Miss Manu et ses tites gaufres belges - Food-bike à La Réunion

Aidez-moi dans mon projet (un peu fou mais pas tant que ça)... lancer un food-bike "Miss Manu et ses tites gaufres belges" à la Réunion !

Project visual Miss Manu et ses tites gaufres belges - Food-bike à La Réunion
Successful
265
Backers
05/13/2020
End date
€11,160
Out of €3,000
372 %
Zero
waste
Local
Development

Miss Manu et ses tites gaufres belges - Food-bike à La Réunion

 


Je ne suis plus la même depuis que j’ai vu l’éclat de la lune de l’autre côté de la Terre.

Mary Anne Radmacher

 


 

Petit feed-back identitaire :

  • Emmanuelle Jacques
  • 41 ans tout juste
  • Belge
  • Maman de 3 enfants
  • Logopède (orthophoniste) en cabinet privé
  • ULTRA déterminée !

 

Il y a tout juste 3 mois, je revenais de la Réunion.

LA REUNION, pas UNE réunion !

Vous voyez ? Oui, c'est bien ça, c'est cette "petite" île française, à presque 10.000 kilomètres de notre bonne vieille Belgique.

 

 

J'y dispensais une formation en sémiophonie, à des consoeurs logopèdes (en France, on parle d'orthophonistes).

J'avais préparé mon séjour sur place avec pas mal d'application, en lisant beaucoup, en me documentant, en interrogeant mes contacts locaux. Et rapidement, je me suis aperçue que cette île me passionnait, me subjuguait, m'exaltait. Je me suis raisonnée, en me disant que je déchanterais rapidement, une fois sur place.

MAIS...

Il n'en a rien été.

C'était même 1000 fois mieux que tout ce que j'avais imaginé. Et pourtant j'avais placé la barre trrrrrrrès haut, croyez-moi.

Je pense que mes photos seront plus éloquentes que mes mots ! Je vous en mets un petit extrait ici (et tout le reste à la fin de la page, si par hasard vous avez besoin d'un peu de soleil dans les yeux) :

 

 

Et là... l'illumination !

IL Y A EU MALDONNE : je n'étais pas censée naître en Belgique !

Des éléments probants, sur place, attestent d'ailleurs du fait que je dois impérativement y retourner et surtout y vivre : 

Mais... parce qu'il y a toujours un mais... ma configuration familiale fait que c'est tout bonnement inenvisageable...

 

 


Voyez-vous dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions les suivent.

Antoine de Saint-Exupéry

 


 

Je ruminais donc mes regrets lorsque j'ai fait un grand TILT :

je dois "tout simplement" mettre en route un projet sur place, qui me "contraindra" à y retourner épisodiquement (mais de manière raisonnée et raisonnable), qui permettra l'engagement d'une ou de deux personnes sans qualifications spécifiques sur place (le taux de chômage y est important), qui mettra l'eau à la bouche, qui ne me mettra pas sur la paille en moins de deux, qui pourra relativement aisément être géré à distance, qui mettra en valeur ma Belgitude, qui me ressemblera un peu, qui sera écologique autant que faire se peut, qui pourra si nécessaire être dupliqué, qui recourra en sous-traitance à des artisans locaux, qui sentira bon, qui... qui... qui...

YESSSSSSS, JE SAIS !

Je vais lancer une petite entreprise, qui vendra des gaufres de Liège à la Réunion, le tout grâce à un food-bike (vélo triporteur à assistance électrique). Bords de plages, marchés hebdomadaires, sorties d'école seront des zones de vente à privilégier. Et il ne faudra pas oublier les événements locaux !

 

L'idée avait germé.

Et vous me connaissez suffisamment pour savoir que je n'allais pas tout bonnement la ranger dans un tiroir et attendre, attendre, attendre puis pleurer dessus en la redécouvrant vers 72 ans (je suppose que lorsque j'atteindrai l'âge (honorable) légal pour la pension des indépendants, celle-ci sera passée à 72 ans, au bas mot) !

Depuis, je planche, je bosse, je me renseigne, je cours après les autorisations diverses et variées, je fais fonctionner mes contacts sur place, j'en crée d'autres, je bassine certains de mes amis et connaissances (mais pas tous : j'en garde en réserve pour ne pas épuiser tout le monde au même moment) pour avoir leurs avis. Comptables, boulangers, expatriés, sous-préfecture, avocat, vendeurs de vélos électriques, police municipale, spécialistes de l'exportation, mairie, indépendants vendeurs de gaufre, micro-entrepreneurs, artisans... personne n'est épargné ! Tout le monde, en Belgique et à la Réunion, "subit", toujours avec beaucoup de gentillesse et de paroles encourageantes, mes milliers de questions.

Mais du coup, j'obtiens des centaines de réponses. Et mon projet se concrétise.

 


Tout le monde savait que c'était impossible à faire. Puis un jour quelqu'un est arrivé qui ne le savait pas, et il l'a fait.

