GatsbyOnline + GatsbyMagazine

Soutenez la vie d'un magazine et d'un site-web 100% indépendants des médias traditionnels. Pas de publicités. 100% LIBRE et INDEPENDANT !

Project visual GatsbyOnline + GatsbyMagazine
Failed
17
Contributions
11/20/2020
End date
€2,096
Out of €20,000
10 %
Richard-Boucher1348 days

Bonne continuation un aficionado depuis plus de 30 ans...

Mohand-Foughali1363 days

Avec tous mes vœux de réussites

François -Dumont1373 days

Soutien au journalisme gonzo et à la presse indépendante !

David-Lefevre1375 days

Respect à Patrice De Bruyne pour la qualité de son travail, son investissement personnel et son talent. Je suis très heureux de compter Patrice parmi mes amis et je lui souhaite le meilleur pour son magazine et son projet.

Patrice-De Bruyne / GATSBY
1376 days

Extrait d'article : ../.. 

No Respect… Fuck off… This is a car for Bad Boy…Il y a quelques décennies se déroulait chaque année une sorte de raid sauvage d’automobiles surpuissantes qui traversait les Etats-Unis de New-York à Los-Angeles à fond de compteur.Cette course de folie s’intitulait “CannonBall”… il en a été extrapolé des films éponymes qui ont ensuite mutés en une suite ininterrompue de “Fast and Furious”… elle est rapidement devenue mythique et interdite dans tous les Etats américains, les valeureux chevaliers de l’inutile étant pourchassés et leurs automobiles saisies.Perpétuer le mythe aux USA étant devenu impossible, un clone de ce non-évènement a ensuite été créé en Europe, réservé aux vrais et faux millionnaires capables de payer un droit d’entrée à 6 chiffres et d’aligner une automobile payée où volée d’au moins un quart de million d’euros…Mais si tout était descendu un cran plus bas question style et fréquentation, le “Gumball 3000” consistait toujours à rouler à fond, en limite de zone rouge, de manière la plus sauvage possible, sur de longs itinéraires à travers l’Europe !Il ne fallait pas vouloir examiner ce cirque de plus près, de trop près, on n’y mourrait pas que d’accidents de roulage, il s’agissait là d’un événement pas chic du tout, ostentatoire, bling-bling, putassier et d’une grossièreté assumée…C’était bien loin des concours d’élégance de Bagatelle où de la villa d’Este sur les bords du lac de Côme, peuplées d’anciennes gloires sur le retour singeant l’art de vivre des milliardaires de la belle époque, même fauchés (un must) chacun/chacune cherchant à paraitre en se mettant en avant…Ces “parties” pas toujours fines… s’étiolent avec le temps, les beautés suaves et vénales qui y prospéraient y sont de plus en plus vénéneuses au fur et à mesure que les bandeurs fous et chics font faillite ou meurent, il n’y a guère de renouvellement chez les mâles, si ce ne sont les éternels fauchés qui viennent s’imprégner de ce qu’ils n’auront jamais et qui shootent et reshootent des photos GSM médiocres pour leurs Blogs, contribuant ainsi à la mort lente et douloureuse des photographes et journaleux professionnels.Personne d’entre-eux n’a vu que depuis plus de 10 ans, les automobiles extraordinaires sont entrées dans la troisième dimension, celle du numérique… certains constructeurs de rêves bouclent même leurs fin de mois avec le design d’automobiles de jeux vidéos, présentées en faux-vrai dans les salons automobiles avant qu’ils ne disparaissent…Au-delà de leur succès terrassant, les jeux vidéos automobiles portent un regard acide sur la société de consommation 99% américaine, ses addictions et ses dérives. Ils sont ensemble devenus le produit “culturel” le plus populaire au monde, l’un d’eux, GTA, pulvérisant les records de l’industrie du jeu en réalisant un chiffre d’affaires d’un milliard de dollars dans les trois jours suivant la sortie de chaque dernier opus… ne quittant plus le sommet des charts… et, tractés par ce succès, les anciens épisodes de la même fameuse licence (Vice City, San Andreas, GTA) ont réapparu dans les listes des meilleures ventes un peu partout autour du globe.GTA raffine et augmente à chaque fois la formule qui a fait toute la gloire de la série depuis ses origines, en 1997, il s’agit toujours pour le joueur d’accompagner l’ascension de petits truands vers les sommets de la délinquance, comme y invite la promesse de base de Grand Theft Auto ; on commence par voler des voitures surpuissantes et on finit par réaliser le casse du siècle, à plusieurs millions de dollars...

Patrice-De Bruyne / GATSBY
1376 days

Extrait d'article : ../..

Quelques temps plus tard, j’étais parti en Afrique du sud et je me repassais en boucle la discussion que j’avais eu avec Gunther Reinhart, impatient de voir sa fumeuse Mercos-300SL-Gullwing… Le monde est extraordinaire, c’est dingue le nombre de tordus qu’on y croise… Deux jours plus tard j’étais “Au Cap”... Gunther était venu me chercher à l’aéroport, c’est le genre de gars que vous vous attendez à entendre raconter l’histoire de son parfait tee-shot sur le 15ième trou un vendredi après-midi sur quelques bières… La réalité, cependant, est que vous êtes plus susceptible de le trouver dans son garage que dans le clubhouse, quand il n’est pas occupé à gérer sa propre entreprise ! Il m’a raconté sa vie et j’ai été obligé de l’écouter, coincé sur le siège passager (situé à l’anglaise du côté droit), me raconter comment il avait pu acquérir cette Mercos Gullwing…

