Le Pays des Abeilles

Parrainez et baptisez une ruche d'Abeilles noires destinée à reconquérir des collines préservées face à la chaîne des Pyrénées

Project visual Le Pays des Abeilles
Failed
28
Backers
04/30/2019
End date
€1,405
Out of €4,790
29 %
Wednesday, April 10, 2019

Les fous que nous sommes!

<p>Et bien oui, nous avons lancé les ruches en fabrication, sans attendre la fin du projet car nous sommes coincés par le temps. 7 semaines de retard à cause d'une panne Internet sur le réseau (Raides par SFR) et nous avons à peine terminé notre projet de conservatoire des graines de céréales anciennes (projet au financement perso et pour une distribution gratuite après récolte, voir les céréales en fin d'article), nous démarrons ce projet de l'Abeille noire, et pas que...</p> <p><img alt="Sauvegarde-abeille-noire-pays-des-abeilles-1554886836" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/585421/sauvegarde-abeille-noire-pays-des-abeilles-1554886836.jpg"></p> <p>Car il ne s'agit pas seulement de protéger une Abeille endémique mais de lui rendre sa liberté. Redynamiser l'environnement, construire cette fameuse ruche (6 mois de concertation avec des apiculteurs respectueux, ceux qui ne nourrissent pas au sucre ni sirop, ils sont rares), la laisser gérer son évolution en fonction des récoltes des butineuses (au lieu d'agir dans la ruche en exaltant la reine qui n'est plus capable de comprendre son environnement à grand renfort de sirop pour quadrupler les pontes, on agit sur l'environnement que l'on complète et augmente en capacité de butinage), oui c'est tout nouveau. Pas de sélection de reine tous les deux ans avec abattage pour remplacement par une plus jeune et plus dynamique et surtout artificiellement productive mais moins "sage", essaimage libre pour une plus grande propagation dans l'environnement des essaims d'Abeilles noires qui iront renforcer les essaims sauvages en grande difficulté, pas de traitements désordonnés et surtout dangereux, renforcement naturel du système immunitaire...</p> <p>C'est toute la chaine que l'on remodélise pour rendre à l'Abeille  ses caractéristiques formées après 10.000 ans d'adaptation en ce qui concerne Apis mellifer mellifera notre Abeille noire!</p> <p>Merci pour votre intérêt, merci d'être là et nous encourager car nous avons vraiment besoin de votre aide!!!!!!!!!!!!!!!</p> <p>Christophe</p> <p><img alt="8-1553527716" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/580967/8-1553527716.jpg"></p> <p>PS: Notre projet de conservatoire des anciennes céréales:</p> <p>Depuis quelques années nous pistons les anciennes céréales avec beaucoup de difficultés car elles sont toutes propriétés, ou d'organismes d'états, ou de collections privées et se vendent à des collectionneurs "privilégiés" pour des sommes astronomiques. Parfois elle sont préservées par des fondations qui les gardent jalousement, pour tout vous dire, la plupart du temps ce sont nos chers amis des Etats-Unis qui préservent ces dernières et n'autorisent pas leur retour sur le "vieux continent". Par chance, nous avons pu faire passer les plus rares d'entres elles et avons commencé tardivement (mais on y croit) les semis sur deux terrains afin de diversifier les risques dus aux conditions climatiques qui, l'année dernière, nous ont un peu malmenées. Parmi ces céréales certifiées, nous retrouvons les blés de la renaissance européenne,, ceux qui datent de l'époque des cathédrales en construction, celles qui ont étés analysées sur Otzi, l'homme des glaces et qui furent retrouvées en toute discrétion dans les plaines de Turquie, des blés de printemps originaires des plus anciens sites de civilisation de la Grèce antique et retrouvés dans le Caucase à l'état sauvage puis semés dans l'Arizona à des fins de préservation. Des blés rares et antiques aux formes étonnantes, les plus anciens viennent d’Afghanistan et sont panifiables, ceux de l'Inde coloniale au tout début de l'aventure britannique ou les grains fournissaient la farine des chapatis, de l'Afrique du sud (souche de 1880), du Portugal, d'Italie (souche certifiée de 1840), des graines proches du blé de l'Irak ancien, le blé Russe qui manqua tant à Napoléon lors de son aventure affamante sur Moscou, les plus vieux blés écossais qui firent ensuite la richesse des Anglais, le blé Huron, transporté par les colons qui partagèrent le territoire de ces tribus proches de la Terre et des orges rares, en voie de disparition, véritablement médicinales, retrouvées dans des tombes néolithiques et identifiées sur de divers territoires à l'état sauvage, de l'Oural aux bords de l'Atlantique... Ils sont sortis de terre la semaine dernière et le conservatoire que nous mettons en place à toutes ses chances de voir le jour. Nous croisons non pas les ailes mais les épis cette fois-ci. Multipliés ils seront distribuables et pourront retrouver des sols connus il y a fort longtemps et profiter à chacun. A nous tous d'amorcer le changement de société que nous souhaiterions plus juste, plus indépendante des institutions, plus autonome dans leurs choix d'évolution, plus sociale dans leurs échanges et surtout à nous tous d'amorcer notre propre changement d'êtres en étant moins exigeants des instances et plus de la richesse qui nous entoure et que nous ne voyons plus...</p> <p>Défendons nos biens communs...</p>