong>, c'est avant-tout l'histoire d'un coup de coeur que nous avons eu lorsqu'en 2013, nous avons édité<em> Lyon à l'italienne</em>, le livre de Jean-Luc de Ochandiano sur deux siècles d’immigration italienne dans l’agglomération lyonnaise..</p> <p>  </p> <p> C’est l’histoire de notre rencontre avec ces hommes et ces femmes issus de l'immigration italienne qui nous ont transmis l'émotion qu'ils avaient à se replonger dans leurs souvenirs, et leur bonheur de lire dans les pages de ce beau livre <strong>LEUR histoire</strong> !</p> <p>  </p> <p> <img alt="Bandeau1-1458655936" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294207/bandeau1-1458655936.jpg"></p> <p>  </p> <p> À l'occasion de la parution de l'ouvrage en français, beaucoup venaient rencontrer Jean-Luc de Ochandiano, l'auteur, lors des signatures, et ces moments se transformaient vite en une discussion comme on aurait pu l'avoir sur la place du village au pays, ou autour d'un repas des anciens : <em>"Te rappelles-tu la famille T...", "C'est vrai que lorsqu'on est arrivé les conditions n'étaient pas faciles..." </em></p> <p>  </p> <p> Chacun apportait son témoignage, ses souvenirs, son lot d'anecdotes et de photographies...</p> <p> De cette quantité d'informations recueillies et ne pouvant être contenues dans un ouvrage, s'est construite tout naturellement une exposition aux archives municipales de Lyon. Élaborée en totalité autour de l'ouvrage, celle-ci a suscité l'engouement et à accueilli plus de 15 000 visiteurs !</p> <p> Encore une preuve, si besoin est, de l'attachement profond des Lyonnais (d'origine italienne ou non...) à cet héritage commun.</p> <p>  </p> <p> De ces échanges particuliers, et à la demande de ces immigrés ou descendants d'immigrés, est née l'envie de <strong>traduire ce livre</strong>, si important à leur yeux,<strong> dans la langue de leurs origines</strong>, afin qu’ils puissent par ce biais, parler à leur famille restée au pays...  </p> <p>  </p> <p> <strong>Aidez-nous à faire connaître en Italie la grande aventure de ces générations d’immigrés, leur histoire faite de déchirure, de nostalgie, d’exclusion, d’entr’aide, de travail toujours et puis d’intégration.</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Italiano-1459774711" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/299519/Italiano-1459774711.jpg"></p> <p>  </p> <p> <strong>Lyon à l'italienne, une histoire collective</strong></p> <p>  </p> <p> Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d’Italiens se sont installés à Lyon, puis dans son agglomération. Au départ, il s’agissait surtout de paysans pauvres qui, pendant une partie de l’année, quittaient les montagnes italiennes pour venir gagner quelques sous dans les ateliers ou sur les chantiers, en tant que plâtriers, mosaïstes, sculpteurs sur bois, tisseurs ou ferblantiers.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dp1-1458656279" height="338" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294210/DP1-1458656279.jpg" width="574"></p> <p>  </p> <p> Mais, au fur et à mesure du développement industriel, ils sont de plus en plus nombreux à s’installer à Lyon pour travailler dans les usines qui naissent aux marges de la ville. Des quartiers marqués par une forte présence italienne naissent alors, des entreprises et des commerces italiens se développent, des associations voient le jour. Ils permettent à ces déracinés de préserver leur mode de vie, leurs traditions, et un peu de la chaleur de leur région d’origine.</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dp6-1458657335" height="332" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294245/DP6-1458657335.jpg" width="569"></p> <p> Cette immigration italienne a perduré jusqu’à la fin des années 1960, à tel point qu’aujourd’hui, de nombreux Lyonnais comptent parmi leurs ancêtres un émigrant qui a dû quitter son Italie natale.</p> <p> Qui étaient ces Italiens et quelle a été leur vie au cours de ces deux siècles de migration à Lyon ? Comment ont-ils peu à peu trouvé une place dans la ville ? Quelle mémoire a laissé cette immigration, la plus importante à Lyon au cours de ces deux siècles ?</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dp3-1458657380" height="333" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294247/DP3-1458657380.jpg" width="566"></p> <p>  </p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p> La participation pour laquelle nous vous sollicitons couvrira l'ensemble des frais de traduction.</p> <p> Réaliser ce type de projet est toujours un pari financier pour une petite structure comme la nôtre.</p> <p>  </p> <p> <strong>Traduire en version italienne <em>Lyon à l'italienne</em>, c'est transmettre un héritage...</strong></p> <p>  </p> <p> Aujourd’hui, nous rééditons ce livre déjà épuisé mais surtout, à la demande de nombreux immigrés italiens de la région, nous souhaitons en faire une version italienne, pour que les Italiens restés au pays puissent à leur tour découvrir quelle fut la vie des membres de leur famille partis chercher du travail en France.</p> <p>  </p> <p> <strong>Et si nous dépassons notre objectif ?</strong></p> <p> Si grâce à vous nous avons la chance de dépasser notre objectif, cela nous aidera à réaliser un nouveau projet de livre qui concernerait cette fois "l'immigration italienne en France".</p> <p>  </p> <p> <img alt="Dp8-1458659831" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294287/DP8-1458659831.jpg"></p> <p>  </p> <p> <img alt="Dp2-1458657538" height="332" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294260/DP2-1458657538.jpg" width="563"></p> <p>  </p> <p> <strong>Extraits...</strong></p> <p> <em><strong>Les « baraques » de Gerland dans les années 1930</strong> Jean Ughetto est né à Gerland dans une famille d’immigrés italiens originaires de Giaveno (Piémont) arrivée dans ce quartier vers 1895. En 1933, il habite avec ses parents dans un immeuble de huit étages, à l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de l’avenue Debourg. Le bâtiment, construit par l’entreprise Jules Weitz pour ses salariés, surplombe une centaine de « baraques » installées sur un terrain attenant appartenant à « Ginot, Chevrot et Deleuze », où logent essentiellement des étrangers. Dans ses mémoires, Jean Ughetto évoque ce quartier de baraques, qui portait un « sobriquet qui se voulait moqueur, mais où le méprisant affleurait tout autant que le dérisoire : “la cité Mussolini” »...</em></p> <p>  </p> <p> <img alt="Page148_ami_013-1458657943" height="391" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294267/Page148_AMI_013-1458657943.jpg" width="559"></p> <p>  </p> <p> <em>Des baraques à l’angle de l’avenue Jean-Jaurès et de l’avenue Debourg.</em></p> <p>  </p> <p> <em><img alt="Page095_adr_141a148-1458658917" height="61" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/294280/Page095_ADR_141a148-1458658917.jpg" width="577"></em></p> <p>  </p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux