Un puits au Niger

Aidez à la réalisation d'un puits à Tchirozérine au Niger

Visueel van project Un puits au Niger
Geslaagd
25
Backers
17/06/2020
Einddatum
€1.110
Voor €1.000
111 %
Lokale
ontwikkeling
Internationale
solidariteit

Un puits au Niger

Le projet en 2 mots :
Mon ami Ibrahim, touareg nigérien, était il y a quelques années guide pour les touristes qui visitaient la Libye. Revenu vivre avec sa famille à Tchirozérine au nord du Niger, il cultive un lopin de terre pour y faire pousser des oignons (spécialité de Tchirozérine). Bien entendu il a besoin d'eau et chaque année il creuse un puits pour irriguer son "jardin". Et chaque année lors de la saison des pluies son puits est ruiné par l'inondation de la rivière et il faut le reconstruire. L'objectif de ce projet est de l'aider à construire un puits "en dur" qui résiste aux crues...
Créateur•s/créatrice•s et les origines du projet
J'ai rencontré Ibrahim lors d'un trek dans le Tadrart Akakus au sud-ouest de la Libye. Guide d'une très grande gentillesse, son travail a volé en éclat quand le régime de Kadhafi a pris fin, fermant ce pays au tourisme.
Ibrahim est donc retourné dans son village de Tchirozérine, au nord-ouest du Niger (pas très loin de la région d'Arlit). Il est redevenu cultivateur pour nourrir sa famille et, comme les autres habitants de son village, cultive des oignons , spécialité locale dont la réputation traverse tout le pays.

 


J'ai continué à échanger avec Ibrahim et, les années passant, une véritable amitié s'est tissée entre nous.
C'est ainsi que j'ai appris que tous les ans il creusait un puits d'une quinzaine de mètres de profondeur pour arroser son "jardin". Pourquoi tous les ans ? Tout simplement parce que le puits en question, simplement creusé dans la terre, à côté du lit de la rivière, se retrouve inondé chaque année à la saison des pluies et qu'il s'effondrait, rongé par l'eau qui l'inondait.
Je ne suis pas un expert en creusement de puits : comme tous les européens j'ouvre un robinet tous les matins pour prendre ma douche, tirer une chasse d'eau, remplir une carafe et boire à table.
Pourtant je sais que mes grands parents allaient chercher de l'eau à la pompe. Et que les générations précédentes, nos ancêtres, avaient eux aussi creusé des puits, qu'on y avait rempli des seaux pour boire, se laver... Et ces puits ont été consolidés par des murs en brique, en pierre, avec des margelles pour les protéger, les empêcher de s'effondrer sur eux-mêmes. L'eau est un bien précieux : les touaregs disent "Aman Iman" (l'eau c'est la vie).
Et Ibrahim creuse tous les ans pour atteindre cette richesse qui est nécessaire à toute culture. Et tous les ans il recommence, utilisant une énergie énorme, puisant (sans jeu de mots) sur ses maigres ressources pour retrouver un peu d'eau qui le fera vivre, lui et sa famille.
Encore une fois je ne suis pas spécialiste des puits mais j'ai tout de suite pensé qu'il y avait certainement une solution plus pérenne pour qu'un puits résiste à une crue de rivière.
J'ai commencé par contacter une association de la région niçoise qui construit depuis plusieurs années des puits au Niger. A priori c'était le partenaire idéal, sauf que les circonstances géo-politiques (avant le covid-19) avaient stoppé pratiquement tout projet de réalisation de puits en dur.
J'ai donc décidé de mener ce projet avec mes propres moyens qui ne sont, malheureusement, pas illimités.
Le projet en détails
Ibrahim a commencé à creuser son puits et il est arrivé à 13 m de profondeur. A ce stade il faut cimenter le puits (le "chemiser").


Le projet est donc d'aider Ibrahim à acheter des sacs de ciment, des fers à béton, de payer un main d'oeuvre spécialisée dans la maçonnerie.
Voici le détail des dépenses tel qu'Ibrahim vient de me le faire parvenir (ce sont des "francs" CFA à multiplier par 0,00152 environ) :

 39 sacs de ciment soit 2 tonnes = 320 000 f
- fer à béton : 26 unité  barres de 12  = 143 000 f
Maçon 5000f/jour + 2 manœuvres 5000 f / jour soit 10 000 f par jour pendant 13 jours = 130 000 f
NB: 1 buse ou moule chaque jour .
-1 rouleau de fil de fer à 3000 f
Gravier et sable on l'en a côté et c'est gratuit parce-que on est au bord du lit de rivière et au entre les collines pour ramasser du gravier.

Coffrages pour couler le béton, nous le faisons en main .
Nous commençons la construction par le bas .
 TOTAL : 596 000 F
 Transport depuis agadez jusqu'au jardin non comprise.
Là il faut louer une Land-Rover à 50 000 f

Voilà... c'est simple 646.000 CFA, soit un peu moins de 1.000 euros.
Si on divise cette somme par 100 personnes cela représente 10 euros...
Mille euros c'est un an de salaire environ au Niger... une fortune.

Les contreparties et le rôle des contributeurs
Apporter votre participation à ce projet  c'est faire oeuvre de solidarité avec un Touareg "anonyme" qui n'aspire qu'à faire vivre sa famille.

  • 15 € = 1 sac de ciment. En contrepartie vous recevrez une carte postale du projet en cours
  • 45 € = le ciment pour 1 mètre linéaire du puits. En contrepartie vous recevrez une collection de 5 cartes postales de Tchirozérine, d'Ibrahim et sa famille, du puits.
  • 75 € = le coût d'un mètre de puits, main d'oeuvre comprise : je vous propose, outre le jeu de cartes postales, un entretien WhatsApp avec Ibrahim pendant 5 à 10 mn pour qu'il vous explique son quotidien de touareg du Niger.

Pensez que nos iPhones valent "un puits", la vie d'une famille.
C'est tout.
C'est peu.
C'est énorme...

Merci d'avance

Waar dient de collecte voor

Rappel des chiffres…

 39 sacs de ciment soit 2 tonnes = 320 000 f
- fer à béton : 26 unité  barres de 12  = 143 000 f
Maçon 5000f/jour + 2 manœuvres 5000 f / jour soit 10 000 f par jour pendant 13 jours = 130 000 f
NB: 1 buze ou moule chaque jour .
-1 rouleau de fil de fer à 3000 f
Gravier et sable on l'en a côté et c'est gratuit parce-que on est au bord du lit de rivière et au entre les collines pour ramasser du gravier.

Coffrages pour couler le béton, nous le faisons en main .
Nous commençons la construction par le bas .
 TOTAL : 596 000 F
 Transport depuis Agadez jusqu'au jardin non comprise.
Là il faut louer une Land-Rover à 50 000 f

D'après les calculs de mon ami Patrick, cette quantité de matériaux (ciment) permettra de faire un chemisage de 12 cm  sur la hauteur totale du puits. Et donc de le transformer en puits durable, qui survivra vraisemblablement à Ibrahim, comme les puits de nos anciens qui sont devenus aujourd'hui des curiosités de touristes.

Kies je beloning

Voor €15

1 carte postale

Recevez chez vous une carte postale du projet
  • Backers: 2
  • Levering Mei 2020

Een gift doen

Ik geef wat ik wil