Zaatari

Après trois ans de travail, notre film sur la famille de Leila et Selim est presque terminé. Un ultime coup de pouce le fera vivre.

Visuel du projet Zaatari
Réussi
131
Contributions
15/11/2015
Date de fin
7 234 €
Sur 6 000 €
120 %

Zaatari

<p> <em><strong>« Une goutte de sang vaut mieux que mille amis. »</strong></em></p> <p>  </p> <p> <strong>Nous sommes dans l'intimité d'une famille, une famille de réfugiés syriens dont nous mesurons tous les déchirements occasionnés par le "choix" de fuir.</strong></p> <p>  </p> <p> Cette histoire se construit autour de <strong>Leila</strong>, mère de 9 enfants dont deux nés en Jordanie. Elle a passé la frontière enceinte afin que ses enfants n'aient plus à subir les bombardements. Comme en Syrie, elle travaille sans cesse, entre les hommes qu'il faut servir et les enfants dont il faut s'occuper. Mais son univers est le camp de Zaatari, monde clos entouré de barbelés.</p> <p> Son mari, <strong>Selim</strong>, rejoindrait bien ses frères au combat. Par fierté mais aussi pour contrer l'ennui mortel des journées passées à regarder la télé et se faire traiter de lâche. C'est sa mère, la doyenne du clan, qui lui a donné le rôle de protecteur de la famille, au sens large. Alors il tourne en rond.</p> <p> <strong>Mohammed</strong>, un de leur fils, a maintenant 9 ans. Chaque jour, il se lève à l'aube, prend place dans la file qui serpente au milieu des tentes, pour récupérer le pain de la distribution. Il a un sourire en forme de lune et endosse des responsabilités d'adultes. Si ses parents se disent dépossédés de leur identité, lui se construit en tant qu'homme.</p> <p>  </p> <p> On interroge la place de la femme, de l'homme et de l'enfant quand ils sont forcés de s'adapter à une situation hostile. Comment ce<strong> lien qui unit la famille </strong>et les fait tenir au quotidien, est aussi à l'origine d'une vie faite de frustration ? Comment et à quel prix, la famille à su créer un <strong>nouveau refuge.</strong></p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0010-1440584930" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/226578/IMG_0010-1440584930.JPG"><em>Projection privée des images tournées lors de notre première visite.</em></p> <p>  </p> <p> <strong>L'originalité de notre démarche</strong>, c'est d'accompagner la famille de Leila dans le temps. La confiance qui s'est tissée, s'est affirmée à chaque nouvelle visite. Et ce que la famille de Leila nous montre et nous raconte de leur vie, est un <strong>témoignage intime et exceptionnel.</strong></p> <p>  </p> <p> <u>La situation</u></p> <p> Zaatari, c'est plus de <strong>100.000 personnes</strong>, qui s’entassent dans des tentes, des containers et qui voient défiler les jours dans l’inactivité. Après avoir été éclipsée dans les média, la question des réfugiés est à nouveau au centre des préoccupations et de l’urgence internationale. Ce que nous voulons dire dans ce film, c’est que Selim, Leila, ainsi que tous les autres réfugiés, ne sont pas des statistiques, qu’ils ne peuvent pas être résumés à des visages et des corps anonymes. Ils ont comme nous, un long passé, une histoire riche…. Le film est un porte voix. Zaatari c’est pour nous, une volonté de <strong>continuer à faire exister la question Syrienne</strong> à travers le regard de cette famille.</p> <p>  </p> <p> <img alt="11222550_877167679020502_122541447959425272_o-1441897140" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/230460/11222550_877167679020502_122541447959425272_o-1441897140.jpg"></p> <p> <em>Zaatari, le plus grand camp de réfugiés syriens en Jordanie.</em></p> <p>  </p> <p> <u>Notre démarche</u></p> <p> C’est un projet au long cours, sans voix off, laissant à Leila, Selim et Mohammed, le soin de nous raconter ce que c’est que d’avoir tout perdu, d’espérer quand même, de vivre immobile en attendant des nouvelles de la famille restée là-bas, d’essayer d’avancer quand même en donnant la vie, de rire aussi autour du café noir et parfois de maudire le ciel de ne pouvoir rien faire.</p> <p> Zaatari est à la fois terminé et en devenir. Zaatari, c’est grâce à vous qu’il peut exister. Nous voulons remonter toutes les séquences que nous avons tournées depuis 3 ans, pour<strong> en faire un 52mn.</strong> Dépasser le cadre du reportage qui a le mérite d'informer, pour laisser toute sa place au temps qui s'écoule lentement. Pour <strong>laisser à Leila et sa famille l'espace de se raconter</strong> et de mettre des mots sur leur réalité. Laisser l'image se poser et laisser le spectateur ressentir.</p> <p>  </p> <p> Zaatari est aussi depuis le début <strong>un film et une aventure indépendante.</strong> Nous voulions nous engager sur le long terme, ne pas dépendre des us et coutumes de certains programmes TV. Nous tenons fermement à rester libres dans la manière de raconter cette histoire. Vous pouvez nous y aider.   </p> <p>  </p> <p> <img alt="Img_0023-1440585086" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/226579/IMG_0023-1440585086.JPG"><em>Quand Mohammed tient obstinément à faire partie de l'équipe de tournage</em></p> <p>  </p>

À quoi servira la collecte

<p>  </p> <p> Nous avons besoin de <strong>6.000 euros </strong>pour permettre au film d'exister, de gagner en force, de lui donner toutes ses chances.</p> <p>  </p> <p> Votre aide financière permettra de <strong>financer les postes clés de la post-production</strong> : <strong>montage, mixage, étalonnage et distribution du film.</strong></p> <p> Depuis le début, beaucoup de personnes nous ont aidé gracieusement. Pour cette nouvelle étape, le monteur de Jacques Perrin, <strong>Vincent Schmitt </strong>(Océans, L'Empire du Milieu du Sud), nous rejoins dans l'aventure et va apporter sa sensibilité. Le musicien syrien, <strong>Kinan Azmeh</strong>, est lui aussi partie prenante du projet. Sa clarinette magique va nous faire prendre de la hauteur.</p> <p>  </p> <p> Après, il entamera sa vie de "doc", en parcourant les festivals d’Europe et d’ailleurs.</p> <p>    </p> <p> <u>Budget :</u></p> <p> - montage : 2500 €</p> <p> - mixage : 1000 €</p> <p> - étalonnage : 1000 €</p> <p> - suivi post-production : 1000 €</p> <p> - distribution : 500€</p> <p>  </p> <p> SI les dons dépassent notre objectif de 6000€, cela nous permettra de nous rendre à nouveau à Zaatari pour raconter les dernières évolutions. L'ainé Akhmet, va bientôt se marier dans le camp et cela ferait un beau prologue.</p> <p>  </p> <p> <iframe allowfullscreen="" frameborder="0" height="405" src="//cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2FnD9jbBFKetA%3Fwmode%3Dopaque%26feature%3Doembed&amp;wmode=opaque&amp;url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DnD9jbBFKetA&amp;image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FnD9jbBFKetA%2Fhqdefault.jpg&amp;key=ff2702755d9749cda571c6d6c2f3eb46&amp;type=text%2Fhtml&amp;schema=youtube" width="540"></iframe></p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p> <p>  </p>

Choisissez votre contrepartie

Faire un don

Je donne ce que je veux

Épuisé

80 €

Livraison estimée : novembre 2015

Un diner à Paris avec toute l'équipe du film + une invitation à la projection du film + un grand merci + votre nom au générique
  • 10 contributions
  • 0/10 disponible