Comme il est un fan de voitures classiques dont la dépendance à toutes les choses huileuses remonte à des décennies, qu’il a possédé, construit et travaillé sur des MG, Alfa, Triumph, Lotus et autres depuis de nombreuses années… je lui ai dit que l’espèce humaine était en train de régresser intellectuellement et donc de devenir de plus en plus bête. Qu’en tant qu’éditeur et écrivain, je me disais souvent que c’était vertigineux et que je cherchais qui est coupable…. Serait le fruit du hasard ? Y a-t-il une volonté derrière cet abêtissement général ? A qui profite le crime ? Cette basse de l’intelligence est due en fait à l’arrivée des écrans et des applications qu’on y trouve. Sous couvert de nous faire croire que l’on pourra communiquer les uns avec les autres, découvrir l’amour, avoir plus d’argent… ne cherchent qu’une seule et unique chose, nous rendre dépendant à leur consommation afin d’obtenir plus de renseignements sur nous pour vendre de la pub ciblée à des personnes qui vont s’enrichir. Ce n’est pas uniquement moi qui le dis, mais également des repentis de la Silicon-Valley qui un jour se sont aperçus du mal qu’ils faisaient aux gens. Et cela est beaucoup plus préoccupant pour les enfants que pour les adultes ! Ces applis sont massivement consommées et scientifiquement fabriquées pour nous rendre dépendant à quelque chose qui ne nous apporte que du vide Cela nous fait perdre du temps et donc notre vie C’est dans les livres qu’on trouve la véritable information, pas sur Facebook ! Sur le web on ne trouve que ce que Google a envie qu’on trouve !

Et, soudain, de m’écouter, Gunther s’est mis à sangloter !

– Vous savez, j’ai honte de vous vendre cette Mercos, ce n’est pas une authentique Mercedes Gullwing mais un Kit-Car que son mari avait construit il y a quelques années. Le point de départ était un châssis de récupération, il a donc acheté une SLK32 AMG d’occasion. Il n’avait pas les compétences pour créer une réplique exacte de la 300SL. Après plus de quatre ans la carrosserie était prête ! La suite, c’est banal, il a continué d’obtenir des pièces Mercedes durant quelques années, puis il s’est mis en tête d’en faire un engin extraordinaire. Son projet a été un désastre. L’engin ne ressemble à rien. De plus son proprio a des documents légaux attestant de l’identité de son nouveau propriétaire ! Mais le prix est très intéressant !

Confronté à la réplique Mercos de Gunther Reinhart, mes craintes se sont révélées justifiées, aucun panneau n’est en ligne avec les autres, tout est gondolé, approximatif, la face avant est dentelée mais cette découpe à la scie sauteuse a été masquée par un “U” en plastique mou simplement collé… Les lignes générales ne respectent pas celles de la vraie Mercedes 300SL, le capot est trop court, le nez trop plongeant, le coffre est disproportionné et l’habitacle est tellement étroit à l’intérieur que le pilotage doit se faire en position décalée la tête contre le plexi de la porte… c’est totalement crétin et ridicule ! Si un chemin peut conduire au meilleur, il passe par un regard attentif sur le pire. De même que l’écrevisse, le bélier, le scorpion, la balance et le verseau perdent toute bassesse quand ils apparaissent comme signes du zodiaque, ainsi on peut voir sans colère ses propres vices dans des personnages éloignés… Il est des autos ratées, des voitures infamantes qu’on doit oublier mais on ne peut tolérer un tel laisser aller, avec elle c’est "platane assuré", tant le comportement de la bestiole est perfectible… la stabilité à toutes vitesses (même à l’arrêt) est problématique… Une qualité de construction lamentable et une fiabilité catastrophique mettront sur la paille chaque impétrant osant en acquérir une. Le moteur crame consciencieusement tout ce qui l’entoure, tandis que l’électricité et la complexité générale de l’ensemble achève définitivement tout amateur. L’engin se révèle délicat à la limite. La finition franchement médiocre n’est qu’un détail par rapport à la fiabilité toute relative… Lourde, pataude, instable à toutes les vitesses (même à l’arrêt et en marche arrière, je reprécise), mal amortie et manquant de punch (mais où sont les purs-sangs promis ?) elle n’est faite pour aucune route d’aucun pays… Preuve qu’il y a un début de justice sur terre, il ne s’en est pas vendue ! Il y a de quoi braire en effet : une Gullwing aguicheuse sans punch ! On peut éventuellement pardonner la mauvaise et acrobatique position de conduite (après tout, ce n’est pas la première dans ce cas) et se satisfaire d’illusions, la Mercos est dépourvue du moindre début de commencement de caractère à 750 tr/min, comme un bon gros diesel… Parfaitement absent au-delà, il rupte à 4 000 tr/min ! De quoi préférer retourner derrière sa tondeuse à gazon le dimanche plutôt que brûler de l’essence et du pneu… Cette “chose” est faite pour les “ceusses” qui de manière masochiste, adorent rouler "décalé", retrouver le gout de "l’authentiquement faux" et autres niaiseries tant vantées actuellement… et de surcroit n’avoir aucun goût ! Cette voiture incarne à merveille la folie qui touche le marché de l’automobile de collection : performances anémiques, direction hyper lourde, prix des pièces délirant, fiche technique aussi excitante qu’Angela Merkel sous valium… le tout pour environ 1.000.000 € ! Tout ça parce que cette galette sur roues ressemble à la mythique 300 SL Gullwing…