LES INDISPENSABLES - Par Laëtitia Gaudin - Le Puil & Éric Legret

Précommandez "Les Indispensables" et rendez durablement visibles celles et ceux qui, pendant le confinement, ont fait tourner la boutique.

Project visual LES INDISPENSABLES - Par Laëtitia Gaudin - Le Puil & Éric Legret
Successful
124
Contributions
08/04/2020
End date
201 pre-orders
Out of 200
100 %
Feminism
Indie
French
manufacturing
Supported by
Les Petits Frenchies supports the project LES INDISPENSABLES - Par Laëtitia Gaudin - Le Puil & Éric Legret

LES INDISPENSABLES - Par Laëtitia Gaudin - Le Puil & Éric Legret

<h2><strong>LES INDISPENSABLES, LE LIVRE </strong></h2> <p><strong>Pendant le confinement, d&egrave;s le 22 mars et jusqu&#39;au 11 mai 2020, tous les trois jours, la journaliste La&euml;titia Gaudin-Le Puil a publi&eacute; sur Facebook une s&eacute;rie nomm&eacute;e &ldquo;Les Indispensables&rdquo;. Dix-sept (longs) textes hybrides, entre le portrait, le r&eacute;cit et parfois m&ecirc;me la fiction, autour de travailleurs &laquo;&nbsp;indispensables &agrave; la vie des Fran&ccedil;ais&nbsp;&raquo;, interview&eacute;s au t&eacute;l&eacute;phone ou par Skype. </strong><strong>Ces &eacute;crits, podcast&eacute;s sur Radio Kreiz Breizh, font aujourd&#39;hui l&#39;objet d&#39;un livre enrichi, entre autres, des images du photographe &Eacute;ric Legret. </strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671108/infographies-03-1592470804.jpg" width="100%" /></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671105/infographies-02-1592470588.jpg" width="100%" /></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671106/infographies-01-1592470643.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:center">*****************************</p> <h2><strong>L&#39;AUTRICE...</strong></h2> <p>La&euml;titia Gaudin-Le Puil est journaliste ind&eacute;pendante et r&eacute;alisatrice de documentaires, bas&eacute;e &agrave; Plouguerneau, en pointe Finist&egrave;re. Elle aime les sujets incarn&eacute;s, ceux qui racontent l&rsquo;&eacute;poque et donnent la parole aux oubli&eacute;s, aux taiseux, aux modestes et m&ecirc;me aux bavards. Avec ses mots, elle raconte ceux qui font le monde. En Bretagne, en Ukraine, au Maroc, au Rwanda, au Kurdistan irakien ou au sein de la communaut&eacute; hmong, elle favorise le travail au long cours, au plus pr&egrave;s des populations. Ses &eacute;crits et ses films racontent l&rsquo;exil, l&rsquo;engagement, la r&eacute;sistance, les identit&eacute;s.</p> <h2><strong>... ET LE PHOTOGRAPHE </strong></h2> <p>Photographe &agrave; Paris, en studio et en agence depuis 1989, &Eacute;ric Legret d&eacute;couvre en 1996, gr&acirc;ce aux hasards des reportages, les richesses culturelles de la Bretagne. Il y vit depuis et travaille comme photographe professionnel ind&eacute;pendant sp&eacute;cialis&eacute; dans le domaine du spectacle vivant : r&eacute;alisation de pochettes d&rsquo;albums CD, collaboration avec la presse p&eacute;riodique et quotidienne (<em>Revue Armen, Bretagne Magazine, Songlines, Jazz Mag, Musique Bretonne, Ouest-France, Le T&eacute;l&eacute;gramme, Lib&eacute;ration, Le Monde</em>&hellip;). Il a contribu&eacute;, entre autres, &agrave; de nombreux ouvrages autour des musiques bretonnes et du monde. Son domaine de pr&eacute;dilection est &laquo;&nbsp;l&rsquo;humain&nbsp;&raquo;&nbsp;: corps en action, portraits, danse, travail, luttes sociales, lutte bretonne (<em>gouren</em>)... Ces diff&eacute;rents sujets ont donn&eacute; lieu &agrave; de nombreuses expositions.</p> <p style="text-align:center">*****************************</p> <p style="text-align:center"><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671172/PAGE_INT-1592485151.jpg" width="100%" /></p> <h2><strong>DE LA LECTURE... </strong></h2> <p>&laquo; Les projets d&#39;&eacute;criture peuvent &ecirc;tre longs &agrave; voir le jour. Parfois, leur mise en &oelig;uvre est aussi rapide qu&#39;une annonce pr&eacute;sidentielle pour freiner une &eacute;pid&eacute;mie. Ainsi, un appel a bouscul&eacute; le programme qui aurait d&ucirc; &ecirc;tre le mien entre mars et mai 2020. Un membre de ma famille me raconte alors comment, une grosse entreprise bretonne, rachet&eacute;e ces derni&egrave;res ann&eacute;es par des financiers &eacute;trangers, 600 salari&eacute;s, a vid&eacute; ses effectifs pour ne garder que les personnes indispensables &agrave; la vie de l&#39;entreprise : les ouvriers. &laquo;&nbsp;&Ccedil;a alors, quel revirement de situation&nbsp;!&nbsp;&raquo;, pensais-je alors. Je prends mon t&eacute;l&eacute;phone pour contacter l&#39;un de ces &ldquo;Indispensables&rdquo;. Appelons-le Daniel. C&#39;est un ouvrier qualifi&eacute;. &Eacute;lectro-m&eacute;canicien. Je le connais. Bien. Depuis quelques ann&eacute;es, quand on se croise, il dit son sentiment &laquo;&nbsp;d&#39;&ecirc;tre pris pour un con&nbsp;&raquo;. Il a 35 ans de bo&icirc;te, la r&eacute;putation d&#39;&ecirc;tre un &laquo;&nbsp;bon &eacute;l&eacute;ment&nbsp;sur lequel on peut toujours compter &raquo; (en 35 ans d&#39;entreprise, quinze jours d&#39;arr&ecirc;t maladie) mais il n&#39;y trouve plus son compte.