Whiskied out

2ème comédie absurde (2ème film court tout court) de Sophie et Fleur. Pour dire l'essentiel, c'est l'histoire d'un jeune homme habillé en enfant de chœur assommé par une bouteille de whisky. Reste à savoir ce qu'est «l'essentiel ». Ce sera grâce à vous le plus beau petit film drôle à venir. Sans vous, ce sera juste un petit film (un peu drôle).

Project visual Whiskied out
Successful
31
Contributions
06/22/2011
End date
€1,691
Out of €1,230
137 %

Whiskied out

<p>    Loix, île de Ré. Pour la messe de dimanche, Michel demande à son petit-fils, Jean, âgé de 25 ans, d’être enfant de chœur. Celui-ci accepte mais lorsqu’il arrive en tenue trop petite à l’église, il est accueilli par un jeune vicaire furieux parce qu’il n’est pas rasé. Jean se rend alors chez Pierre pour se raser. Or, il est assommé par une bouteille de whisky. Jean tenu pour mort,une enquête de police dérisoire s'ouvre alors, menée par Ludovic et Molly.</p> <p><br>    Le titre et l'humour du film sont assez britanniques mais le film et l'histoire sont français...C'est une comédie absurde sans psychologie, ni métaphysique (dans le sens ennuyeux du terme j'entends) mais avec une histoire.<br>    Le réalisme est une base de travail et j’aime dépasser ses limites. Le spectateur doit pouvoir suivrel’histoire sans trop se poser de questions parce qu’on lui donne la possibilité de se distancier de la réalité de l’histoire, à travers des personnages ridicules mais attachants et des situations paradoxales, telles qu'un meurtre qui n'en est pas un. Il ne s’agit pas de ne pas chercher à comprendre mais de comprendre en l’état. C’est cela qui amène la légèreté du rire. La comédie peut alors tout se permettre. Justement, dans un souci de ne pas vouloir qu’on prenne l’intrigue trop au sérieux (ce qui tragiquement amènerait le spectateur à se poser des questions quant à la « crédibilité » réaliste du film), j’ai imaginé un décor accueillant, douillet même. J’ai choisi l’île de Ré dans cet objectif : les maisons sont jolies, tout est petit, on a envie d’y être. Il n’y a pas de place pour la peur. Il n’y a pas de temps autre que celui d’un quotidien tranquille qu’un meurtre vient bouleverser, et encore. Lorsqu’un événement exceptionnel survient, la vie dans ce qu’elle a de quotidien subsiste. Les mots et les réactions même excessifs restent ordinaires et deviennent alors absurdes. Les personnages restent dans leur cocon, certes rassurant mais minable, inconséquent et drôle.</p> <p> </p> <p>    J’aime aussi l’idée d’un monde hors du temps, dans un espace propre et sans parasite contextuel. L’architecture est unique et la maison choisie est décorée succinctement et sans époque marquée.</p> <p>    Dans une démarche purement esthétique, l’architecture (aussi miniaturisée soit-elle) et les paysages de marais  sont très beaux, et l’île offre une lumière exceptionnelle. Il y a très peu de scènes extérieures mais elles constituent chaque fois des trajets à pied, à bicyclette ou en voiture qui doivent révéler un contraste entre le village concentrique et auto centré et le monde extérieur impalpable et insolite. Il s’agit d’une île, il n’y a pas d’issue.<br><br>     La comédie doit répondre à un besoin d’efficacité rythmique dans les dialogues et les images, mais aussi d'un parti pris esthétique. Si les personnages sont cloisonnés dans leur banalité de gens normaux et si je veux qu’on s’y attache autant qu’on se moque d’eux, j’ai besoin de souffles glamour, salutaires pour la comédie et pour l’identification.  </p> <p><br>    Scénario sur simple demande: sophiefortierbeaulieu@gmail.com</p><h2>Qui suis-je ?