Winston Churchill

 


 

Et c'est là, maintenant, que j'ai besoin de vous.

Malgré ma réticence naturelle à demander de l'aide autour de moi.

 

Oui, VOUS, TOI.

 

Parce que mon projet, même s'il semble modeste en apparence, implique de nombreux engagements, notamment sur le plan financier.

Ayant déjà participé à des opérations de crowdfunding / financement participatif par le passé (mais là en tant que donatrice), je sais que cela peut être un super tremplin, et même une aide déterminante au lancement de projets. Et du coup me voici passée de l'autre côté de la barrière et espérant un coup de pouce de votre part.

Je sais que je peux compter sur vous, chacun à votre mesure (ou à votre démesure, ça me convient parfaitement aussi) !

 

Alors je vous dis déjà...

UN IMMENSE MERCI   !!!

 

Ma reconnaissance est proportionnelle à mon envie de réaliser ce projet.

Je vous bise toutes et tous,

 

Emmanuelle

 

 

Allocation of funds

 

 

MON PROJET SANS VOUS :

 

Comme expliqué, mon projet, simple en apparence, implique de nombreux frais :

 

- création du logo : 350€

- protection et enregistrement de la "marque" : 500 €

- triporteur Wello partiellement équipé (version "commerciale") : 10.000 €

- budget "modifications et adaptations" du triporteur (autocollants à l'effigie de la marque, ajout de caissons isothermes, table dépliante, parasol...) : 2.000 €

- équipement cycliste (casque, gilet fluo...) : 150 €

- gaufrier (gaz) d'occasion : 1.000 €

- matériel et équipement de base (grilles, ustensiles ad hoc, bacs alimentaires, essuies...) : 250 €

- garage / box / entrepôt sur place + charges : 700 €/mois

- combi frigo-congélateur d'occasion : 200 €

- frais de nettoyage du linge, du gaufrier, du triporteur : 50 €/mois

- caméra et création d'un programme informatique de feed-back : 1.500 €

- entretien et maintenance du triporteur Wello : 980 €/an

- honoraires d'un comptable pour la création de la société et le suivi comptable classique : 1.500 € de base + 1.000 €/an

- frais liés à la fabrication des pâtons (en sous-traitance chez un artisan boulanger local, mais évidemment sur base de ma recette belge) : en attente de devis

- frais liés à l'alimentation en gaz du gaufrier (bonbonnes de gaz) : encore à définir

- engagement de 2 salariés à temps partiel : 3.000 €/mois

- frais administratifs (carte de vendeur ambulant, assurances diverses...) : 500 €/an

- commission Kiss Kiss Bank Bank (8%) : énormément puisque vous allez énormément participer !

- ... et plus si affinités...

 

 

MON PROJET AVEC VOUS :
 

 

Certaines de ces nombreuses dépenses sont déjà engagées, d'autres sont en cours de financement, d'autres encore devront attendre mon arrivée sur place (déjà prévue, du 6 octobre au 5 novembre 2020), pour être effectuées.

 

 

CONCRETEMENT...

 

Le mode de fonctionnement chez Kiss Kiss Bank Bank est le suivant :

"Que se passe-t-il quand un projet n’atteint pas l’objectif de sa collecte sur KissKissBankBank ? La collecte n'est pas validée et le porteur de projet ne reçoit pas l'argent collecté. Les contributeurs sont remboursés à hauteur de leur contribution directement sur le compte de la carte bancaire utilisée."

Le crowdfunding fonctionne donc sur le principe du tout ou rien. Mieux vaut définir un objectif que je suis certaine de dépasser plutôt que de prendre le risque de ne pas l’atteindre. Car si je n'atteins pas l’objectif dans le temps imparti... la collecte est purement et simplement annulée et mes contributeurs sont remboursés !

 

Comme le dit un dicton réunionnais :

P'tit hache y coupe gros bois

(Avec de la persévérance, on arrive à ses fins)

 

Je vais donc fonctionner avec un principe de "multi-objectifs" ! Puisque le food-bike est la "pièce majeure" de mon projet, je voudrais que vos participations respectives permettent d'en faire l'achat.

 

OBJECTIF 1 : 3.000€

= pour être certaine que l'opération ne tombe pas purement et simplement à l'eau !

 

OBJECTIF 2 : 5.000€

= on finance la moitié du food-bike ! Oh yeah, ça sent bon la réussite...

 

OBJECTIF 3 : 10.000€

= on finance la totalité du food-bike !!! Fiesta, coeurs, paillettes et confettis !!!

 

OBJECTIFS 4, 5, 6...

Si l'opération de crowdfunding s'avérait être une vraie réussite, je me surprends à rêver que les dons couvriraient également le montant des adaptations et modifications pour tuner l'engin !

Et si par bonheur c'était carrément la super fiesta du porte-feuille chez vous, les généreux donateurs, peut-être le gaufrier d'occasion serait-il à portée de bourse !!!

 

Alors, comme on dit : y'a plus qu'à...

 

 

Choose your reward

Make a donation

Give what I want