</p> <p><strong>EN AVOIR GROS SUR LA PATATE </strong></p> <p>Rarement, il parle de son salaire. Depuis quelques ann&eacute;es, une dizaine je pense, il d&eacute;taille, exemples &agrave; l&#39;appui, le m&eacute;pris de classe. Les uns et les autres. Ceux d&#39;en haut et ceux d&#39;en bas. L&#39;homme est un taiseux mais sa col&egrave;re est r&eacute;elle. Les mots sont souvent crus, sans concession, pleins de d&eacute;go&ucirc;t &agrave; l&#39;endroit de ceux qui le d&eacute;pr&eacute;cient&nbsp;: &laquo; Les petits ma&icirc;trises&nbsp;&raquo;, &laquo; Ces morfals de cadres&nbsp;&raquo;. Daniel conc&egrave;de&nbsp;: &laquo; Je suis peut-&ecirc;tre vieux et aigri. &Ccedil;a n&#39;a pas toujours &eacute;t&eacute; comme &ccedil;a. Avant, les op&eacute;rationnels &eacute;taient la valeur ajout&eacute;e de l&#39;usine. &raquo;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671316/Daniel_Web_1350___Eric_Legret-1-1592572107.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">&copy; &Eacute;ric Legret</p> <p>Le mercredi 18 mars 2020, l&#39;usine s&#39;est vid&eacute;e. Les agents de ma&icirc;trise et les cadres sont pri&eacute;s de t&eacute;l&eacute;travailler. Daniel, comme les autres ouvriers de faction, a gard&eacute; son emploi du temps en trois huit pour garantir la production d&#39;un consommable essentiel &agrave; la vie des Fran&ccedil;ais. Pas de masque pour bosser mais des gars de la s&eacute;curit&eacute; &agrave; l&#39;entr&eacute;e du b&acirc;timent pour prendre sa temp&eacute;rature. Il rapporte, je prends des notes et lui demande&nbsp;: &laquo;&nbsp;Tu m&#39;autorises &agrave; &eacute;crire tout &ccedil;a ? Je peux utiliser un pseudonyme pour que tu ne sois pas inqui&eacute;t&eacute;.&nbsp;&raquo; Il r&eacute;pond&nbsp;: &laquo;&nbsp;Oui, &eacute;cris. Un pseudonyme, oui, c&#39;est bien. Et puis, m&ecirc;me si on me reconna&icirc;t, c&#39;est pas grave. J&#39;assume. Et puis, je suis Indispensable, non&nbsp;?&nbsp;&raquo;</p> <p>Ce premier &eacute;crit, publi&eacute; sur Facebook le vendredi 22 mars, se fait remarquer de Radio Kreiz Breizh qui en fera, le soir-m&ecirc;me, la lecture et le podcastera pour ses auditeurs. Plusieurs fois, Daniel l&#39;aurait &eacute;cout&eacute;, en souriant, fier de qui il est, de ce qu&#39;il fait et de ce qu&#39;il a &agrave; dire.</p> <p><strong>&Eacute;CRIRE LA VIE DES AUTRES </strong></p> <p>Pendant cette p&eacute;riode de confinement, coinc&eacute;e &agrave; Plouguerneau, riche du t&eacute;moignage de Daniel, j&#39;ai eu envie de raconter la vie des autres. Ceux qu&#39;on n&#39;entend pas (n&#39;&eacute;coute pas ?) et qu&#39;on ne lit pas. Il y a 9 ans, je n&#39;&eacute;tais pas encore journaliste, j&#39;ai &eacute;crit sur les aides &agrave; domicile et les auxiliaires de vie. C&#39;&eacute;tait une d&eacute;marche personnelle. Pendant trois semaines, en immersion, je les ai accompagn&eacute;s dans des habitations brestoises, aupr&egrave;s de personnes &acirc;g&eacute;es et vuln&eacute;rables. Ils (deux femmes et un jeune homme) se sont confi&eacute;s sur leurs difficult&eacute;s, l&#39;indiff&eacute;rence des autres, leur famille, leur salaire, leur amour pour ce travail usant, fatiguant. Pour faire bouger les lignes, j&#39;ai confi&eacute; mes &eacute;crits &agrave; l&#39;entreprise aupr&egrave;s de laquelle j&#39;avais obtenu ce &ldquo;stage&rdquo;. Des choses ont chang&eacute; pour rompre l&#39;isolement de ces travailleurs (en majorit&eacute; des femmes) et am&eacute;liorer leurs conditions de travail.</p> <p>Pendant le confinement, j&#39;ai interview&eacute; Christelle. Elle est auxiliaire de vie depuis 17 ans. Je la connais, je l&#39;appr&eacute;cie, on a l&#39;habitude de boire ensemble le caf&eacute; au bistrot du bourg. Elle aussi me raconte son m&eacute;tier, le c&oelig;ur plein. Et son salaire qui, depuis 14 ans, n&#39;a pas boug&eacute;. Aux derni&egrave;res nouvelles, elle n&#39;a pas re&ccedil;u la prime esp&eacute;r&eacute;e pour avoir travaill&eacute; aupr&egrave;s des personnes &acirc;g&eacute;es, tous les jours, sans masque les premiers temps.</p> <p style="text-align:right"><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671110/Christelle_Web_0144_1___Eric_Legret-1592471642.jpg" width="100%" /></p> <p style="text-align:right">&copy; &Eacute;ric Legret</p> <p><strong>LAISSER UNE TRACE </strong></p> <p>Plusieurs personnes, des amis et d&#39;autres, m&#39;ont dit&nbsp;: &laquo;&nbsp;Il faut valoriser ces &eacute;crits&nbsp;pour laisser un trace&nbsp;&raquo;. Alors, voil&agrave;. C&#39;est un projet d&#39;auto-&eacute;dition, &agrave; ma sauce, avec le photographe &Eacute;ric Legret dont j&#39;aime le travail. Son regard se pose, a posteriori, sur ces femmes et sur ces hommes qui n&#39;ont jamais rendu les armes. Ils &eacute;taient Indispensables. Ils le sont. Ils le resteront.</p>