</h2><p>&nbsp;</p> <p><span style="font-family: 'Lucida Grande'; font-size: 11px; color: #656052;"><img src="http://nsa25.casimages.com/img/2011/05/18/110518111248346178.jpg" alt="" width="554" height="370" /></span></p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-family: arial, sans-serif; font-size: 13px; border-collapse: collapse;">Sophie Beaulieu respecte les gens et les contrats. On lui a dit: "fais des &eacute;tudes et ensuite tu feras de la com&eacute;die." Apr&egrave;s trois ans d'hyp&ocirc;/kh&acirc;gne, quatre ans &agrave; l'Ecole Normale Sup&eacute;rieure et trois ans de th&egrave;se en linguistique anglaise, elle consid&egrave;re avoir resp&eacute;ct&eacute; son engagement, se d&eacute;sengage, monte sur les planches, redescend pour &eacute;crire, dessiner et diriger. Ca donne un premier film,&nbsp;<em>Ok every one</em>, "sorti" en mars 2011, en route pour tous les festivals de France et de Navarre. Et comme le travail ne lui a jamais fait peur, &agrave; condition qu'il soit associ&eacute; &agrave; un syndr&ocirc;me passionnel, elle pr&eacute;pare le deuxi&egrave;me (et commence &agrave; refl&eacute;chir au troisi&egrave;me), avec&nbsp;l'envie d'approfondir&nbsp;son univers singulier, enclin &agrave; l'humour noir et au nonsens, un brin cynique, mais&nbsp;jamais glauque.</span></p> <p><span style="font-family: arial, sans-serif; font-size: 13px; border-collapse: collapse;"><br /></span></p> <p><img src="http://nsa26.casimages.com/img/2011/05/18/110518112909227369.jpg" alt="" width="572" height="379" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-family: arial, sans-serif; font-size: 13px; border-collapse: collapse;">Fleur Robin respecte les gens et les contrats. On lui a rien dit de sp&eacute;cial. Mais elle a fait des &eacute;tudes. Cinq ans &agrave; la Sorbonne, des langues &eacute;trang&egrave;res, des relations internationales, des voyages, toujours partante pour de nouveaux projets. On va au cin&eacute;ma, au th&eacute;&acirc;tre, on discute, on r&ecirc;ve de faire des films autour d'un verre un soir, mais avec Fleur, on agit surtout. Rien est impossible. Productrice et directrice de production de&nbsp;<em>Ok Every One</em>, aujourd'hui au Short Film Corner du Festival de Cannes et d&eacute;j&agrave; dans les pr&eacute;paratifs du tournage de&nbsp;<em>Whiskied Out&nbsp;</em>pour le mois de juin. Deux courts m&eacute;trage, et puis un 3 &egrave;me...et puis...nous verrons ce que l'avenir nous r&eacute;serve. L'aventure suit son cours. Tr&egrave;s proche de Sophie Beaulieu, &eacute;quipe ins&eacute;parable, bien d&eacute;termin&eacute;e &agrave; r&eacute;ussir et &agrave; faire des films, dans la rigueur et la bonne humeur.<br /></span></p>

Allocation of funds

<p> </p> Sophie Beaulieu (scénariste/réalisatrice) et Fleur Robin (productrice) ont de nouveau réuni une équipe artistique et technique ultra motivée et très douée. Mais s'ils acceptent de travailler gratuitement, ils exigent de faire un film de qualité.  Nous avons besoin d'au moins 5000 euros pour que <em>Whiskied out</em> voie le jour. On nous fait déjà confiance mais il nous manque 1230 euros (à peu près ou au moins). Le tournage a lieu à l'île de Ré.  Votre contribution sur KKBB servira à assurer: - la location d'une partie de l'équipement. L'équipe est débrouillarde et possède du matériel mais pas tout. Par exemple, notre chef opérateur aimerait tourner en Red one et ne pas faire l'impasse là dessus, on le comprend. Ou encore, le film comporte une scène en voiture et les micros HF s'imposent. - Une partie de la régie (nourriture nourrissante, véhicules, transports). Par exemple, certains comédiens ont des impératifs (Comédie française, films, etc.) qui les obligent à venir et repartir à des moments différents, nous n'aimerions pas nous priver d'eux faute de leur offrir leurs billets de train. - Une partie de la post production.    <p> </p>

Choose your reward

Make a donation

Give what I want