Plastique, Eau, Fantástico

Le plastique, c'était "fantastique"...nous le voulions pour des raisons économiques, nous nous en éloignerons pour des raisons écologiques.

Project visual Plastique, Eau, Fantástico
Successful
8
Backers
07/10/2018
End date
€273
Out of €222
122 %

Plastique, Eau, Fantástico

Bonjour moi c'est Pierre, je voudrais simplement vous parler de mon problème avec la bouteille aujourd'hui. On s'est vus passer, dans le début des années 90, d'un modèle de distribution centré sur cette bonne vieille bouteille en verre, onéreuse, fragile, coupante, mais consignée et réutilisable, au profit de cette petite co#n@sse de bouteille plastique jetable, bon marché - voire presque gratuite du point de vue de la grande distribution - accessible à tous mais à usage unique, le "plastique" c'était "fantastique" à l'époque...Elmer Foodbeat, souvenez-vous.

Notre génération Y était bien trop avide de consommation, de liberté. Filer sur son scooter, cheveux aux vent, T-shirt ample, jean trop large, ceinture trop lâche, sac à dos trop bas, lacets trop défaits, volume du walkman trop fort. Ivre de cette musique métallique qui nous promettait le nirvana, attirés par un billet vert au fond d'une piscine, nous avons bien regardé entre nos doigts de pieds mais n'avons pourtant pas perçu ce qui se profilait après le bug du millénaire. "La grande tempête, elle arrive…". Et la frontière passée, aux abords d'une station-service mexicaine, le temps de s'arrêter, car le premier épisode touche désormais à sa fin. Ce vent, qui se lève, et qui, dans un tourbillon de poussière, emporte un vieux sac plastique subtilement assorti du mauvais pressentiment mal traduit d'un gamin du coin, nous laisse bien présager que le pire est à venir. Pourtant, cette fois, il n'y aura pas de motard culturiste californien plus aguerri, déboulant dans la salle de jeux, prêt à dégainer son fusil caché dans un bouquet de roses, petit cliché pour les avertis, pour nous sauver de cette menace protéiforme sévissant aux quatre coins des villes. Je veux parler du plastique, bien entendu! 

 



J'en suis convaincu, c'est en matière d'impact environnemental, la plus grosse erreur de la fin du siècle dernier : le coût environnemental d'un emballage plastique, une fois vidé de son contenu, n'a pas été pris en compte initialement dans le modèle de distribution. Enjoy. Je ne comprends sincèrement pas comment nous sommes passés à côté d'une telle énormité. Il y a dû avoir des gens qui ont pressenti ces effets, c'est vrai que les donneurs d'alerte n'allaient pas encore s'égosiller sur les réseaux sociaux, en ces temps pré-numériques. On a sans doute pensé que ce coût écologique était négligeable, le plastique étant supposé inerte, et on a donc pris soin de le multiplier à l'infini par le nombre de bouteilles et d'emballages neufs, zéro fois l'infini tend vers zéro, savant calcul. On en vient même à se demander si la faisabilité du recyclage des matériaux plastiques utilisés pour ces emballages avait été évaluée une seule fois, avant de commencer à produire en si grand nombre.

Mr. Pareto nous affirmait que 20% des causes sont responsables de 80% des effets. Alors voilà, maintenant, toutes ces bouteilles ont été produites, transportées, distribuées, vendues, payées, ouvertes, consommées, encaissées (vive le commerce sans intermédiaire) jetées inconsciemment dans la bonne ou la mauvaise poubelle, voici donc venus les 20% de bouteilles clandestines rescapées du tri qui voguent ni vu ni connu sur les flots. Elles font un peu d'écotourisme dans nos rivières, dans nos montagnes, nuisent à 80% du monde animal. Crie le bien fort, use tes cordes vocales, et répète-le en anglais, trois fois : "I hope that someone gets my...". Nous voilà plusieurs décennies après, il est bien arrivé à destination ce message embouteillé. Qu'est-ce qu'on peut faire maintenant à part signer des pétitions, trier sélectivement, et ramasser les déchets plastiques sur les plages avec des associations fondées par des surfeurs californiens (encore eux) expatriés dans le sud des Landes? Limiter ses déchets? J'ai bien peur que cela ne suffise pas car le sixième continent revendique, lui aussi déjà, son "droit au développement". Entre nous je suis bien tenté de renvoyer une bouteille à la mer à l'attention de ce père Noël rouge et blanc qui nous l'a mise, entre les mains. Ironie du sort dans les ordures, pour ce père Noël : ma bouteille en plastique s'appelait Thérèse. Cette fois-ci, c'en est assez...je retourne m'enivrer avec un peu de vapeurs de compost et d'action écologique bon marché.

Pierre : pollueur, payeur, arroseur, arrosé, anonyme.

Allocation of funds

En route pour Lima et la côte arequipénienne! Je m'improviserai donc livreur solidaire, le temps d'un hiver austral. Non, le but n'est pas d'ouvrir un magasin de bric-à-brac à l'autre bout du monde, mais bel et bien d'agir par réciprocité, en attirant l'attention sur deux problématiques très importantes à mes yeux : l'eau et les déchets.

 

- du ramassage solidaire de déchets sur les plages : c'est moi qui m'y colle! L'idée fera, et fait déjà, des petits sur place. L'avantage de cette action est qu'elle se passe de discours politique, tout le monde comprend très vite quel est l'enjeu. En outre, cela ne demande que peu de compétences et de matériel (hormis le travail sur la chaíne de revalorisation et de recyclage, véritable enjeu politique ultime de cette initiative).

- un lot de combinaisons néoprènes réparées : sauf à l'extrême-nord du Pérou, l'eau du littoral est à 15°C et il fait effectivement froid quand on part pêcher à 6h du matin sur ce genre d'embarcations rustiques. Une poignée de pêcheurs m'avait déjà passé commande l'an dernier, j'ai depuis fait mes courses sur Le Bon Coin et pratiqué la réparation cousue-collée. Je prévois ainsi de revenir jouer au père Noël cette année.

- des choses diverses et variées qui se révèleront particulièrement indispensables pour la communauté sur place : réparations et outillage cycles, matériel de pêche, sellerie et harnachement pour les ambleurs, micro-informatique minimaliste type Raspberry Pi ou Arduino, soutien scolaire scientifique, jumelles astronomiques, "La Quiero a Morir" à la guitare, recette des crêpes et des cannelés. 

- un peu de rêve et de glisse à sensation avec une initiation au stand-up paddle, à l'abri des vagues, pour les plus jeunes membres des communautés de pêcheurs sur place (maîtrise de la nage indispensable, ceci sera vérifié).

Choose your reward

Make a donation

Give what I want