Allocation of funds

<p>Le graphisme du livre a &eacute;t&eacute; confi&eacute; &agrave; l&#39;agence brestoise<a href="http://www.duneideelautre.com/#" target="_blank"> D&#39;une id&eacute;e l&#39;autre. </a></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671107/infographies-05-1592470759.jpg" width="100%" /></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/671109/infographies-04-1592470839.jpg" width="100%" /></p> <p><strong>RETRAIT DES LIVRES </strong></p> <p>Les livres pourront &ecirc;tre retir&eacute;s au Bar Breton, &agrave; Brec&#39;h (56) ; au Bar Ha Gwin, &agrave; Plouguerneau (29) et au bar Le Deauville, &agrave; Brest-Saint-Marc (29). Exp&eacute;dition possible.</p>

Choose your reward

Le livre Les Indispensables

€20

Estimated delivery: September 2020

Un livre signé et dédicacé par les auteurs.
  • 104 contributions

Le livre Les Indispensables + une invitation à la soirée de lancement

€25

Estimated delivery: September 2020

Un livre signé et dédicacé par les auteurs + une invitation à l'une des deux soirées de lancement (56 et 29).
  • 15 contributions
  • 85/100 available

Le livre Les Indispensables + un tirage signé 20x30 cm

€32

Estimated delivery: September 2020

Un livre signé et dédicacé par les auteurs + un tirage signé 20x30 cm issu du fond photographique d'Éric Legret - impression numérique sur papier d'art.
  • 24 contributions

Le livre + un tirage signé 20 x 30 cm + une invitation + remerciements

€40

Estimated delivery: September 2020

Un livre signé et dédicacé par les auteurs + un tirage signé 20x30 cm issu du fonds photographique d'Éric Legret - impression numérique sur papier d'art + une invitation à l'une des deux soirées de lancement (29 et 56) + votre nom dans les remerciements du livre.
  • 7 contributions
  • 43/50 available

Pack 5 livres + 2 invitations à la soirée de lancement + un tirage 20 x 30 cm

€100

Estimated delivery: September 2020

Cinq livres Les Indispensables signés et dédicacés par les auteurs + 2 invitations à l'une des deux soirées de lancement + un tirage signé 20x30 cm issu du fond photographique d'Éric Legret - impression numérique sur papier d'art + votre nom dans les remerciements du livre.
  • 4 contributions